NANA DREAM パスワードを入力してください
Bienvenu(e)!

Prêt pour un nouveau départ?

    Nana Osaki vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.



    Nana vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.

AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez répondre à notre MJ sur le RP Lone & Ardent et faites avancer l'intrigue ! L'étau se resserre de plus en plus autour de nos personnages ! Pourquoi tout ce remue ménage sur la mort de Ren après 6 ans ! Répondez et nous le sauront bientôt !

Partagez | 
 

 Légendes Japonaises : Les 47 samouraïs d'Akô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Légendes Japonaises : Les 47 samouraïs d'Akô   Lun 2 Aoû - 21:07

"Hana wa sakuragi hito wa bushi"

(De même que la fleur du cerisier est la fleur par excellence, le guerrier est l'homme par excellence.)
Les 47 Samouraïs d'Akô sont des figures historiques très célèbres au Japon. Leur légende commence au tout début du 18e siècle lorsque le shôgun Tokugawa Tsunayoshi, installé à Edo, engage le jeune daimyô du fief d'Akô (une localité qui se trouve aujourd'hui dans le département de Hyôgo, entre Okayama et Himeji), Asano Takuminokami Naganori (1667-1701), pour assurer dignement l'accueil de messagers impériaux.
Comme chaque année, l'empereur Higashiyama, résidant à Kyôto, transmettait ses voeux au shôgun. Afin de se former à l'étiquette de la cour shôgunale le jeune seigneur se présenta à Kira Kozukenosuke Yoshinaka, un important officiel de la cour, expert en cérémonies officielles.
Insatisfait par les présents d'Asano, Kira, vieillard grincheux et notoirement corrompu, refusa abruptement de lui dispenser son enseignement. Le daimyô d'Akô insista bien qu'il réprouvait en privé la morale douteuse de Kira. Mais ce dernier persista dans son refus, prenant plaisir à humilier Asano en public à chacune de ses nouvelles requêtes.
Un jour, agacé de se voir chaque fois éconduit, Asano perdit son sang froid et blessa légèrement Kira au front et à l'épaule d'un coup de sabre. Le shôgun mis au courant de l'incident entra dans une rage folle et ordonna qu'Asano soit puni pour avoir agressé un officiel dans l'enceinte du château d'Edo, ce qui constituait alors un grave manquement à l'étiquette.
Asano se suicida alors de manière rituelle, par seppuku. Son fief d'Akô fut confisqué par le shôgun et les quelques 300 samouraï à son service devinrent des ronin (des samouraï sans maître et sans moyens de vivre).
La plupart se dispersèrent mais l'un d'entre eux, Ôishi Kuranosuke Yoshio, ne put se résoudre à accepter l'injustice subie par son maître. En secret il réunit 46 autres samouraï pour venger leur daimyô.
Afin de dissiper les soupçons de Kira et d'échapper à ses espions, les 47 samouraï d'Akô se séparèrent et firent mine de vouloir mener leur vie chacun de leur côté en oubliant le sort de leur maître.
Quelques uns devinrent charpentiers, poissonniers ou marchands ambulants, d'autres bonzes. Kuranosuke quitta sa famille et commença à fréquenter des tavernes louches et des bordels.
Un jour un homme venu de Satsuma (ancienne province de l'île de Kyûshû, aujourd'hui département de Kagoshima) le reconnut alors qu'il s'était endormi dans la rue, assommé par l'alcool. L'homme le traîta de lâche pour n'avoir pas vengé son maître et lui cracha au visage, écoeuré de voir un homme aussi indigne du titre de samouraï. L'incident fut rapporté à Kira par ses espions. Celui-ci abandonna alors sa crainte de se voir attaqué par les serviteurs du défunt seigneur d'Akô. Près de deux ans plus tard, dans la nuit du 14 décembre 1702, les 47 conjurés prirent d'assaut la maison de Kira. Celui- ci fut capturé et contraint de se suicider honorablement par seppuku. Alors qu'il refusait, on lui trancha la tête comme
un vulgaire criminel! La tête de Kira fut placée sur la tombe d'Asano dans le temple Sengaku puis les 47 samouraï se rendirent aux autorités shôgunales. Bien que leur acte de bravoure ait suscité l'admiration du peuple d'Edo, le shôgun les condamna au seppuku pour avoir violé la loi anti-vendetta alors en vigueur. Ils rejoignirent leur seigneur dans la mort le 4 février 1703. Leur corps furent ensevelis dans l'enceinte du temple Sengaku, en face de la tombe de leur maître.
Apprenant la nouvelle, l'homme de Satsuma qui, plusieurs mois plutôt avait injurié publiquement Ôishi, se suicida...Touché par son geste, le prêtre leader du Sengakuji le fit enterrer auprès des 47 samouraï d'Akô.


Aujourd'hui la mémoire des 47 samouraï d'Akô est honorée chaque 14 décembre par des milliers d'admirateurs au modeste temple Sengaku au sud est de Tôkyô (arrondissement de Minato), près de la gare de Shinagawa.
Pour les Japonais, les 47 samouraï d'Akô sont les symboles d'honneur, de courage et de l'idéal de loyauté indéfectible des samouraï.


Un classique du théâtre kabuki, Chûshingura, retrace l'histoire des 47 samouraï d'Akô...
Et ce fait divers historique est souvent représenté sur les estampes japonaises.
Revenir en haut Aller en bas
 
Légendes Japonaises : Les 47 samouraïs d'Akô
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Illustrations de personnages des légendes Arthuriennes
» légendes du pays des vikings... suite
» [Archive 2009] 10-11-12/04 Festival Trolls et Légendes
» [Archive 2011] Trolls & Légendes IV - 22, 23, 24 avril
» Contes et Légendes de Bretagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANA DREAM パスワードを入力してください :: NANA Divers :: Le Salon de NANA :: Parlons de la culture japonaise!-
Sauter vers: