NANA DREAM パスワードを入力してください
Bienvenu(e)!

Prêt pour un nouveau départ?

    Nana Osaki vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.



    Nana vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.

AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez répondre à notre MJ sur le RP Lone & Ardent et faites avancer l'intrigue ! L'étau se resserre de plus en plus autour de nos personnages ! Pourquoi tout ce remue ménage sur la mort de Ren après 6 ans ! Répondez et nous le sauront bientôt !

Partagez | 
 

 Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   Ven 31 Déc - 0:54

    Voilà une soirée bien tranquille. Debout, près de la fenêtre, je tenais des bouts des doigts un rideau assez fin. Et j'observai. Certes, pas grand chose, mais, la télé n'est pas un divertissement que j'apprécie beaucoup. D'ailleurs, c'était plutôt Shin qui l'utilisait du temps où il squattait chez moi. Pour regarder d'ailleurs généralement des vidéos plutôt malsaines. Mais, j'avoue que depuis qu'il est partit, tout est beaucoup plus calme ici. Ce petit appartement, que j'habitais depuis bien des mois maintenant commençait à devenir lassant. Malheureusement, je ne peux pour l'instant me payer que ça. Si j'étais destiné et que je revenais dans ma ville natale pour reprendre l'auberge Terashima, je serais aujourd'hui certainement mieux logé. Mais, finalement, même si ce petit logis devenait de jour en jour de plus en plus triste à vivre, je m'y étais attaché. C'est vrai, il n'y aurait pas eu la place ici, pour élever un enfant et vivre une vraie histoire de couple. Mais, quand il faudra que je le quitte, j'aurai sûrement du mal. Je m'attache sûrement trop vite aux choses. Une défaut qui fait de moi un homme trop puéril et naïf. Et, j'ai toujours beaucoup du mal à me séparer de ce qui a fait partit de ma vie trop, ou pas assez longtemps...

    Depuis peu, il n'y avait plus aucun journaliste et paparazzis qui traînait dans les alentours. C'est également pour ça que j'ai regagné cet appartement. J'étais séparé de tous les autres. Nous avons tous pris désormais des chemins différents. Enfin, presque tous. Moi, mon avenir je le voyais en haut de l'affiche. J'y croyais. Pouvoir vivre de mes musiques. Vivre de ce à quoi je m'étais entraîné toute ma jeunesse. Pour moi, mon avenir était tout tracé. Je travaille de nouveau chez un disquaire. Désormais presque plus à mi-temps. Cela n'en vaut plus la peine, vu, qu'à la base, mon boulot était à mi-temps pour me consacrer à mon rêve: devenir guitariste professionnel. Aujourd'hui, ce rêve n'est plus que futile. Qu'une poussière parmi bien d'autres rêves irréalisés. Enfin bref, je ne vais pas m'attarder sur le sujet toute la soirée, je vais encore déprimé sinon.

    Je lâchai le rideau après un dernier coup d'œil. La faim m'attend ! Je passai donc par dessous quelques piles de fringues déposés au sol comme de vulgaires torchons. Il faut que je pense à faire une lessive. M'enfin. Je détournai le lit et allait en direction de la cuisine. J'ouvrai plusieurs placards. Regardai quelques secondes et les refermai de suite après. Je fis de même pour le frigo, je le dévisagea, de haut en bas, de droite à gauche. Rien, je n'avais pratiquement plus rien à manger. La vie seule, c'est vraiment dure quelques fois. Mais bon. Je me pris un soda et allait m'installer sur mon lit. J'ouvris la canette, bus une gorgée et m'allongea de toute ma longueur sur mon lit. Évidemment, il n'avait pas été fait et les couvertures étaient dans tous les sens possible et imaginables. Je respirai à fond, et fermai les yeux. Oh oui, comme vous le voyez, je suis en ce moment remplis de dynamisme et de gaité. Ça sent la joie de vivre ! Soit, après quelques minutes passées allongé, je me redressai et repris ma canette. Je pris une nouvelle gorgée, et mon visage pris un air vidé. Je repliai ma jambe et la mise sous mon autre jambe. À ce moment là, tout me semblai vide de sens. Ce pour quoi je m'étais battu c'était dissipé en quelques jours. J'ai fini par perdre tout à quoi je tenais. J'ai toujours ma guitare pour me consoler, les cassettes de nos concerts. Je me souviens, le jour où j'étais monté à Tokyo. Pour percer dans la musique, avec la voix de Nana comme rôle principal de mon rêve. C'est pour quoi je m'étais rendu à leur appartement. L'appartement 707, rempli de fantômes. Rempli de nouveaux fantômes depuis peu. Celui de Ren, celui de nos éclats, de nos rires, de nos espoirs... En effet, tout cela peut paraitre au combien défaitiste. Mais la situation l'est, et pas qu'un peu. Du moins, de mon côté. J'ai l'impression de toujours vouloir ce que je peux vraiment pas avoir. C'est vraiment triste.

    Un bruit retentit non loin. Un bruit trop proche de ma porte. D'ailleurs, il se fit suivre par un « Ding Dong » très bruyant. Quelqu'un vient de sonner à ma porte... Malheur !

    «
     Deux minutes ! »

    Je déposai ma canette sur la petite table et essaya de me trouver un tee-shirt. - Ouais, j'étais torse-nu. - Je pris le premier que je trouvai et je commençai à pousser les vêtements étalés un peu partout pour en faire une jolie pile. Je releva un peu la couette pour la mettre dans une position un minimum présentable. J'allai en direction de la porte et l'ouvris.

    «
     Oui ? »
Revenir en haut Aller en bas
Nana Osaki
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1353
Age : 31
Localisation : Dans un restaurant londonnien
Points : 6084
Réputation : 116
Date d'inscription : 29/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Chanteuse
Age: 26 ans
Orientation sexuelle: Hétéro

MessageSujet: Re: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   Lun 3 Jan - 18:01

    « Hachi, viens ici!!!»

    J’ouvris un œil à l’entente de ce cri provenant de dehors. Peu après j’entendis de furieux jappements, comme un animal; un chien qui se querellerait avec un autre animal. Il faisait bien nuit dans la chambre, il devait probablement être dix sept ou dix huit heures du soir… Je me souviens que la veille je me suis couchée tôt après avoir avalé un bol de riz et que j‘ai déprimé. J‘ai passé mon temps à rêver de Ren. Je me suis donc levé dans la nuit pour prendre des médicaments pour m’empêcher de dormir, mais j’ai quand même fini par tomber de fatigue vers quinze heures de l’après-midi, puisque je n‘avais rien à faire dans l‘appart et ne voulais pas sortir ni parler à personne. Je n’avais pas trop d’appétit en ce moment. Comment avoir goût à quoi que ce soit quand on perd un être cher et quand son propre groupe de musique vient d’être dissout? Même le groupe Trapnest qui avait été pour moi un grand rival… Leur autodestruction ne m’apportait aucune satisfaction. C’est normal, puisque Ren en faisait parti…

    Je fermai les yeux, remontant la couette jusqu’au milieu du front. La voix s’éloignait tout en continuant de crier contre ce fichu animal. Je n’étais pas assez motivée pour me lever, histoire de voir la tête du chien, même si j’aurais voulu voir la tête qu’il avait. J’espérais quoi, qu’il ressemble à Hachiko? Ca aurait paru bizarre. Hachiko avec un corps de chien. De chienne à la limite. Je me surpris à sourire à cause de ces pensées débiles. Puis je vis dans l’obscurité de mes paupière une ombre s’approcher. Et je le vis, ce Takumi. Il tenait Ma Nana Komatsu par l’épaule et l’embarquait loin de moi.
    Je rouvris les yeux.


    Salopard…

    Je le détestais vraiment celui-là. Il m’avait tout enlevé. Absolument tout! Après avoir capturé Ren dans ses filets pour s’en servir dans son groupe il m’avait volé mon Hachiko. Le pire dans tout cela, c’est qu’Hachi allait lui donner un enfant. Il ne le méritait pas! C’était à cause de lui si aujourd’hui j’étais seule dans ce vaste appartement. Sans plus personne à qui me confier… Avec qui rire quand tout va mal. …Hachiko elle-même devenait source de souffrance. Pour mon anniversaire elle avait quand même réussi descendre mon moral en dessous de zéro, parce qu’elle annulait sa visite sous prétexte que Takumi allait mal.

    Pff…

    Elle n’avait pas compris qu’il était malade de naissance ce type?
    Lassée de penser à ce con, je me retournai dans mon lit, mais impossible de me rendormir. C’était bon. J’avais le cafard.
    Hachi va avoir un enfant. …. De Takumi!


    "Putain c’est pas vrai, c’est pas possible!" Dis-je tout fort en me redressant de mon lit.

    Non, il y avait forcément une erreur! Il FALLAIT que ce soit une erreur.

    Tout à coup je bondis hors du lit, m’habillai rapidos, enfilai mon cuir et sortis de l’appart pour me rendre chez Nobu. Y a que lui qui pouvait faire quelque chose là. Lui seul pouvait me dire que l’enfant était de lui! Il devait le faire pour me sauver!

    J’ai même pas regardé l’heure qu’il était que je fis arrêter le taxi devant chez Nobu. Je sortis rapidement en oubliant de payer et c’est avec un coup de Klaxon que le chauffeur me dévisageai d’un air furieux en me tendant sa grosse main. Je m’excusai donc en me sentant débile d’avoir oublié, réglai la somme et me rendis vers l’habitat de Nobu, une fois que le taxi eut démarré.


    J’espère qu’il est là.

    J'appuyai donc sur la sonnette en espérant voire sa tignasse blonde apparaitre.

    Ce fût le cas à mon grand soulagement.


    « Oui? »

    « Salut Nobu, je peux entrer? »

    J’attendis pas la réponse pour le faire, mais je me rappelais tout à coup d’un truc.

    « T’es tout seul au moins, y a pas Yuri avec toi? »

_________________
« Ce dont j’ai besoin par dessus tout, c’est être sur scène. Pour cet instant unique de totale plénitude, je saurais tout sacrifier. »


Dernière édition par Nana Osaki le Sam 19 Fév - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rpgnana.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   Lun 3 Jan - 19:20

    Le visage de Nana apparu devant moi lorsque j'ouvris complètement la porte. Que venait-elle faire là ? Il n'était pas très tard, mais quand-même. Cela faisait des semaines que je ne l'avais pas vu. Pourquoi, tout d'un coup je la voyais devant ma porte. Non, juste devant moi. Elle avait l'air affolée. Qu'était-il arrivé encore ? Y avait-il un quelconque rapport avec Hachi, Takumi ? … Ou alors, c'était juste une visite improvisée pour prendre de mes nouvelles. Ce qui m'étonnait fort. Premièrement, Nana n'est pas quelqu'un de très attentionné et ne se déplacerait pas juste pour prendre des nouvelles. Si on ne l'invitait pas, elle ne venait pas. Ce qui peut-être également une qualité. Et, deuxièmement, elle parlait assez vite et ses questions se superposées en à peine une ou deux seconde. Je n'eus donc aucunement le temps de répondre à sa première question. Pour revenir à notre sujet de départ: Tout cela cachait quelques choses. Je ne veux pas paraître désagréable, mais je sens que si elle est venue, c'est qu'elle avait quelque chose à me dire. Sûrement important certes. Bref, rien qu'en restant le porte ouverte, je m'aperçus de la légère brise froide qu'il y avait dehors. Je me mis le main dans les cheveux, souris et fis signe à Nana d'avancer à l'intérieur.

    «
     Non, Yuri n'est pas là. Ça fait longtemps que l'on ne sait pas vu d'ailleurs... Mais rentres, il commence à faire frais dehors. »

    Je fermai la porte derrière elle. Là, en regardant mon appart', je me souvins de tout le bazar qu'il contenait. De plus, je n'ai pratiquement rien à lui offrir. Ni à manger, ni à boire. Enfin...

    «
     Euh, bah essaies de t'asseoir où tu peux. Je n'attendais vraiment pas une visite comme tu peux t'en apercevoir. Et comme la fainéantise m'envahit de jour en jour, j'ai comme dirait la flemme de ranger tout ce tas de linge. Et désolé, je ne te demande pas si tu veux quelque chose à manger ou à boire, je n'ai pratiquement plus rien. La canette entamée que tu vois sur la table, c'était ma dernière. Alors à part quelques miettes de pains, je suis à sec. »

    Gêné, j'allai m'asseoir près de la table où était déposé des petits coussins pour s'asseoir. Je m'accroupis, comme généralement, mis mes fesses sur mes pieds et la regardait. Je pris ma canette posée alors près de moi et bus une gorgée. Mais qu'avait-elle donc en tête ? Rah... Je reposai la canette sur la table basse en verre et mis mes mains sur mes cuisses. Je haussai les épaules et soupirai légèrement. Je relevai la tête pour la regarder une nouvelle fois.

    «
     Alors Nana... Que me vaut l'honneur de cette visite très, très inattendue. Vraiment, je ne m'attendais pas à te voir. Ni-même à te revoir de si tôt. Après tout, tu dois être très occupée. »

    Moment de jalousie que je cachai du mieux que je pouvais. Elle, elle vivait bientôt complètement de son rêve. Chanter. Chanter, elle avait quitter Ren pour le chant. Et, encore maintenant elle serait prête à tout pour son rêve. Enfin, il n'était pas de question de cela. Il ne fallait pas qu'en plus je lui en veuille à elle. Après tout, il n'y a pas lieu d'avoir des tensions et autres jalousies entre nous. Il n'y en a jamais eu de toute façon, et il n'y en aura jamais. Soit, je devais savoir ce qu'elle me voulait. Ne traînons pas plus longtemps autour du pot. Dis-moi, Nana.

    Je continuai de la regarder. Nous étions dans mon appartement, entre deux bons vieux potes. Est-ce que ce sera une franche rigolade ou alors juste une prise de tête qui aurait pu être évitée ?

    Blast. Les Black Stones. Ces nuits d'hiver où nous faisions nos concerts. Cette nuit, sur la table de l'appartement 707. Les Black Stones. Marque de cigarette. Littéralement, pierre noire. Ce nom de groupe, trouvé en plein après-midi d'été par un simple hasard sur un paquet de cigarette à l'agréable parfum de cerise. Yasu, moi, Nana, Ren. Tel était les Black Stones. Tel aurait du toujours être les Black Stones.
Revenir en haut Aller en bas
Nana Osaki
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1353
Age : 31
Localisation : Dans un restaurant londonnien
Points : 6084
Réputation : 116
Date d'inscription : 29/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Chanteuse
Age: 26 ans
Orientation sexuelle: Hétéro

MessageSujet: Re: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   Lun 3 Jan - 21:18

    Nobu me laissa entrer, puis nous nous rendîmes dans sa piaule, plus bordélique que jamais. Je lui adressai un regard interrogateur et il s’empressa de se justifier.

    «Euh, bah essaies de t'asseoir où tu peux. Je n'attendais vraiment pas une visite comme tu peux t'en apercevoir. Et comme la fainéantise m'envahit de jour en jour, j'ai comme dirait la flemme de ranger tout ce tas de linge. Et désolé, je ne te demande pas si tu veux quelque chose à manger ou à boire, je n'ai pratiquement plus rien. La canette entamée que tu vois sur la table, c'était ma dernière. Alors à part quelques miettes de pains, je suis à sec. »

    J’espère au moins qu’il n’accueille pas de fille dans un tel foutoir…

    Mais qu'est-ce qu'il a fait alors de sa journée. Est-ce que comme moi il déprimait? Il travaillait pas aujourd'hui? Mais est-ce qu'il avait gardé le même boulot? Ça me faisait bizarre de me dire que nous n'avions plus grand chose en commun. Pour moi, Blast c'était plus qu'un groupe, c'était une amitié et une conviction pour le futur: nous allions réussir! Nous avons réussi, mais j'étais à ce jour la seule à continuer... J'aurais aimé qu'on reste tous ensemble. Mais pour qu'il y ait des survivants, il avait malheureusement fallu faire un choix. Soit c'était moi et en solo, soit l'anonymat pour tout le monde. Malheureusement ou heureusement, cela dépend des points de vues, j'ai pas hésité longtemps à me lancer seule... Vallait mieux tenter, on ne sait jamais.

    Je m’assis alors directement sur son lit, contre la fenêtre, les genoux ramenés contre ma poitrine. Il me rejoint dans la chambre et s’assit par terre.
    Comme je ne savais pas comment aborder la chose, c’est Nobu qui entama la discussion.


    « Alors Nana... Que me vaut l'honneur de cette visite très, très inattendue. Vraiment, je ne m'attendais pas à te voir. Ni-même à te revoir de si tôt. Après tout, tu dois être très occupée. »

    Je levai donc les yeux vers lui, mais détournai tout de suite le regard pour fixer l’écran de télévision à place. Comment lui dire…

    « J’ai enregistré toute la journée d’hier, je reprends demain, j’ai plusieurs interviews et une séance photo… »

    J’avais du mal à cracher le morceau. Je venais de réaliser que peut-être Nobu était-il de bonne humeur avant que j’arrive, et que j’allais venir la lui plomber. Mais c’était trop tard, j’étais là et que je croisais de nouveau son regard insistant, je me sentis obligée de dire quelque chose. Vu son air, il devait avoir deviné que ça n’allait pas fort chez moi.

    « Nobu…. , dis-je en couchant mes jambes sur le côté et me penchant un peu vers lui.

    Est-ce que tu m’avais dit la vérité la dernière fois? »

    Voyant que les sourcils de mon ami se fronçaient, j’ai continué pour éclaircir mon propos.

    « Quand t’étais avec Hachi, t’es sûr que tu t’es protégé tout le temps ou tu m’as dis ça pour me rassurer? Car sache que ce qui me rassurerait, c’est que tu m’aies menti! »

    Je ne voulais pas le laisser parler, de peur qu’il s’énerve et m’invite à dégager de chez lui. Je sentais la tension monter, mais j’ai continué car j’avais besoin de lui dire ce que j’avais sur le cœur.


    « Imagine que c’est ton fils qu’Hachi porte! Il faut que tu la récupères. Je sais que tu veux son bien et que moi aussi, mais son bien c’est toi à ses côtés, je sais que c‘est toi qu‘elle aime,… »

    Je sentais que j’allais trop loin en déballant tout cela. Mais c’était plus fort que moi, j’avais besoin que quelqu’un partage ma souffrance. J’étais incapable de garder ça pour moi seule. Nobu le savait très bien que j‘étais comme ça, mais ça ne l’empêchait pas d’être un humain et de réagir en temps que tel.

_________________
« Ce dont j’ai besoin par dessus tout, c’est être sur scène. Pour cet instant unique de totale plénitude, je saurais tout sacrifier. »


Dernière édition par Nana Osaki le Sam 19 Fév - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rpgnana.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   Lun 3 Jan - 22:12

    Je baissai la tête. Dès qu'elle commença à parler et à m'expliquer les raisons de sa venue, mon cœur commença à battre à une vitesse folle. Cela me faisait presque peur, étais-je sur le point de faire une attaque ? Non. Les attaques du à la tristesse n'existent pas. Mes yeux commençaient à rougir. Nana... Comment pouvait-elle encore recenser tout ça dans sa tête ? Elle réfléchie trop. J'essayai de ne plus y penser, d'oublier. Mais, ça m'était impossible. Alors, si en plus, Nana n'arrêtait pas de venir me parler d'eux !

    Je serrai mes poignées sur mes cuisses, toujours la tête baissée. Je sentais mon souffle chaud et tremblotant sur mon cou. J'étais en colère. Je n'avais pas envie de parler de ça. De tout ce qui m'a fait du mal. J'essayai de reprendre mes esprits. Je ne voulais pas montrer à Nana ce que je ressentais. Après tout, elle avait peut-être trop cogitée dans sa tête ou avait fait un mauvais rêve pour venir ici en cette soirée qui paraissait calme à ma fenêtre. Ce n'est en aucun cas de sa faute. Je ne dois pas me mettre en colère. Ni pleurer. Ni tout lâcher.

    «
     Ce gosse... Il est l'enfant de Takumi... Si lui, ne se protégeait jamais avec Hachi, moi, je prenais toujours mes précautions. Certaines fois, il peut arrivé que-même en se protégeant, il peut y avoir des problèmes et des grossesses. Mais, vu que Takumi, lui, ne faisait jamais attention, il y a une chance sur des milliards que ce soit mon môme. »

    Je fis une pause. Cela me faisait mal, terriblement mal. Une douleur atroce que je devais supporter depuis longtemps. Et là, le dire à voix haute, l'avouer. C'était encore plus douloureux. Moi, qui ait toujours été honnête avec tout le monde, je trouve désormais que la vérité peut vraiment être la chose la plus horrible au monde.

    «
     De plus, à l'époque, nous devions passer pro'. Je ne pouvais m'embarrasser d'un enfant. Et, je n'avais pas non plus les moyens financiers d'élever ce gosse. Il aurait fallu que je retourne à l'auberge Terashima l'élever avec mes parents et reprendre la relève de mon père. Comme toi, si tu avais suivis Ren, ça aurait été un bonheur suffisant. Mais, je n'ai même pas eu le temps de prendre une décision qu'elle était déjà partie avec Takumi. »

    Je serrai mes points toujours plus fort sur mon pantalon en emportant un peu du tissu avec moi. Je sentais que quelques larmes allaient couler mais je les retenais. Il était trop tard pour pleurer, pour crier, pour parler. C'est terminé. Hachi est à lui. Nana est à Takumi.

    «
     Si... Si Nana est partie, c'est qu'il y avait une raison... Elle est tombée amoureuse de Takumi. Si elle m'aimait, comme tu dis, elle serait là, près de moi. Avec moi, là, où elle serait heureuse d'après ce que tu insinues. »

    Deuxième pause. Je tournai la tête vers Nana. La regardais, droit dans les yeux. Elle n'avait pas l'air de comprendre que tout, tout était fini. Il n'y avait plus d'espoir. Hachi est assez grande pour faire ses choix. Si elle a décidé de choisir Takumi, c'est qu'il y avait plus d'une bonne raison.

    «
     Nana. J'aime Hachikô plus que tout. Tu dis qu'elle m'aime ? Mais non, tu ne sais rien ! Elle est partie, elle en a choisie un autre que moi ! Je... Une partie de moi la haie pour ça. Mais, cette partie est tellement infime.... Je voudrais tellement passer autre chose, comme elle. Elle, qui est sûrement dans son lit douillet, avec son mari. Elle qui doit avoir tout oublié, tout mis de côté pour élever son enfant avec Takumi. Nana, c'est... C'est terminé. »

    Je me repliai sur moi-même, les bras croisés sur mes genoux. La tête, cachées dans un petit trou de mes bras. Cachée pour ne pas montrer ma déception, ma tristesse se manifestant doucement sur mes joues. Une, deux, trois larmes. Tap, tap, tap, faisait-elle sur le sol. Dans un dernier espoir, je lançai une phrase, défaitiste, pathétique. Jamais, je n'aurai du la sortir. Jamais.

    «
     C'est affreux Nana. J'ai tout perdu. »
Revenir en haut Aller en bas
Nana Osaki
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1353
Age : 31
Localisation : Dans un restaurant londonnien
Points : 6084
Réputation : 116
Date d'inscription : 29/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Chanteuse
Age: 26 ans
Orientation sexuelle: Hétéro

MessageSujet: Re: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   Lun 10 Jan - 13:59

    Encore un coup de poignard en entendant Nobu dire « L'enfant de Takumi ».
    Nobu me certifia qu’il se protégeait bel et bien et qu’il n’y avait pratiquement aucune chance que l’enfant soit de lui. C’était fichu…
    Mais malgré tout je gardais espoir, je ne voulais pas accepter la situation telle qu’elle était. Mais Nobu enchaîna son argumentaire. C’est vrai qu’il n’aurait pas eu les moyens d’élever l’enfant il y a un an de ça, mais à présent on l’avait l’argent! Moi j’étais prête à m’investir pour aider Hachi à élever son gamin. Même s’il était de Takumi. Ce sale type ne méritait pas Hachi et j‘étais prête à tout pour l‘en séparer d‘elle. Je sais combien Nobu l’aimait et c’était pareil pour Hachi, c’est certain. On dira que c’était juste un accident, une erreur de la part d’Hachiko. Tout le monde a le droit à l’erreur et de se racheter à un moment ou à un autre.

    Je cherchais des excuses à Hachi pour dissuader Nobu de ses convictions. Elle était partie sans laisser le temps à Nobu de réfléchir, mais cela pouvait se comprendre. L’enfant lui tombant dessus, elle se rend compte qu’elle doit faire un choix rapide POUR l’enfant. Elle avait choisi Takumi d’office, parce qu’il avait l’argent pour l’élever et aussi parce que c’était son idole… Je suis certaine que si Nobu avait eu l’argent nécessaire elle serait resté avec, car au fond c’est lui qu’elle aime sincèrement, j’en suis persuadée.

    Puis Nobu me dit une chose qui résonna dans ma tête.


    « Elle qui est sûrement dans son lit douillet avec son mari. Elle qui doit avoir tout oublié, tout mis de côté pour élever son enfant avec Takumi. Nana, c’est… C’est terminé. »



    Son mari? Mais oui son mari! Mes épaules et mes sourcils se relâchèrent instantanément à l’entente de ses paroles. Je ne voulais pas que ce soit terminé. Je ne voulais pas!

    Nobu se replia sur lui-même et mis la tête entre ses bras. Je pensais qu’il allait me sauver, me dire des choses qui me feraient me sentir mieux et non pas me balancer une vérité aussi crue et cruelle.
    Je crois qu’il sanglotait. Mon impression se confirma lorsque j’entendis les gouttes tomber sur le sol.

    En fait, à ce moment précis, je me demandais à qui je souhaitais vraiment le bonheur. Etait-ce finalement le mien ou réellement celui d’Hachi? Car Hachiko ne se plaignait pas tant que ça finalement. Lorsqu’elle m’appelait, elle était souvent de bonne humeur, elle n’était pas au bord du suicide.
    Je me voilais la face jusque là. En fait, c’est comme si j’espérais qu’elle soit malheureuse avec ce type. Takumi ne méritait pas un femme avec autant de joie de vivre et aussi mignonne qu’Hachi. C’est pas à lui qu’elle devait appartenir, mais à nous. A Nobu qu’elle aime sincèrement… A moi.
    Nana Komatsu était entrée dans ma vie, elle avait réussi à me changer une certaine vision du monde et je ne pouvais plus me passer d’elle. J’avais besoin de l’avoir près de moi.
    Mais ce terrible manque d’où venait-il? Je me souviens que lorsque l’on s’était vu au feu d’artifice, je lui avais ordonné d’être heureuse avec Takumi pour que je puisse l’être aussi. Et maintenant je refusais cela, je voulais la récupérer un point c’est tout.
    Était-ce de la jalousie, de la possessivité ou bien tout simplement de l’amour?
    Peut-être les trois, finalement.


    « C’est affreux Nana, j’ai tout perdu! »

    En entendant cela tout haut avec la voix de Nobu, je cru que mes pensées avaient traversé la barrière de ma bouche. Au même moment, j’avais pensé exactement la même chose pour moi-même, mais je refusais à Nobu de croire cela.
    J’étais venue chez lui et l’avais déprimé en l’espace de cinq minutes.
    Je descendis alors du lit et me rapprochais de lui pour l’enlacer afin de le réconforter.


    « Dis pas ça…! »

    Et là je me mis à dire des choses totalement contraires à ce que disait mon état d’esprit du moment.

    « Hachi, si elle n’a pas su faire la part des choses, c’est parce qu’au fond elle ne te méritait peut être pas. »

    Mon discours était contradictoire, mais je sentais que là c’était à moi de faire quelque chose pour Nobu.

    « Tu n’as pas tout perdu… Tu as encore tes amis et c’est le principal. Je serai toujours à pour toi, comme tu l’as toujours été pour moi. Puis maintenant tu as Yuri dans ta vie. »

    Je ne laissai pas mon amertume apparaitre à l’égard de cette fille, histoire d’être convaincante.

    « Je suis sûre qu’elle prendra bien soin de toi…Et puis tu es un excellent guitariste je sais que tu peux créer un nouveau groupe. »

    Je m’arrêtai là. je ne pouvais pas aller plus loin dans la fausseté. Je réalisai à ce moment là à quel point il était au fond du gouffre et avait besoin de secours. Je compris pour quoi selon lui la vie n’avait plus aucun sens. Il était déshérité, Blast; le groupe dans lequel il était et qui cartonnait il y a quelques temps encore était dissout et Hachi l’avait quitté.
    J’étais là contre lui, mais son désespoir m’atteint au plus haut point, jusqu’à faire naître en moi une angoisse. Qu’est-ce que je pouvais faire? A part pleurer avec lui?

    Je commençai à avoir la respiration qui s’accélérait et la difficulté à aspirer, comme si ma cage thoracique venait d’être compressée par un poids lourd.
    Je m’écartai donc de Nobu pour libérer mes vois respiratoires. Je me penchai en avant, le buste et la ta tête inclinée vers le bas.


    Oh bon sang…

    A chaque inspiration, ça me brûlait la gorge jusqu’aux poumons, jusqu’à m’en donner des nausées. Je me mis à respirer de plus en plus fort, car je sentais que je commençais m’étouffer petit à petit.

    « Ha! No…bu… »

    J’arrivais pas à parler. Je me mis alors à paniquer et à pleurer. Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu de crise de ventilation. La dernière remontait un peu avant la mort de Ren.

_________________
« Ce dont j’ai besoin par dessus tout, c’est être sur scène. Pour cet instant unique de totale plénitude, je saurais tout sacrifier. »


Dernière édition par Nana Osaki le Sam 19 Fév - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rpgnana.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   Ven 21 Jan - 22:10

    Yuri... Yuri, que penser d'elle ? Elle est si mignonne. Comme Hachi l'était. Il y a quelque chose de Hachi dans Yuri... C'est peut-être pour ça que je me suis attaché à elle. Je sais pas, c'est à la fois bizarre mais aussi horrible de penser ça. Ce qui est sûr, c'est que je n'ai que de l'affection pour elle. Pour l'instant du moins. Mais je ne l'aime pas. Elle le sait. Et moi, je sais que c'est mal de la comparer à Hachi. Cela prouve, que Hachi, elle compte encore trop pour moi. Je n'arrive pas à l'oublier, c'est horrible, terrifiant combien elle occupe mon esprit. Mais, Yuri, pourquoi ne l'aimerais-je pas après tout ? Elle est vraiment gentille et mérite d'avoir quelqu'un à chérir et à aimer jour après jour un peu plus.. Alors pourquoi je reste avec elle et continue de la faire souffrir avec mes sentiments puériles envers Hachi ? C'est ignoble, je me dégoûte vraiment pour le coup.

    Je relevai la tête et mes yeux ne regardaient rien. Je ne fixais rien, mon regard était vide. Même mon visage et mes expressions étaient devenues vides, inertes. J'avais juste les yeux un peu rouges, un peu brillants et un peu humides.

    Hachi ne me méritait pas... Là, pleins de choses traversèrent mon esprit. Je ne sais pas si Hachi me méritait, mais personnellement, je trouve que le mérite n'a vraiment aucun rapport avec tout ça. Après tout, les histoires compliquées, si des deux côtés il n'y a pas une pointe d'amour, cela ne peut pas marcher. C'est pour ça que tout en écoutant attentivement Nana, je me disais, et je pensais sincèrement que Hachi m'aimait. Ou du moins, qu'un, jour elle m'avait une minimum aimé. Et je persiste à y croire. Je le veux, car, même si elle a préféré Takumi à moi, si je me dis qu'un jour, elle a vraiment été amoureuse et que les moments passaient ensembles étaient vraiment vrais et sincères, alors, là, je peux avouer et affirmer, que nous étions vraiment heureux. Et je préfère penser que, elle aussi, elle était tout aussi heureuse que moi.

    Nana... Elle commença à respirer fort. Lentement. Trop lentement et avec trop d'hésitation entre chaque expiration. Je tournai mon visage vers elle. Puis tout mon corps. Ça recommençait. C'était comme la dernière fois. C'est simplement l'horreur.

    «
     Nana ! Nana ! Calme-toi, je suis là ! »

    Je fis un grand geste, me relevai en direction de la cuisine. Là, je commençai à chercher un peu partout. Un sac en papier, et en vitesse ! En ouvrant un placard dans un total hasard, je tombai sur un petit sac en papier. Je m'en emparai et l'amenai à Nana. Je pris quelques coussins du lit et essayai de l'allonger à terre. J'ouvris en grand le sac en papier et lui mis devant la bouche avec un légère ouverture.

    «
     Nana aide-moi ! Tu sais très bien que je sais pas. Je suis trop faible pour ce genre de chose, je ne veux pas faire quelque chose de mal ! Maladroit comme je suis, je risque de faire n'importe quoi, mets tes mains sur le sac, place-le comme il faut, je t'en supplie, sauve-toi ! »

    Ces crises, elles me font vraiment peur. Elle ont l'air si violente. Comme l'autre fois, j'avais l'impression qu'elle était en train de mourir sur place. Et cette situation est complètement horrible à supporter. De plus, moi qui suis pas très doué de nature, je m'en voudrais tellement de n'avoir pas assurer ou si il lui arrivait quelque chose. Ce serait vraiment atroce. Elle a l'air de tellement souffrir. Ça s'entend tellement qu'elle souffre en respirant, que moi-même, j'ai l'impression d'avoir des problèmes pour respirer. Et, ça me donne des frissons.

    «
    Nana, je t'en supplie, déconnes pas, reprends tes esprit ! »

    Punaise, je commence à croire que si elle a cette crise, c'est à cause de moi et de mes fichus problèmes. Je déteste cette sensation et cette situation...
Revenir en haut Aller en bas
Nana Osaki
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1353
Age : 31
Localisation : Dans un restaurant londonnien
Points : 6084
Réputation : 116
Date d'inscription : 29/01/2009

Feuille de personnage
Métier: Chanteuse
Age: 26 ans
Orientation sexuelle: Hétéro

MessageSujet: Re: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   Sam 19 Fév - 0:53

    Pourquoi ici? Pourquoi maintenant?
    Dans ma vie j'avais fait trois ou quatre crises de ce genre.
    Pourquoi fallait-il que ça arrive chez Nobu et dans de telles conditions? La seule personne jusque là capable de me rassurer dans ces moments-là était bel et bien Yasu...
    Seulement qu'il n'était pas là cette fois-ci. Et vu l'heure, il devait bosser très sérieusement dans son petit studio d'avocat...
    Cette pensée me rassurait encore moins. le savoir loin, pendant que moi j'étais en train d'agoniser par terre.

    Nobu s'était empressé de me rapporter un sac en papier, qu'il me mit sous le nez pour que je respire dedans.
    Je savais très bien qu'une telle situation était délicate pour lui, qu'il ne savait pas comment s'y prendre. Il avait au moins eu l'initiative de m'allonger sur le dos.
    J'attrapai le sac en papier d'un geste vif, pour enfin réussir à reprendre mon soufle, sortir de ce gouffre dans lequel je m'enfonçais. Ma respiration était bloquée, mon visage me brûlait et mes larmes perlaient encore et encore le long de mes joues.

    Je regardai alors Nobu dans les yeux, pour ne penser à rien. Du moins j'essayais. Chaque inspiration était pour moi une lutte terrible. Cela me faisait cligner des yeux et les larmes me brouillaient à chaque fois la vue.
    Ces crises, c'était vraiment l'enfer... J'avais toujours peur d'y rester. Mais je parvins quand même à me calmer. Petit à petit. Nobu m'assistant.
    Au bout de quelques minutes, j'avais enfin réussi à reprendre une respiration normale.
    Je me décidai donc à ôter le sac en papier qui entravait ma bouche et le posai à côté de moi. Je mit mon bras droit sur mon front et fermai les yeux.

    "Faut qu'on arrête de se faire du mal..."

    Je ne voulais plus souffrir comme ça, alors pas question de s'angoisser pour des choses qui faisaient maintenant partie du passé. Je devais me rendre à l'évidence, affronter la réalité une bonne fois pour toute! Ou alors une autre crise surviendrait...
    A cette pensée je me sentais de nouveau mal. Je regardai alors Nobu. Ses yeux étaient remplis d'inquiétude.
    Une fois de plus il avait eu peur pour moi. Ce soir je l'avais rendu triste, avais éveillé en lui la colère et comme si ça ne suffisait pas, je l'avais fait paniquer à cause des mes saletés d'angoisses...


    "Je suis désolée Nobu..."

    Il fallait que je me change les idées. Que NOUS nous changions les idées...

    J'ai plus envie de penser à eux... Ils sont heureux alors tant mieux... Je dois me faire à cette idée, mais j'ai besoin de toi. Je veux plus penser à ça!"

    J'avais un peu élevé la voix en disant cela.
    Ce genre d'aveu ne me ressemblait pas. Me confier comme ça, c'était pas trop mon truc, même si c'étais Nobu. J'aimais pas ça. Je déteste montrer cette partie de moi. Cette faiblesse que je hais tant.

    Dans le bazar de la chambre de Nobu, le DVD d'un des concerts des Sex Pistols traînait par terre. Je me redressai, le prit et regardai la pochette. J'avais jamais regardé un concert d'eux complètement. En même temps, je n'avais pas eu de télé chez moi... Et même au temps où je vivais chez ma grand-mère ,je n'avais pas le droit de regarder ce que je voulais (si seulement il m'arrivait de regarder la télé). je m'étais jusque là contenté de CDs... Ça devait être vraiment kiffant d'assister à l'un de leurs concerts...

_________________
« Ce dont j’ai besoin par dessus tout, c’est être sur scène. Pour cet instant unique de totale plénitude, je saurais tout sacrifier. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rpgnana.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un homme, une guitare et une visite improvisée. [ Pv ; Nana Osaki ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Destin, pokémon inexistant [pv Akira] (reprise)
» Une visite surprise qui porte bien son nom... [Ewan]
» [Flashback] Une visite médicale en prison [Hayley & Ardwyk]
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANA DREAM パスワードを入力してください :: NANA Divers :: Sujets Archivés-
Sauter vers: