NANA DREAM パスワードを入力してください
Bienvenu(e)!

Prêt pour un nouveau départ?

    Nana Osaki vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.



    Nana vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.

AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez répondre à notre MJ sur le RP Lone & Ardent et faites avancer l'intrigue ! L'étau se resserre de plus en plus autour de nos personnages ! Pourquoi tout ce remue ménage sur la mort de Ren après 6 ans ! Répondez et nous le sauront bientôt !

Partagez | 
 

 [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]    Mar 22 Fév - 22:26

15h30, un Mardi. Le TGV Shinkansen n'allait pas tarder à entrer en gare de Tokyo. C'était la destination que cherchait à rejoindre Noriiko Shimazu. Elle avait 20 ans et était originaire de Suita. Il fallait approximativement 2h en train pour aller d'Osaka à Tokyo. Le train devait arriver à Tokyo à 15h37, soit dans 7 minutes. Noriiko regardait distraitement le paysage défilé par la fenêtre. Elle était nerveuse.

Elle n'était allée à Tokyo qu'une ou deux fois dans sa vie. La première fois, c'était il y a un mois, pour chercher un appartement et participer aux examens d'entrée de l'université de Tokyo. Et la deuxième fois, c'était la semaine dernière, lorsqu'elle avait fait acheminé toutes ses affaires dans son studio. Elle en avait profité pour aller chercher ses résultats aux examens : elle les avait réussi. Elle allait donc pouvoir intégrer la fac d'anglais, comme elle aurait déjà dû le faire dans sa ville natale. Elle n'en avait simplement pas eu le courage auparavant. Mais aujourd'hui, c'était différent : elle n'y allait pas pour régler les derniers préparatifs de sa nouvelle vie. Non, aujourd'hui, elle s'était offert un aller simple car elle allait s'installer à Tokyo. Elle quittait définitivement Osaka, en laissant derrière elle tout ce qu'elle avait connu dans sa vie passée. Un passé dont elle ne parvenait pas à tourner la page. Elle ne voulait pas en parler. Les blessures de son passé continuaient de la faire souffrir. C'était pour cela qu'elle voulait quitter Osaka : elle ne parvenait plus à y vivre sereinement. Tokyo lui permettrait peut-être d'apaiser son cœur et d'empêcher son passé de la consumer entièrement.

Si elle avait choisi Tokyo comme destination, c'était parce qu'elle était fan des Black Stones. Et en bonne fan qui se respecte, elle savait que les membres du groupe n'étaient pas originaires de Tokyo, mais ils étaient montés dans la capitale afin de passer pro. Nana Osaki, la chanteuse du groupe, avait entamé une carrière solo après la séparation forcée du groupe. Elle avait vécu des évènements tragiques et elle avait surmonté son chagrin. Noriiko aussi avait vécu des évènements tragiques. Mais contrairement à Nana Osaki, elle n'arrivait pas à surmonter ses peines. Son passé la hantait inlassablement, chaque jour et chaque nuit. La jeune femme admirait la force et le courage dont avait fait preuve Nana. Et elle voulait être capable de suivre l'exemple de son idole. Alors comme son idole, elle démarrerait une nouvelle vie à Tokyo. Elle ne savait pas si elle arriverait à tourner la page de son passé, mais une chose était sûre : elle ne supportait plus de vivre à Osaka. Et désormais, il était trop tard pour faire marche arrière. Elle devait prendre son courage à deux mains et s'accrocher à l'espoir de connaître de nouveau le bonheur un jour. Mais elle avait beaucoup de mal à y croire : elle était de nature pessimiste, et la vie lui avait déjà prouvé que le bonheur n'était jamais à portée de main.

«Chers passagers, le train vient d'entrer en gare de Tokyo. 5 minutes d'arrêt sont prévues. Je répète : 5 minutes d'arrêt en gare de Tokyo.»

Noriiko fut tirée de ses pensées par une voix annonçant qu'elle était arrivée à destination. Elle prit son sac à main et se leva. Par réflexe, elle remit en place sa robe pull noire à col roulé et à manches longues en tirant un peu sur cette dernière, qui lui arrivait au niveau des genoux. Avec cette robe, elle portait un leggings noir long, des guêtres gris foncé et des ballerines noires à talon plat. Afin de ne pas avoir froid, elle avait mis une veste longue noire qui lui arrivait au niveau des genoux. Elle ne portait que des couleurs foncées, qui la rendait invisible. Cela accentuait son côté timide et allait parfaitement avec sa personnalité.

Elle sortit du train. Les quais étaient noirs de monde. Il y avait beaucoup d'agitation, mais elle y était habituée. Cependant, Osaka et Tokyo n'avaient sans doute pas grand chose en commun. Le fait était qu'elle était arrivée à Tokyo. Tokyo... Ça lui faisait tout drôle de penser ça. Elle ne connaissait pas du tout cette ville. Elle connaissait simplement les alentours de la fac. Noriiko commença à douter du choix qu'elle avait fait. Elle regarda partout autour d'elle. Est-ce qu'elle avait bien fait de venir ici? Comment allait-elle faire? Elle ne connaissait personne et se retrouvait seule dans une ville qu'elle ne connaissait pas.

Elle se dirigea vers la sortie de la gare. Une fois qu'elle se retrouva en dehors de la gare, elle observa le ciel. Il n'était pas très différent de celui d'Osaka. Elle voulut descendre les quelques marches de la gare qui donnaient sur le rue. Mais sa maladresse la rattrapa, tant et si bien qu'elle glissa, dévala les escaliers sur les fesses et se retrouva allongée par terre en bas des marches, juste devant les pieds d'une personne qui passait par là. Un peu plus et elle l'aurait fait tombé... Elle se releva, ses joues s'empourprèrent et elle se mit à s'excuser timidement, extrêmement gênée et n'osant pas regarder le visage de la personne concernée :

«Je... Je suis désolée... Pardon...»


Dernière édition par Noriiko Shimazu le Lun 30 Juil - 16:02, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]    Mer 23 Fév - 20:52

Neru avait pris le Shinkansen, ce qui était assez rare, vu qu'il sortait peu de la capitale. En général, il prenait le métro ou sa moto, c'était rapide et pratique. Mais hier, il avait eu une commande exceptionnelle, une commande express d'ailleurs, un riche client de la banlieue de Nara ne pouvait pas attendre, et il avait vraiment travailler toute la nuit sans relâche pour terminer son ouvrage et pouvoir livrer ce client, riche, mais présomptueux dans les délais impartis. Il était parti fin de matinée, ce jour, un mardi... Un jour presque comme les autres, si ce n'est qu'il avait dû confier la boutique à son employé et il n'était pas rassuré à ce sujet. Un client très important également, fidèle depuis des années et célèbre par dessus tout. Neru avait confiance en son employé, mais il préféré toujours gérer les client délicat lui même.
Toujours est-il qu'il était parti ce matin, arrivé en tout début d'après-midi chez le client afin de lui livrer sa pièce : un superbe violoncelle, restauration d'un instrument du siècle dernier. Il avait entamer ce travail depuis maintenant 5 mois et pensait l'achever dans 2 mois pour dire d'avoir des finitions parfaites.
Cependant, le client ne l'avait pas entendu comme ça et ne lui laissant même pas le temps de discuter, il avait juste dit "je vous le prends, il me le faut pour demain, voici mon adresse".
Neru était exaspéré par ce genre de comportement et déplorait l'absence de goût et de soin apporté à un instrument d'une valeur sans pareil! De superbes mélodies pouvait en sortir, si toutefois... Il serait entretenu correctement. Mais le client payait comptant, et il lui fallait un petit coup de boost pour la boutique, il avait repérer il y a une une superbe basse, et avec ses idées, il pourrait en faire vraiment une tuerie. Les groupes de rock/visu se l'arracherait... S'il avait les financements pour y ajouter les arrangements nécessaire.

Le client avait clairement été satisfait du travail fourni et Neru était reparti par le premier train pour rentrer rapidement... Même si la région de Nara était superbe, le côté campagne qui laissait apparaitre de la verdure un peu partout... ça respirait le frais et le calme. On s'y sentait à l'aise.
Donc, il repris le train, et même s'il n'était pas dans ses habitudes de s'intéresser aux autres, il n'avait rien d'autre à faire que d'observer ce qui se passait autour de lui. Il y avait toute sorte de personne, la plupart étant celles qui revenaient d'un déplacement professionnel ou les femmes pour avoir fait quelques emplettes. Il remarqua quelques étudiants d'une vingtaines d'années également... Et puis, il y avait au fond de la cabine une jeune fille, elle était déjà là à son arrivée, elle avait pris le Shinkansen avant lui. Elle semblait absente, son esprit n'était pas absorbé par ce qu'il l'entourait et son regard, presque vide fixé sans relâche le paysage qui défilait au loin, derrière la vitre relevée...
Neru ne voulait pas paraitre indécent si jamais la jeune fille croisait son regard, c'est pourquoi il détourna son attention et patienta le reste du trajet à songer à sa boutique et son évolution...
La voix du train annonça alors :


«Chers passagers, le train vient d'entrer en gare de Tokyo. 5 minutes d'arrêt sont prévues. Je répète : 5 minutes d'arrêt en gare de Tokyo.»

Neru n'avait finalement pas vu le temps passer. Il n'avait pas de bagages, alors il laissa les autres passagers préparer leurs valises et autres sacs, se précipiter vers les portes pour sortir dès l'ouverture, il patienta, pris son temps, il savait que sa moto l'attendait bien sagement sur le parking contrairement à d'autres qui devraient sûrement héler des taxis...
Quand les passagers commençaient à se faire moins nombreux, Neru en profita pour se glisser par la porte et descendre directement au niveau du sous sol pour aller chercher sa moto. La plupart des passagers longeaient le quai pour prendre la sortie de devant. Il regardait uniquement devant lui pour repérer le prochain embranchement à prendre, les gens qui passaient ne l'intéressaient vraiment pas. Arrivé à l'intersection, il tourna, et s'apprêtait à arriver à l'intersection avec l'escalier de droite, celui de l'autre quai qui rejoignait lui aussi le parking de la gare.
Cependant, son pied levé pour faire un pas de plus, il ne pu avancer d'avantage! Il est clair qu'une personne maladroite avait trébucher à "je-ne-sais" quel niveau de l'escalier, l'avait dévalé et venait de s'étaler tout du long ... devant ses pieds! S'il n'avait pas eu le réflexe, il lui aurait marché dessus... Et la personne l'aurait presque fait tombé!

Elle commença à se relever et il entendit de faibles mots :


«Je... Je suis désolée... Pardon...»

En relevant la tête, il remarqua alors la jeune fille du train, totalement désemparée et confuse, les joues empourprées...

"Ce n'est rien, Mademoiselle. Vous êtes-vous fait mal? Il semble que vous soyez perdue, voulez-vous que je vous conduise à la gare de taxis? Ces sous sol ne sont pas sûrs pour une jeune fille. "

La fille n'osait le regarder, elle ne bougeait pas, mais il sentit qu'elle était désemparée... Il patienta qu'elle se remette de ses émotions et lui prononce quelques mots audibles...


Dernière édition par neru Myuujikku le Lun 11 Avr - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]    Lun 11 Avr - 21:39

Noriiko avait donc pris le Shinkansen pour démarrer une nouvelle vie à Tokyo. Elle pensait ne pas se faire remarquer et rentrer tranquillement dans son studio, mais c'était raté. En sortant de la gare, Noriiko avait été rattrapée par sa maladresse habituelle et avait trébuché dans les escaliers. Elle les avait donc dévalées sur les fesses. Au final, elle s'était retrouvée en bas à plat ventre et avait failli renverser quelqu'un. Elle s'était aussitôt relevée et s'était excusée, extrêmement gênée. Sa timidité n'arrangeait pas les choses : elle détestait se faire remarquer de la sorte. Comment exprimer ce qu'elle ressentait? Elle avait l'impression d'être un boulet et ce qui la gênait le plus était le regard que les autres lui portaient. Auparavant, le regard des autres n'était pas important pour elle, mais ça l'était devenu depuis les «évènements» qui s'étaient produits il y a environ un an et demi. Elle n'arrivait toujours pas à en parler ouvertement, elle s'était considérablement renfermée depuis ce jour. Et rien que le fait d'y penser la mettait mal à l'aise. Elle ressentait de nouveau ses sentiments de l'époque, sa culpabilité alors qu'elle n'était pourtant pas en tort, sa douleur, l'impression d'être sale, souillée. Elle ne pouvait s'empêcher de croire quelque part au fond d'elle que c'était inscrit sur son front, que tout le monde savait ce qui s'était passé. Pourtant, l'histoire n'était pas remontée jusqu'à Tokyo et la rumeur s'était limitée à Osaka. C'était tout cela en particulier qu'elle essayait d'oublier.

Bref, lorsqu'elle s'était relevée, elle s'était aperçue que c'était un homme avec une moto qu'elle avait failli renverser. Elle regarda à peine son visage. Étrangement, elle était gênée de fixer les gens trop longtemps, alors elle baissait très souvent la tête. Il s'était arrêté avant de lui marcher dessus. Il ne semblait pas vexé outre mesure, à en croire ses paroles :

"Ce n'est rien, Mademoiselle. Vous êtes-vous fait mal? Il semble que vous soyez perdue, voulez-vous que je vous conduise à la gare de taxis? Ces sous sol ne sont pas sûrs pour une jeune fille. "

Noriiko ne s'attendait pas à une telle réaction. Elle aurait plutôt crû qu'il serait passablement énervé, parce qu'il était pressé et qu'elle le gênait, ou quelque chose de ce genre. Mais ce n'était pas le cas, puisqu'il avait même proposé de l'accompagner jusqu'à la gare de taxis. C'était très gentil de sa part et il n'était pas obligé de faire cela, mais il l'avait proposé. La jeune femme était surprise et c'était peut-être une réaction étrange, mais cela la gênait un peu. Un inconnu semblait se préoccuper d'elle, elle n'en avait pas l'habitude. De la part d'inconnus, elle n'avait toujours reçu que des regards de pitié, parce que les gens d'Osaka ne la jugeaient que par rapport à ce qui s'était passé. C'était étrange de ne pas être jugée par rapport à son passé.

Lorsqu'elle voulut donner une réponse au jeune homme, son cœur s'emballa par timidité. Ses joues étaient légèrement rosies. Sa très grande timidité pourrissait sa vie sociale. Un jour, une fille de son ancien lycée l'avait descendu en flèche à cause de ce trait de caractère, lui disant quelque chose comme «t'es débile ou quoi, t'arrives même pas à aligner deux mots sans bégayer! C'est quand même pas compliqué de parler normalement!». Depuis ce jour, elle ne pouvait pas s'empêcher de croire que les gens pensaient qu'elle était... attardée, bête, anormale. C'était quand même navrant d'en arriver là : se préoccuper à un tel point du regard des autres, c'était un tel fardeau.

Puis finalement, elle parvint à articuler, timidement :

«Je... Merci, je vais bien... C'est vrai, je suis perdue... Je... je ne connais pas Tokyo... Et je cherche à aller à... Setagaya. Mais je voulais marcher un peu... Est-ce que vous pourriez... m'indiquer le chemin à prendre pour y aller?»

Et voilà qu'elle avait encore bégayé. Cela commençait à être lourd. Elle en avait assez de sa timidité maladive. Mais elle n'arrivait pas à faire autrement. Et le fait qu'elle s'adressait à un homme n'arrangeait pas les choses : depuis ce qui s'était passé, elle avait beaucoup de mal à agir normalement en présence d'homme. Comme si elle avait peur d'eux. Elle était timide avec les filles, mais avec les garçons c'était encore pire.


Dernière édition par Noriiko Shimazu le Sam 11 Fév - 13:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]    Mar 12 Avr - 0:18

Neru ne s'était pas du tout attendu à devoir jouer les chevaliers pour une jeune fille. Il avait tellement l'habitude que les gens se marchent dessus et finissent par ne plus faire attention les uns aux autres.
Même s'il gardait son humanité, l'humain était toujours empli d'une chose plus importante que d'aider son prochain.
Pourtant, cette fois-ci, quelqu'un s'était arrêté pour elle, et ce quelqu'un... C'était Neru! Il passait par là bien tranquillement, reprenant sa moto pour filer à la boutique et constater éventuellement l'ampleur des dégâts. Seulement voilà, quelqu'un s'était mis en travers de sa route, et c'est littéralement le cas de le dire!
Il n'osait imaginer ce qu'elle ressentait à cet instant précis, mais il avait tenté de lui paraitre gentil et attentionné. N'est-ce pas ce que tout homme devrait faire dans ces cas là? Sans arrières pensées, cela va de soi! Mais il se doutait bien que le monde ne tournait pas de façon aussi... ronde!
Patientant une réponse, il s'interrogea sur ce que pouvait faire une jeune fille comme elle ici.. Non pas à Tokyo, mais dans le parking d'une gare où, visiblement, elle s'était égarée!
Il la regarda et remarqua qu'elle s'apprêter à émettre un son.
La jeune fille sembla prendre son courage à deux mains et réussit à articuler quelques mots :


«Je... Merci, je vais bien... C'est vrai, je suis perdue... Je... je ne connais pas Tokyo... Et je cherche à aller à... Setagaya. Mais je voulais marcher un peu... Est-ce que vous pourriez... m'indiquer le chemin à prendre pour y aller?»

Parler lui demandait des efforts apparemment, mais Neru ne s'en formalisa pas pour autant. Il savait bien comment était la plupart des gens et demander un service à un inconnu dans une si grande ville, surtout quand on ne semble pas connaitre, ce n'était pas chose aisée.
Et il savait de quoi il parlait. Il avait réellement connu des difficultés pour s'intégrer, surtout qu'il était parti de rien. Mais il pouvait être fier de lui d'avoir obtenu la vie qu'il a, à la force de ses poignets. Il était maintenant propriétaire, et la boutique tournait bien dans l'ensemble. Il avait toute sorte de client et avec le milieu qui se développe de plus en plus, rien de mieux pour que les affaires montent en flèche!
Il n'était pourtant pas du genre à économiser, préférant investir dans des pièces rares pour exercer avec passion son art!
Revenant à la situation, il se dit qu'il n'était pas vraiment pressé, mais tout de même, il n'était pas rassuré pour la boutique. Il suffisait qu'un client "VIP" arrive et s'en était fini. Son employé était bon en réparation et habile de ses mains, mais pour ce qui est des relations, c'est une autre histoire, et alors l'imaginer avec un client... Impensable!

Toutefois, il se reporta sur son interlocutrice qui faisait des efforts pour trouver son chemin et s'habituer un tant soi peu à la vie à Tokyo. Cependant, demander son chemin jusque Setagaya... C'était pas la porte à côté! L'arrondissement de Setagaya était situé à l'extérieur du centre ville en périphérie. A pied, il faut bien compter 1h voire 1h30 de marche.

Pour le chemin, des plans devaient se trouver à l'entrée de la gare, ce serait plus simple.
Il annonça donc sa réponse :

"Suivez-moi, je vais vous montrer le chemin sur un plan. Vous en avez à disposition à l'entrée de la gare. Par contre, comptez environ 1h30 de marche, suivant votre rythme. Êtes-vous certaine que ça ira?"
Et tout en parlant, il avait commencé à avancer dans le couloir pour remonter à la surface, direction l'entrée... Il ne savait pas du tout ce que la jeune fille avait en tête, mais elle prenait des risques à se balader seule ainsi...


Dernière édition par neru Myuujikku le Lun 18 Avr - 1:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]    Ven 15 Avr - 17:08

Noriiko venait à peine d'arriver en ville, et voilà qu'elle commençait déjà avec une bourde. Heureusement que le jeune homme ne semblait pas vexé, au contraire, il semblait assez sympathique en fin de compte. Et sa timidité venait s'en mêler par-dessus le marché : rien qu'en demandant son chemin et en s'excusant, elle avait dû bégayer une bonne dizaine de fois. Elle se sentait bête et honteuse. Ce que cette fille lui avait dit lorsqu'elle était lycéenne l'avait profondément marqué, et aujourd'hui elle en arrivait à penser comme elle. Elle n'arrivait pas à parler normalement sans bafouiller : elle était idiote ou quoi? Noriiko était comme ça : elle était très timide, elle doutait d'elle, elle se sentait inférieure aux autres, encore et toujours. Et ça avait parfois le don d'agacer les autres. C'était pour cette raison qu'elle avait le plus grand mal à se faire des amis. Et puis, les hommes lui faisaient peur, alors elle avait encore plus de mal à s'exprimer en face d'un homme.

Elle commençait à se demander si c'était vraiment une bonne idée de venir s'installer ici, à Tokyo. Elle ne connaissait personne, elle ne connaissait même pas la ville et pour couronner le tout, au vu de ses défauts, elle ne risquait pas de s'intégrer ici de sitôt. Elle se sentait bien seule tout à coup. Ce n'était qu'à ce moment-là qu'elle regrettait que sa meilleur amie(et la seule amie qu'elle ait eu)soit restée à Osaka. C'était la seule personne qui ne la jugeait pas sur ses défauts, la seule personne qui était toujours là pour elle.

En demandant son chemin pour Setagaya, elle réalisa que les deux seules fois où elle s'y était rendue, c'était en taxi et en plus, elle ne se souvenait même plus par où elle était passée. Elle n'avait pas la mémoire des lieux et elle n'avait donc pas ce qu'on appelle le sens de l'orientation. Cependant, il lui avait semblé que le trajet avait été assez long pour un voyage en taxi... À pieds, ce devait encore plus long! Mais peut-être qu'elle pourrait mieux se familiariser à Tokyo ainsi...
Puis le jeune homme donna sa réponse :

"Suivez-moi, je vais vous montrer le chemin sur un plan. Vous en avez à disposition à l'entrée de la gare. Par contre, comptez environ 1h30 de marche, suivant votre rythme. Êtes-vous certaine que ça ira?"

«_Merci beaucoup... Je crois que ça ira... enfin, au pire... je prendrai un taxi un peu plus tard...»

Répondit Noriiko, cette fois en faisant son possible pour éviter de bégayer, le cœur battant comme à chaque fois qu'elle prenait la parole. Donc ce qu'elle pensait était exact. Il y avait un sacré temps de marche. Cependant, elle allait marcher plus que ce qu'elle avait pensé. Peut-être finirait-elle par prendre un taxi en fin de compte. Elle verrait sur le chemin : si elle en avait assez, elle attendrait un taxi. Osaka était déjà une grande ville... mais il lui semblait que Tokyo était encore plus immense! Et puis, elle était seule, ça n'arrangeait pas les choses. Si son amie avait été avec elle, cela aurait été plus agréable. Mais elle ne pouvait pas la forcer à monter à Tokyo : elle avait déjà son avenir tout tracé à Osaka. Alors il allait falloir qu'elle se débrouille, qu'elle se fasse des amis, aussi dur que cela puisse être, qu'elle se trouve un petit job pour payer ses études, car son père n'avait pas forcément les moyens de tout payer. Certes, il payait les frais de la fac, mais c'était à Noriiko de se débrouiller pour payer son loyer. Et un loyer à Tokyo, ce n'était pas donné...

Tout en parlant, le jeune homme avait commencé à marcher, sans doute pour rejoindre la surface où se trouvait le plan de la ville. La jeune femme le suivit, en laissant tout de même une petite distance entre eux. Encore l'un de ses défauts : elle avait peur des hommes et n'osait pas les approcher de trop près. C'était l'une des séquelles de ce qui s'était passé dans sa vie il y avait maintenant 1 an et demi. Et cette peur du genre masculin ne risquait pas de disparaître de sitôt.

Une fois qu'ils furent remontés à la surface, ils purent enfin voir le plan de la ville. La jeune femme regarda le plan sans parvenir à le déchiffrer vraiment. Elle essayait de situer l'endroit où ils se trouvaient. Elle hésita un peu, puis finit par demander timidement :

«Où est-ce qu'on est sur ce plan? Dans quels arrondissement y a-t-il le plus d'animation? Enfin... c'est parce que... je cherche un job... et je me disais que je trouverai peut-être quelque chose... dans des quartiers plus animés... ou dans le centre-ville...»


Dernière édition par Noriiko Shimazu le Sam 11 Fév - 13:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]    Lun 18 Avr - 1:48

«_Merci beaucoup... Je crois que ça ira... enfin, au pire... je prendrai un taxi un peu plus tard...»

Telle fut la réponse de la jeune fille à son intention. Neru avait alors commencé à se diriger vers l'entrée principale, le plan se trouvant à l'étage, il pourrait ainsi mieux lui expliquer. Mais il n'osait lui dire que le trajet était vraiment très long, surtout à pied. Et il n'osait pas non plus lui proposer de l'y conduire en moto. Ce genre de chose n'était pas courante, pourtant sa gentillesse lui disait de le faire... *Ah! Satané respect de tout, culture trop fermée pour accepter quelques écarts raisonnables... * Décidément, la journée était rude pour lui!! Et il sentait que ce n'était pas fini!

La jeune fille le suivait, à petits pas, elle paraissait perdue dans ses pensées. Songeait-elle enfin à prendre un taxi? Il n'était pas tranquille à l'idée de la laisser s'en aller seule ainsi aussi loin... Elle paraissait jeune, peut êre était-ce une question d'argent? Encore une chose qui ne se demande pas, dans la coutume, mais toutefois, rien d'anodin à ce qu'il paye un taxi...

Arrivés en haut, il lui présenta le plan et ne donna pas plus d'explication... Il attendit qu'elle prenne le temps d'observer et qu'elle se permit d'ajouter :


«Où est-ce qu'on est sur ce plan? Dans quels arrondissement y a-t-il le plus d'animation? Enfin... c'est parce que... je cherche un job... et je me disais que je trouverai peut-être quelque chose... dans des quartiers plus animés... ou dans le centre-ville...»

*Ah, c'était donc ça! Pas besoin de partir si loin se dit-il!*

Et sa pensée fut accompagnée par la parole :

"Vous savez, du travail, vous pouvez en trouver à tous les coins de rue ici, il n'est pas nécessaire, forcément, de partir si loin. Toutefois, si vous y tenez, je peux vous avancer un taxi ou vous y conduire. Même s'il n'est pas dans les habitudes citoyenne de proposer cela, je ne me sentirais pas rassuré de vous laisser partir seule à l'inconnu.
Pour ce qui est du travail, dans quel domaine recherchez-vous, si ce n'est pas indiscret?"

Il ne voulait nullement la mettre mal à l'aise, mais que faire de plus?... La situation n'avancerait pas de si tôt, sinon!
Il venait d'avoir une idée, d'ailleurs, à l'annonce des paroles de la jeune fille.
Toutefois, il était plus raisonnable de patienter une réponse avant de souhaiter se mettre dans une situation d'embarras qui n'aurait pas lieu d'être, après tout!
Il guetta avec attention la réaction de son interlocutrice...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]    Mar 7 Juin - 18:45

Le jeune inconnu avait donc accompagné Noriiko jusqu'à l'entrée principale, où se trouvait un plan de Tokyo. La jeune femme observa la carte, mais ayant un sens de l'orientation catastrophique, elle ne savait pas du tout où était située la gare. Elle ne distingua pas non plus le nord et le sud. D'ailleurs, quelle direction fallait-il prendre pour aller vers le nord? Elle n'aurait pas su dire si le sud était devant elle ou derrière elle. Et puis, même si les arrondissements portaient tous un nom différent, cela ne l'aidait pas à savoir quels quartiers correspondaient au centre-ville. C'est donc pour ces raisons qu'elle avait demandé un peu de précisions au jeune homme. Elle avait l'impression qu'elle allait se perdre plus d'une fois. Ce n'était pas demain la veille qu'elle saurait se repérer seule dans Tokyo... Et pourtant, il allait falloir qu'elle s'y fasse : c'était ici qu'elle allait vivre désormais. Bien évidemment, elle ne regrettait pas le moins du monde d'être venue à Tokyo, mais elle se rendit compte qu'elle partait vers l'inconnu, et c'était quelque chose qui ne la rassurait pas. Elle n'aimait pas cette impression d'avancer sans savoir où elle allait, ça lui donnait l'impression que quelque chose échappait à son contrôle. Noriiko était le genre de personne qui préférait savoir où aller et quoi faire plutôt que d'improviser. Bien sûr, c'était elle qui avait choisi de changer de vie, mais on ne se rend compte de la difficulté des choses que lorsqu'on y est confronté. Arriverait-elle à se fondre parmi les Tokyoites? Trouverait-elle sa place dans cette ville? Parviendrait-elle à surmonter les difficultés d'intégration qui se présenteraient, seule et sans se décourager? Ces questions taraudaient la jeune femme. Seul l'avenir pourrait répondre à ses interrogations. Il allait lui falloir du courage et de la motivation pour réussir sa nouvelle vie. Elle devait faire son possible pour ne plus se laisser gouverner par son passé.
Elle fixait toujours le plan et tentait de le déchiffrer tant bien que mal, lorsque le jeune homme lui répondit :

"Vous savez, du travail, vous pouvez en trouver à tous les coins de rue ici, il n'est pas nécessaire, forcément, de partir si loin. Toutefois, si vous y tenez, je peux vous avancer un taxi ou vous y conduire. Même s'il n'est pas dans les habitudes citoyenne de proposer cela, je ne me sentirais pas rassuré de vous laisser partir seule à l'inconnu.
Pour ce qui est du travail, dans quel domaine recherchez-vous, si ce n'est pas indiscret?"


Ce jeune homme était exceptionnel. Il était plus que rarissime qu'un inconnu se préoccupe d'une autre personne. Il lui avait tendu la main et avait accepté de l'aider. Il était très gentil, et si Noriiko avait été moins timide, elle lui aurait souri chaleureusement en le remerciant de sa gentillesse. Au lieu de ça, elle se disait qu'elle était une gêne et qu'elle le retenait alors qu'il avait sans doute autre chose à faire. Eh oui, elle voyait toujours le verre à moitié vide au lieu de le voir à moitié plein. La jeune femme se sentait gênée d'être le sujet d'une telle attention et se mit à rougir en baissant le regard. Elle n'avait pas l'habitude qu'on la guide comme il le faisait.

Certes, il n'était pas indispensable qu'elle aille chercher du travail aussi loin. Mais comme elle logeait et étudiait à Setagaya/Ôta, il serait plus commode pour elle de chercher du boulot là-bas. Cependant, cela ne la gênait pas d'avoir du trajet à faire pour se rendre sur son lieu de travail. Ah, la vie d'étudiant! Si elle ne se trouvait pas un job, elle ne pourrait pas payer son loyer, ce qui mettrait fin à ses espoirs de renouveau. Et ce n'était pas avec le peu d'argent qu'elle avait sur elle qu'elle pourrait payer. Tout juste de quoi se payer un trajet en taxi jusqu'à Setagaya. Elle voulait au départ économiser cet argent, mais elle allait finalement s'en servir pour payer le taxi. Elle voulait éviter que ce si chaleureux jeune homme se fasse du soucis pour elle.

Dans quelle domaine recherchait-elle du travail? Bonne question... Elle craignait au vu de son CV et de sa timidité de ne pas trouver un job. Elle était prête à accepter n'importe quelle offre... enfin si cela n'était pas illégal et que ça lui permettait de vivre. Son CV ne pesait pas lourd : après avoir obtenu son bac, elle avait travaillé deux ans dans la boulangerie de ses parents(de son père pour être exact) à Osaka, jusqu'à son déménagement à Tokyo. Elle semblait donc douée de peu d'aptitudes. Le fait qu'elle soit étudiante lui imposait de plus des horaires spéciaux. Mais elle voulait vraiment travailler, elle était déterminée à rester à Tokyo. Alors elle était prête à faire beaucoup d'efforts.

Au travers de la question de l'inconnu, elle crut déceler une éventuelle offre. Mais elle se persuada aussitôt du contraire, cette pensée était déplacée et sans fondement. Un inconnu qui l'aidait et lui proposait du travail, c'était impossible! Elle n'avait pas l'impression de mériter une telle chance.
Puis elle lui répondit sans oser croiser le regard du jeune homme et en posant une main gênée sur son propre avant-bras :

«Je vous remercie beaucoup, c'est très gentil. Mais... ne vous inquiétez pas... ça ira, je vais prendre un taxi. J'ai ce qu'il faut. Je... je ne recherche pas de travail dans un domaine particulier. En fait... je suis étudiante et... j'ai besoin de travailler. N'importe quel travail me conviendrait... Mais j'ai peur de... de ne rien trouver...»

à chaque fois qu'un taxi passait, elle levait le bras et montrait son intention d'en prendre un. Mais ce n'est qu'au bout de plusieurs taxis que l'un d'eux s'arrêta près de la jeune femme, les autres étant déjà plein. Elle ouvrit la portière arrière. Mais avant de monter, elle remercia timidement le jeune inconnu :

«Je... je vous remercie pour votre aide. Désolée de vous avoir retenu...»

Elle pensa qu'elle aurait dû sympathiser avec lui. Elle espéra le revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Une arrivée discrète...[Neru M. et Noriiko S.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une arrivée discrète... Enfin au début [PV Miyu Yamazaki] [terminé]
» Une arrivée discrète ... [PV Miya Pandora][Terminé]
» Une arrivée discrète • [PV : Alvin T. Sean]
» Arrivée de Houille
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANA DREAM パスワードを入力してください :: NANA Divers :: Sujets Archivés-
Sauter vers: