NANA DREAM パスワードを入力してください
Bienvenu(e)!

Prêt pour un nouveau départ?

    Nana Osaki vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.



    Nana vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.

AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez répondre à notre MJ sur le RP Lone & Ardent et faites avancer l'intrigue ! L'étau se resserre de plus en plus autour de nos personnages ! Pourquoi tout ce remue ménage sur la mort de Ren après 6 ans ! Répondez et nous le sauront bientôt !

Partagez | 
 

 Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shin'ichi Okazaki

avatar

Masculin
Nombre de messages : 303
Age : 23
Points : 7658
Réputation : 84
Date d'inscription : 30/12/2010

Feuille de personnage
Métier: bassiste / garçon de joie
Age: 21
Orientation sexuelle: cupide

MessageSujet: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mar 10 Mai - 17:36

Une heure, une simple heure, c’était à tout casser le peu de temps que Shin avait dormi cette nuit, il n’avait pu se résoudre à calmer son excitation. Aujourd’hui serait surement un des jours phares de sa future vie d’artiste, il n’en doutait pas un instant. En effet cette journée était le jour convenu avec Nobu pour mettre à l’œuvre leur projet. Apres avoir fait poser des affiches dans la plupart des magasins de musiques et autres salles de concert, studios de répétition, sans oublier les bars, histoire d’attirer l’attention des puristes de la musique , SHIN se sentait confiant , les auditions pour le futur groupe ne se dérouleraient surement pas sans membres potentiels . Sur ses affiches était bien spécifié le fait que le groupe souhaitait s’élargir au niveau de la pratique instrumentale et par conséquent, la guitare, la basse et la batterie ne seraient pas les seuls instruments représentés lors de ce casting.

Shin songea à se lever lorsqu’il se rendit compte qu’il devait avoir une mine pittoresque et qu’il ne pouvait décemment pas se présenter à un tel événement avec un visage tout juste réveillé. Les auditons avaient lieux à 15 heures, il lui restait donc cinq longues heures à patienter, avant de retrouver Nobu à leur ancien studio du VIII ème arrondissement. Il n’y paraissait peut-être rien, mais Shin avait horreur de l’attente, le sentiment d’excitation étouffé ne lui plaisait définitivement pas. Il sortit sa basse histoire de se détendre et commença à jouer le rythme d’un air des blasts en signe d’adieu à une ère révolue.

14 heures 30, arrivé devant le lieu des festivités, Shin attendait Nobu à qui il avait donné rendez-vous un peu à l’avance histoire de tout préparer à l’intérieur, il ne savait pas encore combien de personnes répondraient à leur invitation, peut être même que leur affiches étaient passés à la trappe et qu’ils se retrouveraient seuls. Non, il n’y avait pas d’hésitation à avoir, le sort ne pouvait pas sans cesse s’acharner sur Nobu et lui. Savoir que ce futur groupe, …… Shin venait soudain de se rendre compte d’un détail important, ils n’avaient toujours pas choisi de nom pour la formation. Bref , cela n’avait plus d’importance , la vue de Nobu , arrivant au loin l’interrompit dans ses pensées , cet instant fit sentir qu’au verso d’une page tournée il y longtemps maintenant et restée blanche jusqu'à présent , de l’encre allait bientôt paraître .

_________________


記憶は優しすぎて残酷
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mer 11 Mai - 14:31

Nobu s'était levé de bonne heure ce matin. Après tout, aujourd'hui n'allait pas être un jour comme les autres. Aujourd'hui allait enfin se décider ce qu'il adviendra de sa carrière. Shin ne devait pas être moins excité que lui depuis le temps qu'ils concoctaient ensemble la formation d'un nouveau groupe. Un nouveau groupe, oui, et non pas les Black Stones II, voilà ce qu'ils s'étaient dit dès le départ. Nobu se doutait bien que Shin ne devait pas avoir bonne mine vu qu'il avait passé la soirée à coller des affiches.

Il va encore être d'humeur à tuer, pensa Nobu en se calant un toast au beurre de cacahuètes entre les dents.

Il se sentait légèrement coupable, peut-être qu'il aurait du lui filer un coup de main. Afin de lui remonter le moral et pour se faire pardonner Nobu décida de passer chez le pâtissier. Shin ne cessait de proclamer haut et fort qu'il n'était plus le gamin d'autrefois, mais au fond c'était tout de même comme un petit frère au tempérament violent qui restait sensible aux petits bonheurs que procuraient de bonnes friandises. La tarte au chocolat lui parut être le meilleur choix.

Par contre, il eut un choc en vérifiant l'heure sur son Gsm; s'il ne se grouillerait pas un peu, il risquait d'être en retard pour le casting, et gâteau ou pas, cela ne l'épargnera pas d'une fameuse engueulade.

Pour des raisons de confort, le guitariste pris l'emballage en dessous du bras et se mit à courir plus vite que jamais apercevant un tram s'arrêtant de l'autre côté de la rue. Tant qu'il arriverait à l'heure il s'en foutait d'être bousculer de gauche à droite ou de se faire écrabouiller par les seins énormes des prostituées matinales.

De loin déjà il vit Shin devant le studio, songeur, en train de faire les mille pas. Nobu ralentit alors pour reprendre sa respiration et ouvra ensuite le carton contenant la tarte avec un sourire jusqu'aux oreilles. Voyant le regard perplexe du bassiste, il eut un mauvais présentement. Il ne comprenait pas son étonnement. Alors il jeta un coup d'oeil à son cadeau: il ne distingua qu'une masse brune, informe, éclaboussant l'intérieur du carton...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Jeu 12 Mai - 17:07

[Comme je ne sais pas trop si vous préférez attendre tout le monde avant les prestations, je n'ai pas encore intégré celle de Noriiko dans mon post. Ah et c'est un peu long à lire, j'ai visé un peu gros avec ce post xD]

Aujourd'hui était un grand jour pour Noriiko. Grand jour, car il pourrait décider de la tournure qu'allait prendre la nouvelle vie de la jeune femme. La veille, alors qu'elle était sortie pour faire son repérage de la ville, elle avait remarqué qu'une affiche était collée sur la vitrine d'un magasin de disques. Elle annonçait qu'un casting allait être organisé en vue de reformer un groupe. Il se trouvait que deux anciens membres des Black Stones étaient à l'origine de ce projet. Noriiko était une fan inconditionnelle des Blast et elle avait été attristée par la tournure qu'avait pris les choses : Nana Osaki, la chanteuse, avait disparu de la circulation suite à la mort de son petit-ami, Ren de Trapnest. Cela faisait maintenant 6 ans, mais d'après le magazine Search, Nana n'était toujours pas revenue au Japon. Et aujourd'hui, Shin et Nobu cherchaient à reformer un groupe. Le casting devait démarrer à 15h. Noriiko ne connaissait pas vraiment la ville. Elle était arrivée il y avait peu de temps et elle n'avait pas encore eu le temps de se familiariser à Tokyo.

Depuis qu'elle s'était levée ce matin, elle était très nerveuse. Elle avait décidé de se présenter à ce casting, malgré sa grande timidité. Elle avait eu cours ce matin, mais son esprit était accaparé par l'audition. Elle y allait pour deux raisons : la première d'entre elle était sa passion pour la musique. Elle chantait plutôt bien, bien qu'elle disait le contraire. Et puis, elle avait appris à jouer de la basse voila 6 ans. Depuis, elle avait atteint un bon niveau. Et puis, cela lui rappelait son adolescence. Le grand frère de sa meilleure amie jouait très bien de la guitare et il y avait 4 ans maintenant, il avait formé un groupe avec ses amis de fac. Noriiko avait été la chanteuse du groupe et sa meilleure amie se chargeait de faire les arrangements par informatique. Le groupe dans lequel elle était entrée n'avait pas été crée dans le but de devenir célèbre, mais juste dans le but de s'amuser en faisant ce qu'ils aimaient. D'ailleurs, le groupe s'était dissout quelques mois après sa formation, en raison des études du frère de sa meilleure amie. Il n'avait plus de temps à consacrer au groupe. Ils avaient fait 2 reprises, l'une de Cindy Lauper en version rock et l'autre de Ann Lewis, ainsi qu'un autre titre aux sons plus doux et plus mélancoliques, dont les paroles avaient été écrites par Noriiko. C'était l'une de ces chansons que la jeune femme comptait présenter à l'audition.

La deuxième raison qui la poussait à se présenter était plutôt un bonus : elle allait rencontrer deux des membres du groupe de punk qu'elle adorait. Si elle ne décrochait pas l'audition, elle pourrait au moins leur demander un autographe... si sa trop grande timidité ne prenait pas le dessus! Elle était vraiment très timide, en particulier depuis ce qui lui était arrivé il y a maintenant un an et demi à Suita, sa ville natale, à tel point qu'elle bégayait souvent et qu'elle rougissait lorsqu'elle devait prendre la parole! Et ce trait de caractère avait tendance à être plus pesant en présence d'homme. Espérons qu'elle sache ne rien montrer au moment opportun... Si elle se présentait à ce casting, ce n'était pas pour briller sous les feux de la rampe, c'était pour savoir si elle avait un avenir ou non dans la musique, sa plus grande passion. Et en même temps, elle avait peur de se présenter, elle était terriblement nerveuse. Elle avait l'impression que c'était ridicule pour elle de vouloir se présenter. Elle ne croyait aucunement en son talent, elle faisait ça pour s'amuser, mais pourtant sa voix et sa manière de jouer de la guitare n'étaient pas si mauvaises. Elle était comme ça : elle doutait d'elle-même tout le temps.

Bref, l'heure du casting approchait. Il était 14h10. Noriiko décida de se mettre en route, son étui contenant sa basse sur l'épaule, car elle savait pertinemment qu'elle risquait de se perdre en chemin. Alors elle chercha dans toute la ville où pouvait se trouver le studio dans lequel se déroulait les auditions. Elle n'osait rien demander à personne, de peur de paraître ridicule en avouant qu'elle comptait se présenter. C'était étrange comme sentiment, mais c'était comme si elle avait l'impression que son visage trahissait ses secrets et ses défauts, comme s'il y avait écrit sur son front qu'elle était bien trop timide pour percer dans ce domaine. Elle marcha un long moment afin de parvenir au bon arrondissement. Il était bientôt 15h... Elle allait être en retard! Elle pressa le pas, son étui de basse sur l'épaule droite.

Et enfin, elle trouva le studio des Blast. Et elle vit Nobuo Terashima et Shinichi Okazaki devant ce dernier. Ouf, elle ne s'était pas trompée! Son cœur battait à la chamade. Le stress l'avait envahie de toute part et elle avait l'impression que ses jambes jouaient des castagnettes. Alors elle prit son courage à deux mains et s'approcha des deux musiciens. Elle les salua timidement :

«Bon... Bonjour... Je suis... Noriiko Shimazu et je voudrais... enfin, je viens passer l'audition si possible... Je... je viens pour la place de chanteur... ou... ou de bassiste. Comment... comment va se... dérouler l'audition?»

Comme toujours, sa timidité l'avait amenée à bégayer. Elle était très impressionnée de se tenir aussi près de deux musiciens talentueux, alors ça n'arrangeait rien. Elle n'osait pas regarder les deux musiciens dans les yeux. Ils devaient la trouver stupide. Et puis, son style vestimentaire n'était pas là pour la mettre en valeur : comme d'habitude, il lui donnait un côté invisible. Elle était vêtue d'un leggings long noir ainsi que d'une robe en soie à manches courtes. Cette robe était grise claire à fines rayures blanches verticales et lui arrivait au-dessus du genou. Le bout des manches était légèrement froufrouté, tout comme le bas de sa jupe. Deux poches, autant fonctionnelles que décoratives, étaient réparties de chaque côté de sa jupe, à hauteur de ses hanches. Le rebord de ces poches était lui-aussi légèrement froufrouté, et un nœud gris décoratif ornait chaque poche. Elle portait avec son leggings des escarpins noirs à tout petit talon. Elle avait mis une petite veste noire, car le temps était encore un peu frais. Mais bien que ses vêtements lui donnaient un côté invisible, cela ne la rendait pas moins mignonne. C'était avec un leggings et une robe qu'elle était la plus jolie. En plus, elle avait la chance d'avoir une silhouette fine et de très jolis yeux couleur émeraude, qui faisaient ressortir son regard. Comme à son habitude, elle s'était tressée les cheveux en laissant deux mèches de cheveux libres, qui venaient encadrer son visage.

Noriiko ne savait pas trop s'ils devaient attendre d'autres personnes avant de commencer l'audition. Elle se doutait qu'elle devrait faire une démonstration de ses talents. Elle espérait que tout se passerait pour le mieux. La musique l'aiderait à se détendre. La musique avait un pouvoir étonnant sur la jeune femme, mais pour le moment, comme elle n'avait commencé sa prestation, ce n'était pas visible. Elle n'osait pas croiser leurs regards, et elle n'osait pas non plus leur dire à quel point elle les admirait. Tout ce qu'elle parvint à dire après avoir posé sa question fut :

«Si... si vous cherchez un nom pour le groupe... je... j'ai peut-être une idée... mais... il vaut mieux attendre... d'avoir passé les auditions avant... de décider, non?»


Dernière édition par Noriiko Shimazu le Lun 29 Oct - 15:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dong Hua Myriang

avatar

Nombre de messages : 24
Age : 21
Points : 3730
Réputation : 4
Date d'inscription : 16/04/2011

Feuille de personnage
Métier:
Age:
Orientation sexuelle:

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Jeu 12 Mai - 18:49

Miryang en était à son 3eme jour à Tokyo . Sa vie avait vraiment changé depuis l’aéroport de Séoul . Elle avait maintenant un appartement à Tokyo et vivait heureuse . Le soir , elle avait vu une affiche qui concernait Nobu et Shin des Blast . Apparemment , ils voulaient reconstituer un groupe . Miryang sourit cela lui plairait si elle entendait à nouveau quelques membres de Blast chanter de nouvelles chansons . Bien qu’elle les avait découvert après leur séparation , elle les avait beaucoup apprécié . Elle repensa avec nostalgie à « Underlyne » le groupe dont elle faisait partie . Elle passa son chemin sans trop faire attention à cette affiche . Elle la revit souvent et cela l’attrista légèrement car elle avait quitté les siens de la musique . Elle savait qu’un groupe c’était comme une famille et en ce qui la concernait elle aimait ses deux familles .

Elle prit son portable et lanca un mot gentil aux deux groupes :


Aux Underlynes :
"J’espère que vous continuez les répétitions même sans moi ^o^ "


à Suzy des G&D :

danser sans moi n’est pas trop triste ? votre membre la plus performante , Miryang !


Elle sourit et continua son chemin jusque son appart’ et vit ENCORE cette affiche . Elle ne regarda plus la rue et courut s’enfermer chez elle . Elle s’effondra sur son canapé et fondit en pleurs . Son portable sonna et elle reçut la réponse de son ancien groupe de rock :
Tu rigoles , sans toi , impossible faut qu’on se trouve une nouvelle chanteuse !

Elle rigola et répondit :

Ca vous ferez quoi si je vous disait que je postule pour être la nouvelle chanteuse des musiciens de Blast ?


Toute la soirée , elle n’arrêta pas d’écrire à DongJoon ce qui la calma beaucoup . Elle entreprit de manger et se fit ses fameuses nouilles qui n’étaient pas si mauvaises … DongJoon insista pour qu’elle participe en disant que cela lu ferait du bien , elle aurait des amis japonais et pourrait même avoir des autographes pour lui . Finalement , influencée , elle se laissa embarquer dans ces auditions …

LE LENDEMAIN MATIN ~~


Miryang ouvrit les yeux dans son lit et sourit .

"Ce matin , c’est dans un lit que je me réveille , j’évolue !"

Il était que 10h mais elle sauta dans la douche et s’habilla vite fait en évitant de faire « trop coréenne » . Elle ne s’attarda pas sur ses vêtements et chercha ses ballerines jean marines qu’elle enfila . Elle prit le métro et se regarda dans le miroir . Elle avait le reflet d’une jeune citadine . Ses cheveux formaient un chignon rebelle agrémenté d’une broche bleue ciel . Celle-ci relevait la couleur de ses cheveux . Elle avait mis une robe en jean assortie de collants jaunes déchirés . Ils se voyaient de loin tout comme son étui à guitare noir qu’elle tenait à coté d’elle .Il faisait encore un peu friquet et le col roulé noir sous la robe s'imposa comme une évidence Elle but du lait à la fraise et avala quelques bonbons fourrés pendant le trajet . Une fois arrivée , elle traina dans la ville de Katsushika .

L’endroit était peu attirant et était même un peu déprimant mais avait un certain charme . Elle s’assit à un banc non loin du studio et s’entraina à chanter un peu . Elle brancha ses écouteurs et fredonna quelques chansons de Blast dont Rose . L’heure fatidique arriva , bizarrement elle n’était pas si stressée que ça . Elle se disait qu’au pire , elle les aurait rencontré une fois . C’est ainsi que posée et rêveuse , Miryang marcha jusqu’au studio . Elle remarqua 3 silhouettes et en reconnut 2 : Nobu et Shin . La 3eme silhouette devant être une des candidates . Elle s’approcha et se dit qu’ils l’ avaient surement remarqué vu le jaune de ses collants . Soudain gênée , elle prononça un « Bonjour » à haute voix et esquissa un signe de la main .

Enchantée je suis Don … Heu non …. Miryang est mon prénom … Heureuse de vous voir enfin !

Elle avait eu du mal à dire ces quelques paroles en japonais , et jura à voix basse en coréen .

Elle se tourna vers la 3eme silhouette qui était une fille d’ailleurs mignonne comme tout et lui fit un sourire en articulant « Salut » !
!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Ven 3 Juin - 23:16

Ruka ouvrit les yeux et se tourna dans son lit pour regarder le réveil. 9h, il faut qu’elle se lève et elle est plus motivée que jamais. Elle se lève et se dirige vers la salle de bain. Après avoir pris sa douche, elle enfile ses habits. Aujourd’hui rien de plus normal, elle enfile une mini jupe noire, une chemise, une cravate et des bottes. Elle était si pressée de passer cette audition qu’elle finit de se préparer en avance.
Comme elle n’avait pas encore d’appartement, elle dormait encore à l’hôtel. Ruka découvrit qu’il y avait une audition la veille, en sortant du magasin de musique où elle avait racheté des cordes pour sa guitare.
Ruka s’asseyait sur une chaise, jouant de la guitare et chantant pour s’échauffer la voix. Tout le monde lui disait qu’elle chantait bien, elle avait beaucoup de fans à ses concerts mais l’occasion d’être dans un groupe, elle le rêvait depuis très longtemps. Et quand elle apprît que les deux hommes qui organisaient cette audition étaient Shin et Nobu, les anciens membres de Blast. Elle était sur le point de tomber dans les pommes. Elle avait toujours eu beaucoup d’admiration pour ce groupe.
Quand elle regarda l’horloge à nouveau, il était 14h, l’heure pour elle de partir. Elle sortit dehors et pris la direction de la station de métro. Le stress monta de plus en plus et l’idée de voir Shin et Nobu la fit devenir de plus en plus rouge. Il ne fallait pas qu’elle rougisse devant Shin et Nobu car sinon ses chances de devenir chanteuse dans le groupe vont couler.

Dans le métro, elle se fit bousculer par tout le monde, elle se répétait sans arrêt dans sa tête : « ne t’énerve pas … ne t’énerve pas… » Le métro fit un arrêt brusque qui n’était pas prévu. Les portes s’ouvrirent et tout le monde descendit. Elle passa à travers la foule et couru le plus vite possible pour ne pas être en retard.

« Pourquoi ça n’arrive qu’à moi tout ça ?! »

Elle ralentit quand elle vit le studio avec 4 personnes devant. Elle s’avança doucement et aperçu Shin en premier. Son cœur se mit à battre à cent à l’heure. Voir ses idoles devant elle était un rêve éveillé. Elle s’approchait de plus en plus et eu peur que sa timidité prenne le dessus quand le moment de parler arrivera. Au contraire, elle avait l’air totalement à l’aise. Elle parla normalement et garda son calme pour ne pas montrer sa nervosité.

« Bonjour je suis Ruka… Je viens pour l’audition »

Elle regarda attentivement les deux filles et leurs fit un sourire.

« Bonjour »

Pendant qu’elle restait devant le studio avec les deux musiciens et les deux filles. Elle chantait une chanson dans sa tête. Elle ne voulait pas oublier les paroles. Elle se bâtera pour avoir la place, elle n’a pas entendu la voix des filles mais elle est sur d’elle et va tout donner pour être la chanteuse de leur groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Shin'ichi Okazaki

avatar

Masculin
Nombre de messages : 303
Age : 23
Points : 7658
Réputation : 84
Date d'inscription : 30/12/2010

Feuille de personnage
Métier: bassiste / garçon de joie
Age: 21
Orientation sexuelle: cupide

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Sam 4 Juin - 21:29

L’arrivée de Nobu le ravissait en tout points , tout d’abord il se sentait rassuré que son ami ne lui ai pas posé un lapin , même s’il savait que ce n’était pas le genre de son ami, il avait déjà eu le tour à plusieurs reprises en affaire , et ne pouvait s’empêcher de garder une certaine appréhension arrivée l’heure des rendez-vous. De plus voir son cher compagnon débouler le sourire au lèvres , l’air aussi gai qu’à son habitude de petit bonhomme blond boute-en-train le faisait se sentir plus confiant . Ce dernier portait un paquet dans les bras ,et , arrivé à quelques mètres de Shin , visiblement fier de son bagage , ne put s’empêcher de l’ouvrir , le léger sourire habituel qui accompagnait son visage chaleureux s’était maintenant transformé et avait pris l’apparence d’un véritable croissant au beurre.
Shin jeta un léger coup d’œil à la boite que lui tendait son ami , et fut tout d’abord étonné de ne voir qu’une masse informe brunâtre comme imprégnée dans le carton .Notre ami se dépêcha de modifier l’apparence de son visage en une mine enjouée , et , pour ne pas gâcher la joie de son partenaire ,lui faisant entièrement confiance quant au contenu initial de ce paquet , trempa son doigt dans la crème et tout en le portant à sa bouche pour gouter le restant de « pâtisserie ». Un petit sourire se dessina alors sur son visage :
« Salut , « papa » comment tu vas ? »

il n’attendait pas vraiment de réponse de la part de son ami , il était tellement heureux de le revoir enfin pour des conditions professionnelles qu’il ne put s’empêcher d’enchainer directement sur les mises au point pour le déroulement des auditions .



« Dis , on prépare ça comment , je veux dire , si jamais il arrive un grand nombre de postulant ? on les regroupes par domaine de compétences ? »

Il hésita un léger instant avant de s’exprimer sur un sujet tout autre.


« Nobu , j’y ai pensé toute la nuit , et j’espère vraiment que cela va fonctionner , prouvant ainsi que nous ne sommes pas incapables de devenirs des gens reconnus , et je te promet que si cela fonctionne , je resterai à tes cotés et qu’ensemble , avec les nouveaux membres , nous atteindrons des sommets encore inexplorés »

un coup d’œil derrière lui , le temps de réajuster la bretelle de sa housse de basse , personne à l’horizon , si ce n’est un jeune fille qui se profilait au loin , elle avait l’air déterminé , visiblement prête à affronter une épreuve , camouflant sa timidité apparente. Shin supposa alors qu’elle venait pour le casting , et se retournant vers Nobu , la lui désigna d’un signe de tête complice .

La jeune fille s’était approchée , et maintenant elle venait se joindre à eux.



« Bon... Bonjour... Je suis... Noriiko Shimazu et je voudrais... enfin, je viens passer l'audition si possible... Je... je viens pour la place de chanteur... ou... ou de bassiste. Comment... comment va se... dérouler l'audition? Si... si vous cherchez un nom pour le groupe... je... j'ai peut-être une idée... mais... il vaut mieux attendre... d'avoir passé les auditions avant... de décider, non ? »


Shin laissa à Nobu le soin de répondre , sorte de vengeance personnelle pour l’avoir fait attendre , car une seconde demoiselle venait de faire son apparition. Préoccupé par l’arrivée de la première , il n’avait pas fait attention à celle-ci , au physique tout aussi agréable , il ne lui fallut pas longtemps avant de voir en elle , les traits d’une coréenne , une question d’œil.


l’hésitation de la jeune fille lors de sa présentation : « Enchantée je suis Don … Heu non …. Miryang est mon prénom … Heureuse de vous voir enfin » ne faisait qu’étayer son raisonnement , elle essayait visiblement de dissimuler ses origines, à quoi bon ? Quelle importance cela faisait ?

L’arrivée d’une troisième demoiselle lui prouva que son labeur de publicitaire s’était avéré payant
« Bonjour je suis Ruka… Je viens pour l’audition »

Au risque de paraitre antipathique au premier abord, Shin ne put s’empêcher de se tourner vers Nobu et de lui lancer « T’as vu ça comme on à la côte ! Je pense qu’on peut commencer ou du moins aller à l’intérieur , les autres nous rejoindrons ».

_________________


記憶は優しすぎて残酷


Dernière édition par Shin'ichi Okazaki le Dim 5 Juin - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Dim 5 Juin - 7:27

Neru avait reçu au courrier, au nom de la boutique, une affiche à présenter pour ses clients. Cela concernait une session de recrutement pour former un nouveau groupe à Tokyô, et quel étonnement quand la demande venait précisément de Nobuo Terashima et Shin'ichi Okazaki, tous deux anciens membres de BLAST (pas besoin de faire l'éloge de ce groupe célèbre qui a connu une fin tragique? Si?), groupe récemment dissous par sa chanteuse qui s'est, dit-on retirée et leur bassiste qui a continué sur sa carrière professionnelle en tant qu'avocat.
Les deux jeunes, quant à eux, continuaient d'espérer à percer et à se faire un nom dans ce milieu, et même si leur renommée n'est plus à faire, toutefois, en tant que leaders d'un nouveau groupe, ça méritait toute l'attention d'un multi-instrumentaliste.
Il n'est pas rare en effet de voir de plus en plus de musicien se spécialiser pour un instrument, sans pour autant en laisser d'autres de côté. Et même si sur scène, c'était soit un groupe soit avec un sampler, la musique prenait vraiment de la profondeur quand un musicien tenait compte de toutes les possibilités musicale de sa mélodie.
Neru posta l'affiche à l'entrée, sur la vitrine. Il le faisait pour ces deux conquérants qui visaient toujours plus haut, et ils avaient bien raison. Toutefois, il avait des doutes quand à l'ampleur que prendrait ce casting. (je vous l'ai déjà dit, dixit l'auteur), leur réputation n'est plus à faire et la foule que cette annonce va attirer ne sera pas composé que d'artiste, même débutants, selon lui...

Cela faisait déjà une semaine que l'affiche était posée et la date de la rencontre approchait. Neru n'avait pas eu trop de monde s'intéressant à cela, mais assez pour savoir que de bons éléments se présenteraient. En effet, dans ses clients, il pouvait compter de nombreux artistes reconnus, et même si certains étaient sur le déclin d'avoir voulu décrocher une carrière solo, l'engouement d'un groupe, jeune et en pleine ascension, ça en attirait plus d'un!
Enfin, le jour J arrivait, c'était le lendemain, et Neru, exténué de sa journée fermait sa boutique, comme tous les soirs pou rentrer peinard chez lui. Il avait eu pas mal de commande cette semaine, mais les clients n'étaient pas pressés, ce qui lui avait permit de bosser sur son nouvel instrument qu'il avait achevé il y a quelques heures maintenant. Encore une journée de séchage, et il serait prêt à entrer en service. Sa nouvelle pièce de collection personnelle, il se demandait bien, avec impatience, ce que le son rendrait, composé des gadgets qu'il avait incorporé à la structure d'origine.
Le lendemain était arrivé et Neru se rendit à la boutique, fermée ce jour là, pour vérifier son oeuvre et voir si l'étape de séchage se déroulait correctement. Il en profita pour retirer l'affiche qui n'avait plus lieu d'être à présent.
Cependant, son hésitation se fit sentir au moment de rouler en boule cette feuille de papier et de la balancer sans sommation dans la corbeille. Se ravisant, il la garda sur lui, après tout, sans chercher la célébrité, serait-ce juste un moyen de se faire entendre? De faire reconnaitre sa musique, juste pour toucher le coeur des gens... C'était son objectif, sa raison de vivre, mais serait-ce là l'esprit du groupe recherché par les deux jeunes garçons? ça valait le coup de se pointer tout de même.
Ayant repérer l'adresse, Neru se prépara, rien d'extraordinaire, un jean troué, des docs et une vieille chemise boutonnées en décalé, un air négligé, mais un air tout de même.
Sa création soigneusement emballée dans son écrin, il se précipita avec sa bécane sur le lieu du rendez-vous, qui n'était autre que l'ancien studio privé des BLAST, là où tout avait commencé, à Tokyô, pour eux. Un renouveau allait prendre forme, et c'est aujourd'hui que tout se décidait!

Neru songeait à cela lorsqu'il arriva en trombe devant le lieu et coupant le moteur, il pris son temps pour descendre, ranger ce qui devait l'être et avant que Shin ne fasse rentrer les quelques personnes *groupies?* présentes, il ôta son casque et secoua sa tête, ses cheveux argentés renvoyant des reflets avec le soleil...


"Bonjour! Je ne suis pas en retard? Comment allez-vous?"
Revenir en haut Aller en bas
Junko Saotome
Graphiste
Graphiste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 610
Age : 21
Localisation : Parmi les noires vélocités d'un futur à créer...
Points : 3471
Réputation : 39
Date d'inscription : 15/05/2011

Feuille de personnage
Métier: Travaille dans un bar.
Age: 26 ans
Orientation sexuelle: Mmmh, ça t'intéresse vachement, n'est-ce pas?

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Dim 5 Juin - 13:28

Alors qu'elle se rendait d'une langueur monotone au Jackson Hole pour y déjeuner, le regard de Junko fut attiré par la devanture d'une boutique qui lui était inconnue. Intriguée, elle revint sur ses pas. L'enseigne colorée indiquait "Ongaku no yomi". Il s'agissait en toute apparence de l'échoppe d'un luthier. Elle devait être souvent passée devant cette boutique sans y prêter attention. Sa curiosité l'enjoignit à entrer et elle saisit la poignée ouvragée de la porte, mais elle s'arrêta net en apercevant le grand nombre de clients à l'intérieur. L'affaire s'annonçait florissante. La jeune femme soupira. La sienne semblait sans avenir aucun: son bar était quasiment désert. En songeant aux fauteuils dont la seule utilité était d'emplir l'espace, et ces verres vides dont les courbes transparentes se perdaient dans les méandres de la lumière tamisée, elle commençait déjà à entrevoir l'éventualité de fermer boutique.

Sa vie avait pris la teinte morose de l'ennui au goût amer de l'alcool. Seule le rire candide de Satsuki, dévoilant un clavier de délicates petites dents blanches, l'égayait lorsque Nana lui rendait visite, or cela faisait maintenant plusieurs semaines qu'elle ne l'avait pas vue. Elle se demanda ce que Kyosouke faisait en ce moment même. A cette pensée, son coeur se serra dans un frisson gracile de feuille morte, et elle chancela imperceptiblement sur ses talons. Elle se repprochait sa sensibilité dissimulée et sans cesse refluée et qui maintenant l'assaillait de son flot ravageur, indigne selon elle d'une Ancienne Yankee. Elle s'était toujours sentie si forte et pleine d'assurance, en unique maîtresse de son destin, qu'elle ne pouvait accepter cette faiblesse à laquelle les aléas de la vie l'obligeaient à faire face. Des cris suivis d'un claquement de porte retentirent dans son esprit, se répétant sempiternellement, tel les cris apeurés de la nymphe Echo. Depuis leur dispute, elle n'avait plus aucune nouvelle de lui. C'était pourtant elle qui en avait décidé ainsi, changeant de numéro de téléphone et vendant même leur appartement commun. C'était pourtant elle qui en avait décidé ainsi, dans un élan de désespoir grimé de haine. Partir. Ne plus laisser de traces. ELLE avait voulu ça. Elle regrettait son tempérament impulsif, elle agissait par instinct, sans entrevoir les conséquences de ses actes. Non, c'était différent, elle ne voulait pas les entrevoir. Il est tellement dur d'accepter la réalité. Tellement dur de vivre.


Soudain, un passant la bousculant lui fit reprendre ses esprits. Son regard halluciné tomba sur une affiche collée sur la vitrine de la boutique du luthier.

"Un casting?"

Ce mot seul rendit l'affiche très attrayante à ses yeux, et elle arpenta les lignes tracées dans une lumineuse encre violette.

"Organisé par Nobu et Shin? Un nouveau groupe..."

Perplexe, elle se souvint tout à coup de cet article qu'elle avait lu dans un magazine people. Nana Osaki s'était exilé en Angleterre depuis six ans... et le batteur du groupe avait apparemment repris sa brillante carrière d'avocat à ce que lui avait dit Nana.
"Quel dommage, pensa Junko, il avait l'air d'être très talentueux."

Ce casting s'annonçait prometteur, de plus il lui permettrait de revoir Nobu et Shin et de laisser de côté ses idées noires le temps d'une journée... Et puis elle pourrait faire connaissance avec les participants.

Le hasard n'était finalement pas une si mauvaise chose, se dit-elle dubitative, son après-midi maussade du lendemain avait pris des semblants de gaieté. Un piège probable du machiavélique roi des démons? La grande métisse esquissa un sourire en constatant à quel point les superstitions de Nana influençaient son esprit las d'espérer.


15H00 indiquait l'écran lumineux de son portable. Junko se pressa vers le studio où s'entraînaient jadis les Blast. Des sacs de plastique emplis de rafraîchissements et de friandises embaûmant la pâte dorée et la crème patissière parfumée fouettaient ses jampes élancées. Ses longs doigs écartèrent machinalemant ses rebelles boucles brunes, tout juste retenues par un chèche aux franges ornées de perles de verroterie, formant un noeud vaporeux étreignant sa nuque. Elle aperçut bientôt l'entrée du studio. Un petit groupe de personnes conversait et commençait à pénétrer à l'intérieur du bâtiment. Junko reconnut le bassiste à la coiffure punk, ses mèches bleues s'élançant vers l'immensité azurée d'un ciel sans nuage. Cela fesait assez longtemps qu'elle n'avait pas revu Shin; il avait beaucoup changé, il était assez grand et son regard serein à la détermination nouvelle témoignait de la maturité qu'il avait acquise. Nobu, quant à lui, était semblable à ses souvenirs. Il paraissait quelque peu gêné. Junko se dirigea vers les deux musiciens, de la démarche déterminée qui la caractérisait:

"Bonjour, c'est moi, Jun! J'ai apporté quelques boissons et gourmandises!"




Trois jeunes filles se retournèrent. Elles étaient toutes les trois très belles, et semblaient extrêmement concentrées et pleines d'assurance, même si l'une d'entres elles, aux tresses brun-roux et aux yeux d'émeraudes éclatantes, avait l'air assez timide. Elles étaient certainement toutes les trois très talentueuses pour s'être présentées à ce casting, la sélection ne serait pas une mince affaire... Tout à coup, un vrombrissement de moteur la tira de ses pensées. Ses boucles virevoltèrent dans l'air encore frais. Un jeune homme retira son casque et sauta à bas de l'engin, découvrant un élégant visage cerclé de mèches argentées miroitantes. Elle le reconnut aussitôt: il s'agissait du luthier qu'elle avait entrevu à l'intérieur de sa boutique, la veille. Il était quelque peu essoufflé: il était évident qu'il n'aurait râté ce casting pour rien au monde.


Appelée par Shin, Junko, suivie du nouvel arrivant, pénétra à l'intérieur du studio où se jouerait bientôt l'avenir de ces quatres participants, avides de faire leurs preuves dans l'univers de la musique...

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thisvoluptuousmadness.tumblr.com/
Isaac Mugen
Animateur
Animateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : “This came up wilted and looks like you, ‘cause it never grew, it never grew. This one is scrawny and looks like me, ‘cause it’s dirty, and I’m so dirty too.”
Points : 3096
Réputation : 21
Date d'inscription : 04/05/2011

Feuille de personnage
Métier: Divers.
Age: 23 ans.
Orientation sexuelle: Inconnue.

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Sam 11 Juin - 21:28

Mal au coeur, migraines de malheur ! Il suffit d'un coup de D pour que Couleur se mue en Douleur. Isaac s'éclaboussa l'eau au visage. Son regard lui paraissait piteux, misérable. L'odeur puante des boîtes lui collait au corps. Il ne se souvenait pas être rentré de ces enfers, ou l'étouffement marquait une foule de folies, de gens aux couleurs délavées extraordinaires, des punks, des gothiques et des junkies : une masse accablante. Un labyrinthe de faux noms, de fausses vies. Des femmes, l'alcool pour l'extase, les sofas carmins tâchés de violence. Des gars barraques étaient venu lui discuter marchandise, il s'en rappelait, ça il s'en rappelait. Ils ne le lâchaient pas. L'ange blonde rencontrée lui chantait une ressemblance avec un jeune chanteur suicidé, anglais ou américain peut être. La nuit avait été longue, dangereuse comme le sont les soirées d'Itabashi. L'eau chaude le raviva : il oublierait tout.

Aujourd'hui serait tout aussi prenant. Treize-heure passé, Isaac considéra sa barbe mal rasée, une chemise blanche un brin froissée, le jean qui commençait à rendre l'âme : cet air d'enfant-poète l'agaçait. Il se résigna : le tram était roi. Il irait déjeuner dans un de ces cafés traditionnels, sur Katsushika qu'il ne connaissait pas encore, du moins pas assez.

Seul demeurait le bruit du vent, arrachant de son souffle puissant les feuilles roses des érables de l'allée principale. L'avenue était flanquée d'une vingtaine de résidences en rénovation, sobres et grandioses. Paradoxalement, le quartier se muait le soir venu en un décor morne et incertain en raison de ces immeubles inachevés, majestueux le jour, mais véritables tombes la nuit. Katsusika dégoulinait de monde : touristes émerveillés des grandeurs, clochards guettant les fontaines à sous et un océan de petits commerçants. Des effluves de café, chocolat, épices et autres odeurs succulentes apparaissaient ou disparaissaient au fil des boutiques.

Deux heure, Isaac se mit à la poursuite du premier bar venu, sentant son estomac hurler la faim comme crisse un vieux vinyl rayé. "Sakurabana", la fleur de cerisier. Original, pensa-t-il cynique. ll s'enfonça dans cette antre obscure, illuminée de lanternes si minuscules qu'elles s'apparentaient davantage à des cierges. L'odeur du tabac empestait. Les émanations propageaient un épais flot de fumée grise à la hauteur des plafonds. Il en eut la nausée. L'espace clos et circulaire était délimité en petits salons personnels, dissociés les uns des autres par des cloisons de bois pour l'illusion d'une parfaite intimité. De lourdes étagères arpentaient les murs jaunis de livres anciens. Isaac pensa qu'il se trouvait face au plus grand théâtre de fou et d'illusion qu'il ne lui fut jamais permis de voir : tous se scrutaient. On venait, on allait observer les autres et, par chance, gober les propos délicieux. L'atmosphère monacale qui se dégageait du lieu baignait dans la vanité de ces personnages, futilité qu'il jugea opportune pour approfondir ses affaires.

Quelque chose aux yeux globuleux manqua de s'écrouler en son visage, son cœur s'emballa. Ce n'était qu'un pigeon. Un carreau devait être brisé. D'un coup de pied sur le divan, Isaac lâcha un juron, quand "Le Diable" de Tanizaki Jun'ichirō lui tomba sur la tête. Il serra les dents. Un parfum d'eau de Cologne nageait dans l'air. Isaac soupira et plaça le livre sur sa tête. Un bruit de fond étouffa ses pensées. Celui-ci vira vite au tapage, en un bourdonnement infernal. Le mal reprit. Un petit animal, abject insecte, un vers peut-être, se tortillait, lui creusait des galeries dans le crâne. Ne sera-t-il jamais rassasié ? Isaac s'en grilla une autre. Un troupeau de jeunes filles s'était constitué à l'entrée du café. Elles riaient, déblatéraient des phrases incompréhensibles d'une euphorie étrange, puis s'en allèrent exaltées. Isaac s'inquièta du pourquoi de ce raffut et examina le seuil, accoudé à la porte de bois sévère. Oui, ça devait être ça. Dans le quartier, quinze-heure : un casting au studio privé de Blast, en présence de Shin'ichi Okazaki et Nobuo Terashima. Les pauvres, ils vont avoir de la visite. Enfin... Pourquoi pas ?

Quinze-heure zéro-deux, mais ou est-ce qu'ils ont fiché ce studio ? Isaac était décidément à cran. Fatigué, assoiffé, un bâtiment de grande taille s'imposa devant lui, le soulageant d'un panneau indicateur. Une jeune femme le précédait, accompagnée d'un motard aux mêches d'argent. D'origine afro-américaine peut être, la silouhette élancée de celle-ci disparut aussitôt dans l'enceinte, conduisant ainsi les pas d'Isaac. Ce dernier serra sa guitare et se roula une cigarette. Bon, on entre maintenant.
La porte arracha un gémissement insupportable. Tant pis pour la discretion. Peu de personnes occupaient l'espace. Il n'était pas si en retard, finalement. Sa guide était chargée de friandises en tout genre. Isaac les rejoignit d'un pas quelque peu indolent, sous les regards paniqués, enthousiastes, timides ou reconnus. Des regards en quête de rêve.
Il suffit parfois d'un coup de D pour que Festin se mue en Destin.

- Bonjour... Isaac Mugen. Veuillez m'excusez du retard, Katsushika est difficile lorsqu'on lui est inconnu !, se manifesta-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yakshatasmagoria.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Dim 12 Juin - 23:01

[Désolée, je mourrais d'envie de poster>< Non pas que ma réponse soit excellente, mais depuis le temps qu'elle est prête, je tiens plus xD]

L'heure fatidique du casting était arrivée. Noriiko était arrivée première, ce qu'elle considérait comme un exploit d'ailleurs, car elle ne connaissait pas vraiment Tokyo et pensait qu'elle se serait perdue en chemin. Malgré sa très grande timidité, elle avait décidé de se présenter. Bien sûr, ce trait de caractère ne l'avantageait pas du tout, au contraire, elle se disait même que c'était pour cette raison qu'elle ne serait pas prise. Cependant, elle avait décidé de ne pas renoncer, elle irait jusqu'au bout et montrerait de quoi elle était vraiment capable. Elle ne voulait plus se laisser porter par les évènements, elle voulait prendre son destin en main. Cela faisait plus d'un an et demi que sa vie était en pause. Un an et demi qu'elle n'avait plus aucune prise sur sa destinée. Un an et demi qu'elle n'avait plus le courage de se battre pour se faire une place en tant que personne et non en tant que victime figurant dans les pages faits divers. Oui, il y a un an et demi, elle avait subi une épreuve traumatisante, l'une de ces histoires dont les journaux s'empressaient de s'emparer pour en faire un gros titre, répandant ainsi la vie privée d'une personne qui s'était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment. L'une de ces histoires qui avaient le don de captiver tout le monde et qui déchainaient des réactions contraires de gens n'ayant aucun lien avec la victime. Noriiko était passée par là. On l'avait plaint, on l'avait regardé avec des yeux remplis de pitié, on l'avait critiqué, on l'avait insulté d'allumeuse. Depuis ce jour, plus personne ne l'avait regardé comme une personne normale : on ne voyait plus en elle que la pauvre victime (ou la victime qui avait cherché ce qui lui était arrivé). C'était devenu un enfer pour la jeune femme, qui même sans ces regards, avait terriblement honte et se sentait salie au plus profond de son être. Elle ne regardait plus les hommes de la même manière. Sa vie n'était plus pareille depuis. Suita, sa ville natale, lui semblait désormais terriblement oppressante.

Et il y a quelques semaines de cela, elle était venue s'installer à Tokyo, pour changer d'air et pour enfin avoir le courage de reprendre ses études, qu'elle avait arrêtées à cause de ce qui lui était arrivé. Son installation à Tokyo et son entrée à la fac étaient les premiers pas vers sa reconstruction, loin de ces regards pesants. Aujourd'hui, elle voulait forcer le destin en se présentant à ce casting. Il était possible qu'elle ne soit pas retenue, mais au moins elle aurait essayé. Même si c'était un échec, elle saurait qu'elle avait fait son possible et elle ne regretterait rien. Son amie d'enfance lui aurait sans doute conseillée de se présenter et lui aurait assurée qu'elle pouvait le faire.

Enfin, passons. Elle s'était donc approchée des deux membres de Blast (ex-membres, puisque le groupe s'était dissout), s'était présentée et d'autres personnes les avaient rejoints. Il y eut d'abord une jolie brune aux yeux dorés. Elle portait une robe en jean, associée à des collants jaune déchirés, qui lui allait d'ailleurs à ravir. Elle était très mignonne et se présenta sous le nom de Myriang. Elle semblait avoir quelques difficultés avec le japonais, ce qui fit penser à Noriiko qu'elle était d'origine étrangère, mais elle n'aurait su dire d'où elle venait. Hormis ces difficultés avec le japonais, elle ne semblait pas particulièrement stressée. Myriang avait souri à Noriiko en articulant un «salut» auquel la jeune femme avait timidement répondu par un «bonjour». Elle ne put s'empêcher de la trouver sympathique.

Puis arriva une jeune fille à l'allure sûre d'elle, aux cheveux d'une étrange couleur : bleu ciel. Enfin, peut-être était-elle hésitante, mais elle le cachait parfaitement bien. Elle était vêtue d'une mini-jupe noire et d'une chemise rehaussée d'une cravate. Elle était très jolie elle-aussi et se nommait Ruka. Noriiko avait une impression de déjà-vu. Peut-être l'avait-elle déjà croisé sans s'en rendre compte? Elle salua les deux autres participantes et une fois encore, la jeune fille répondit timidement.
Au fur et à mesure, son anxiété augmentait. Cela faisait tout drôle de se retrouver tout près de deux musiciens si talentueux! Elle avait peur de paraître ridicule en comparaison. Puis Shin se tourna vers Nobu et lui dit :

« t’as vu ça comme on a la côte !! Je pense qu’on peut commencer ou du moins aller à l’intérieur , les autres nous rejoindront.»

La jeune femme ne put s'empêcher de sourire. Elle n'aurait pas imaginé le bassiste autrement. C'est alors que le bruit d'une moto se fit entendre avant qu'ils n'entrent dans le studio. L'homme qui la conduisait s'arrêta devant le studio et finit par retirer son casque. C'était un jeune homme au visage fin et aux cheveux argentés reflétant la lumière du soleil. Mais... elle le connaissait! Ils s'étaient rencontrés à la sortie du TGV. C'était lui qui l'avait guidé lors de son arrivée. Il comptait lui aussi se présenter au casting. Il les salua et demanda s'il n'était pas en retard. Noriiko pensa qu'au contraire, il était pile poil à l'heure. Il lui tardait d'entendre les performances des autres concurrents, qui semblaient tous déterminés et talentueux.
Alors qu'ils s'apprêtaient à entrer dans le studio, une jolie jeune femme métisse à la silhouette fine et aux belles boucles noir d'ébène arriva les bras remplis de boissons et de friandises en se présentant sous le nom de Jun. Un surnom peut-être? Noriiko en déduisit qu'elle devait connaître Nobu et Shin. Elle avait l'air tellement sûre d'elle... Noriiko l'admira et l'envia : elle rêvait d'être comme elle, d'avoir l'air indépendante et forte.

Le moment tant attendu arriva. Les candidats, ainsi que Jun qui n'était apparemment pas là pour passer l'audition, précédés de Nobu et Shin, pénétrèrent dans le studio afin de faire leur démonstration. C'est lorsqu'ils furent tous dans le studio qu'un nouveau candidat arriva. Un homme, se présentant sous le nom de Isaac Mugen. Était-il là pour l'audition? Le temps répondrait à cette question. Les chanteurs étaient auditionnés en premier. Noriiko jeta un coup d'œil aux autres candidats et décida de s'avancer pour passer maintenant. Elle sortit sa basse de son étui et passa la lanière autour d'elle. À cet instant précis, elle ne put s'empêcher de penser à son frère jumeau, qui avait été un merveilleux pianiste. Même s'il avait mal tourné et qu'il s'était enfui sans donner de nouvelles, il restait quand même son frère et elle ne pourrait jamais l'oublier. Elle donnerait n'importe quoi pour que son frère redevienne comme avant et joue à nouveau du piano pendant qu'elle chantait. Il lui manquait plus que ce qu'elle pensait. Ils avaient été très proches, puis après la mort de leur mère, il avait changé et plus rien n'avait été pareil. Il avait arrêté de jouer du piano. Elle se souvenait de ses mains volant habilement de touches en touches, formant une mélodie harmonieuse et merveilleuse. S'il avait été là, peut-être aurait-il pu se présenter, il aurait eu toutes ses chances en tant que musicien. Noriiko prit une résolution : elle chanterait et jouerait pour lui, elle tenterait sa chance en souvenir de son don de pianiste.

Elle s'avança donc, munie de sa basse, et présenta sa chanson sous le titre Ether. Elle ne le précisa pas, mais cette chanson datait de l'époque où elle était dans le groupe du frère de son amie d'enfance (groupe qui avait duré 2 mois environ), et ce n'était pas une reprise. Noriiko avait elle-même écrit les paroles, alors le frère de son amie et son amie avaient composé la mélodie. Elle avait choisi de la chanter, car elle pourrait ainsi donner un bon aperçu de ses capacités vocales. Elle se concentra une dernière fois, ferma les yeux et repensa aux douleurs de son passé, douleurs encore bien présentes et qui n'étaient pas prêtes de s'effacer. Sauf le temps d'une chanson : la musique l'apaisait, et c'était comme si elle oubliait ce qu'elle avait vécu de pire pour laisser place aux souvenirs qui réchauffent le cœur.
Et l'impensable se produisit. Il y eut un déclic : alors que la jeune femme avait semblé jusqu'ici si effacée et si timide, elle se métamorphosa. De la timide Noriiko, on passa à la femme sûre d'elle et pleine de détermination. Son regard, d'ordinaire rivé au sol, fuyant et révélant son manque de confiance en elle, se remplit de force et d'assurance. Mieux encore : il devint pétillant de vie. Ses yeux verts émeraude étaient intenses. Sa démarche hésitante se changea en une allure fière et cherchant à s'imposer. Sa voix, d'habitude hésitante, devint sublime, même si elle était typiquement asiatique, c'est-à-dire plus aigu que celle des occidentaux. Cependant, elle parvenait à utiliser au mieux ses capacités vocales. De plus, elle avait une voix légèrement nasillarde, très jolie à entendre. Lorsqu'elle chantait et jouait de la basse, le reste n'avait plus d'importance. Elle oubliait tout : son passé, sa timidité, ses peines, ses peurs. La seule chose qui comptait, c'était de se faire plaisir en dévoilant sa passion, et de faire partager ce plaisir à ceux qui l'écoutaient. Elle voulait transmettre des émotions au travers de son chant et de sa manière de jouer de la basse. Elle voulait que les gens se sentent heureux en l'écoutant, comme elle l'était en chantant et en jouant de son instrument. Dans la chanson qu'elle avait choisie, elle pouvait alterner une voix douce et mélodieuse avec une voix puissante et capable de monter haut dans les aigus pour le refrain. C'était un mélange de pop et de rock, prouvant ainsi qu'elle était à l'aise aussi bien dans l'un ou l'autre genre. D'ailleurs, le contraste entre son look pop et mignon et sa capacité à chanter des morceaux rock pourrait crée un effet intéressant. En effet, un look comme le sien n'était pas typique d'une chanteuse de rock. Ainsi à chaque fois qu'on la verrait, on aurait la surprise de découvrir qu'elle chantait du rock, et non pas de la pop comme ce à quoi l'on s'attendait. Son chant était empli de douceur et de délicatesse, ainsi que de grâce et d'espoir. On pouvait aussi déceler une pointe de mélancolie, avec toutefois de la joie et de la force. Elle cherchait à toucher le cœur des gens, tout simplement en ouvrant le sien aux autres.
Et que dire de sa façon de jouer de la basse ! Elle en jouait depuis 6 ans maintenant. Ses doigts étaient habiles et cela trahissait une grande maîtrise de l'instrument. Ses doigts volaient sur les cordes et sautaient de case en case avec une telle aisance ! Elle flirtait avec l'excellence dans sa démonstration de basse.
[lien de la chanson : http://takeshi-7.skyrock.com/2357599767-Nana-Kitade-Bondage-1-06-Ether-2009.html → cliquez sur écouter ce morceau ou alors en lien youtube : http://www.youtube.com/watch?v=NPXg-mHELZs ]

Puis la prestation prit fin. Peu à peu, Noriiko redevint celle qu'elle était avant ce chant. Elle s'approcha de Shin et Nobu et sortit de son sac à dos un Cd contenant deux titres : le morceau qu'elle venait d'interpréter et une reprise de Roppongi Shinjuu d'Ann Lewis (lien : http://www.youtube.com/watch?v=MnvJa_Wg6xw ). Elle s'expliqua de la sorte, ayant retrouvé sa timidité et n'osant pas croiser leurs regards :

«Je... J'aurai aimé interpréter un deuxième morceau. Mais... je préfère laisser la place aux autres. Alors voici les deux chansons que je voulais... que j'aurai voulu interpréter...»

Elle leur donna le cd, reprit son étui à basse puis elle se mit un peu en retrait et se fit toute petite, pendant qu'elle écoutait les performances des autres candidats, qui avaient l'air dix fois plus talentueux qu'elle. Elle ne savait absolument pas ce que les deux musiciens professionnels avaient pensé de sa prestation car elle n'avait pas osé regardé l'expression de leur visage, mais une chose était sûre : elle avait donné le maximum d'elle-même et ne regrettait pas d'être venue. Elle avait simplement peur du regard des gens. Peut-être avaient-ils pensé qu'elle n'avait aucun talent, qu'elle était venue faire son intéressante alors qu'il n'y avait pas de quoi fanfaronner? C'était terrible de se préoccuper de l'image que les autres avaient de nous à ce point...


Dernière édition par Noriiko Shimazu le Lun 29 Oct - 15:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Lun 13 Juin - 20:31

Nobu fut particulièrement soulagé lorsque Shin trempa son doigt dans la boue sucrée. Même si son ami ne lui dit rien, Nobu comprit qu’il cherchait à lui communiquer que l’intention primait.

« Salut , « papa » comment tu vas ?? »

Il sourit intérieurement ; c’était devenu une habitude entre les deux compagnons, bien que la différence d’âge ne soit significative.
Son ami lui sembla presser, tout comme lui d’ailleurs, et incapable de retenir ses paroles plus longtemps.

« Dis , on prépare ça comment , je veux dire , si jamais il arrive un grand nombre de postulant ? on les regroupes par domaine de compétences ? »

Nobu n’eut même pas le temps de réflechir que Shin enchaîna :

« Nobu , j’y ai pensé toute la nuit , et j’espère vraiment que cela va fonctionner , prouvant ainsi que nous ne sommes pas incapables de devenirs des gens reconnu , et je te promet que si cela fonctionne , je resterai à tes cotés et qu’ensemble , avec les nouveaux membres , nous atteindrons des sommets encore inexplorés »

Les paroles sincères de ce grand petit garçon le touchèrent au plus profond de son être. Il se dit que finalement, même si personne ne viendrait se présenter, il pourra toujours compter sur le jeune bassiste.
Il aperçut à l’horizon une silhouette. Il s’agissait d’une jeune fille à l’air très timide, voire intimidée. Après tout c’était compréhensible, car en dépit de sa modestie, Nobu était conscient de leur statut de « star ».

«Bon... Bonjour... Je suis... Noriiko Shimazu et je voudrais... enfin, je viens passer l'audition si possible... Je... je viens pour la place de chanteur. Comment... comment va se... dérouler l'audition? voir passé les auditions avant... de décider, non?»« Si... si vous cherchez un nom pour le groupe... je... j'ai peut-être une idée... mais... il vaut mieux d'attendre... d'avoir passé les auditions avant... de décider, non?»

Elle bégayait, comme c’était mignon. Ca leur changerait de Nana au cas où cette fille devait décrocher le rôle de chanteuse.

Nobu, arrête, ceci c’est un nouveau chapitre dans ta vie. Tu l’écriras à ma façon, et surtout tu ne te laisseras pas hanter par des fantômes !

Mais était-elle capable d’assumer, d’assurer devant un large public ? Elle lui parut si fragile, si peu sûr d’elle. Allait-elle survivre dans ce business dur ? Il savait par contre aussi que les apparences pouvaient être trompeuses par moment.
Il se tourna vers Shin, mais ce dernier lui n’afficha qu’un regard qui voulait dire : vas-y, c’est à toi de t’en occuper, ça t’apprendras à me faire attendre. Le bassiste, lui, entreprit pendant que Nobu s’occupait à expliquer l’essentiel à Noriiko, de souhaiter la bienvenue à l’autre arrivante. L’oreille tendue, le guitariste détecta un léger accent coréen. Une petite touche exotique enrichirait leur nouveau style considérablement !

Une troisième participante se présenta poliment et confiante sous le nom de Ruka. Son cœur fit un bond, tant de personnalités fortes et différentes avaient répondu à leurs appels.
Rien que avec ces trois candidates Nobu aurait été au comble de ses espérances, mais ce casting allait s’avérer encore beaucoup plus peuplé qu’il ne l’aurait imaginé dans ses rêves les plus fous. Du coin de l’œil il vit Shin avec un regard triomphant qui lui était visiblement adressé.

«T’as vu ça comme on a la côte !! Je pense qu’on peut commencer ou du moins aller à l’intérieur , les autres nous rejoindront.»

Puis, il fut surpris par l’arrivée inattendue d’une amie de longue date, Junko. Au premier coup d’œil, elle n’avait effectivement pas changé, mais au fur et à mesure qu’elle s’approcha il discerna des traits crispés par l’angoisse.

"Bonjour, c'est moi, Jun! J'ai apporté quelques boissons et gourmandises!"

Bon, dans ce cas sa tarte, ou ce qu’il en restait valserait à la poubelle.
Nobu n’avait pas spécialement prêté attention au jeune homme qui était arrivé en même temps que Jun. A présent il l’analysa de plus près. Avec ses mèches argentées il avait un look plutôt original, mais aussi un peu dragueur sur les bords. Nobu lui tendit la main, mais la poignée puissante de l’inconnu lui signala qu’il avait affaire à un caractère fort qui se cachait pourtant derrière un sourire charmeur.

Nobu fit signe aux autres de rentrer, les retardataires, si jamais il y en avait, n’avaient qu’à les rejoindre.
Et quand on parle du loup…

« Bonjour... Isaac Mugen. Veuillez m'excusez du retard, Katsushika est difficile lorsqu'on lui est inconnu ! »

Le type qui venait de rentrer avait, le moins qu’on puisse dire, une tête à claques, mais n’empêche, il possédait le « petit quelque chose ».

Il fallait passer à l’attaque. Pour commencer, Shin et Nobu prièrent les chanteurs et chanteuses de s’avancer. Etrangement, celle qui se lança en première fut la timide Noriiko. Nobu s’était entre-temps assis à côté de Shin sur la table « self-made », en vérité des casiers de bières alignés. Effectivement cette fille avait plus à montrer qu’il eut cru au départ.

Noriiko avait choisi de présenter une de ses propres chansons, « Ether ». Début du voyage. Un voyage fantastique, un monde merveilleux dans lequel les transposait, les propulsait la voix sublime de Noriiko. Noriiko, qui désormais, n’était plus la même personne. Que c’était il passé ? Etait-ce vraiment la jeune fille si peu sûre d’elle qu’ils avaient accueillis devant le studio ? Elle était sorti de son cocon, à bas les chaînes qui l’entravaient, et s’était métamorphosée en un magnifique papillon battant de ses ailes toujours plus fort, toujours plus haut.
Il fut également surpris de constater que malgré son look peu extravagant, plus pop que rock, elle se sentit aussi à l’aise dans l’un que l’autre. Pour créer un effet surprise, c’était gagné en tout cas.
Fin du voyage, et retour de l’ancienne Noriiko apeurée.


«Je... J'aurai deux chansons que je voulais... que j'aurai voulu interpréter...»aimé interpréter un deuxième morceau. Mais... je préfère laisser la place aux autres. Alors voici les deux chansons que je voulais... que j'aurai voulu interpréter...»

Il aurait aimé lui faire une remarque positive à propos de son fair play, mais elle leur donna le CD dans le silence le plus complet. Ensuite, elle retourna à sa place, se rendant inutilement encore plus invisible qu’elle était. D’où venait donc ce manque de confiance avec une voix aussi belle que la sienne ? Et pourquoi fixait-elle sans arrêt un point invisible par terre pour esquiver le regard des autres ? Mais est-ce que Sartre ne disait-il pas la même chose en déclarant : « L’enfer, c’est les autres » ?

Revenir en haut Aller en bas
Isaac Mugen
Animateur
Animateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : “This came up wilted and looks like you, ‘cause it never grew, it never grew. This one is scrawny and looks like me, ‘cause it’s dirty, and I’m so dirty too.”
Points : 3096
Réputation : 21
Date d'inscription : 04/05/2011

Feuille de personnage
Métier: Divers.
Age: 23 ans.
Orientation sexuelle: Inconnue.

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mer 15 Juin - 20:08

Quel idiot !, se râbachait-il pour lui-même. Mais quel idiot ! C'était lui, plaisanter bêtement de tout, et surtout de n'importe quoi. Isaac, impassible, se tuait dans cette comédie d'insouciance. La gêne qu'il ressentait ne devait pas paraître sur son visage. Il avait vu ce regard, celui du guitariste. "Fallait que j'sois en retard..". Il se planta à côté du motard, à l'aura si spéciale.

La jeune femme au teint hâlé luttait contre wagashis et Yarimizus fracassés. Veux-tu que je t'aid..., il s'exécuta, soucieux de paraître un peu plus aimable et moins suiveur qu'il ne l'avait été auparavant. Mais le tour de manège ne voyait pas encore sa fin s'imposer : Isaac remarqua qu'il avait toujours sa clope à la bouche. Mince, il avait tellement l'habitude de s'en griller une qu'il l'oubliait presque. Bien heureusement, une première candidate avait recueilli toute attention, se présentant sur-le-champ. On l'appelait Noriiko. Peu sûre d'elle visiblement, et d'une grande sensibilité. Elle était très belle. Pure. Simple mais gracieuse, une allégorie de la douceur, à travers son allure comme par ses gestes. Isaac se posa sur une chaise qui traînait par là. La jeune femme était très curieuse : elle begayait un peu, taillait des mots qui semblaient trop grands pour elle. Ether. Une titre bien mystérieux, et un spectacle l'étant tout autant : elle se métamorphosa. De petite fille apeurée, elle devint louve possédée, totalement décalée.

Isaac pensait que chaque artiste avait une fable à raconter. La finale passée, le récit reprenait l'air suivant. Lorsqu'il s'épuisait, le créateur le suivait, indéniablement. L'étoile ne brille pas sans la nuit. La nuit sans l'étoile ne peut que dormir. Elle ne peut que s'éteindre.

La jeune femme offrait son histoire, Isaac la recréait. Noriiko descendait du pont, doucement. La rage des réverbères et navires assoiffés lui criait au visage des flots de fumées épaisses, aux couleurs de l’Orient. La traversée fut longue. Elle aurait pu témoigner d'un grand voyage. Il la scrutait, se hâtant de rejoindre l’ailleurs qu'elle lui contait, sans qu'aucun regret importun ne le saisisse. Elle chantait merveilleusement bien. Un ton clair, mais teinté de petits jeux qui le rendaient particulier. Isaac la voyait bientôt s'enfoncer dans un déluge d’odeurs épicées, saturé de petits commerçants escroqueurs et marins charlatans démêlant la rumeur. La voix de la jeune femme se fit plus puissante, exitée d'une émotion qui l'emportait : elle était dans l'intense, le souvenir, comme tiraillée vers quelque chose qui lui était connu. La désillusion peut-être, l'amour blessé, la perte ? Ce quelque chose. L'émotion de la perte ne sonne pas comme les autres. Elle est plus grave, plus forte, mais fragile. Il divaguait. Le chant touchait à sa fin et la jeune adulte reprenait l'océan de la vie, atténuant sa mélodie. Le récit s'achevait, pour l'heure.

D'un tour de magie, elle s'effaça aussitôt, rejoignant l'arrière plan. Pourquoi ?

Isaac hésita. Devait-il ? Il n'était pas net. Qui était-il pour ça ? Mais surtout, suite à une telle prestation, pouvait-il ? Après tout, tant pis. Il était prêt à partir. Comme piqué de folie, il s'avança brusquement, un peu trop peut-être. Il savait. Enfin, il savait qu'il serait parti. Hésitant encore, il saisit sa Yamaha, avec les yeux du néant :

"Je vais vous interprêter...une composition de mes 13 ans, en anglais. Je suis un peu british.. ...On chante, on s'inspire...de ce qu'on peut. D'un départ, l'amour, le mensonge et parfois...de nous-même. Et des autres. ....A Modern Myth."



Une ombre ferma ses paupières. C'était son rituel. Tomber au plus profond de soi, là ou les portes sont vérouillées, et plus loin encore, vers leurs cerrures brisées. Jusqu'au fond, le parfum, l'asile, l'abîme. Avons-nous crée un mythe moderne ? Jusqu'à l'horreur, au creux de la violence. Avons-nous imaginé, la moitié de ce qui se passerait dans une pensée, dès maintenant ? L'obscur, l'ennui, la colère et l'envie ! En chacun dans l'âme déjà, un bout de Dieu, un morceau de Diable. Et tu veux dire : sauve-toi. Et tu veux gueuler : sauve-toi. Le secret est ailleurs, ailleurs ? Le secret est ailleurs.
Son instrument était plus que mal foutu, il l'avait trop abusé. Mais il jouait de nouveau, entre fougue et démence, comme un homme à qui l'on enleverait sa liberté, et qui s'y accrocherait, s'y enchaînerait. De légers sourires se dessinaient en son visage, il était bien, secoué de plaisir, apaisé maintenant. La musique magique, celle de la passion, d'un feu toujours plus brûlant et insassiable. Et puis la paix, cette sérénité du partage et l'harmonie, la rencontre des coeurs, comme récompense fabuleuse.

Il baissait la tête, ses doigts suivaient la danse, presques détachés de lui-même. Il s'était tellement joué d'eux, il ne contrôlait plus. La sensibilité transpirait de tout son corps. L'ancienne brutalité se déguisait en une sensualité qu'il ne maîtrisait plus, sa voix élimée foutait le camp, déraillait entre les notes de l'existence. Eraillée parfois, grave ou aigue, staccato ou balades, elle était celle d'un grand fumeur bohème. De temps à autre il s'éveillait, un coup d'oeil qui disait "ce n'est qu'un jeu, n'y croyez pas ! Ne lisez pas...". Acheter la vérité, et vendre un mensonge, en moi.

La musique était semblable à une femme : il se donnait tout entier. Il la possédait, elle le dominait. Dans sa tour d'ivoire, sa chevelure le protégeait, sa nonchalance aussi. La dernière erreur avant que tu ne meure. Une force étrange, l'angoisse dévorante des coeurs, d'une vie, la vie, cette vie. La tension le bouffait, mais elle était son énergie. Le secret est ailleurs. Et tu veux dire : sauve-toi. Tu veux crier : sauve-toi, sauve-toi. Mais il n'y a pas de secret. Il n'y en a jamais eu, ailleurs. Un air dans la tête, un scarabé dans le coeur, n'oublie pas, n'oublie pas de respirer ce soir. Ce soir est le dernier, alors dis, dis au revoir. N'oublie pas, n'oublie pas de respirer ce soir. N'oublie pas hein, n'oublie pas de respirer, de respirer encore, de respirer ! Il s'arrêta. Un frère ou le souvenir de l'autre, la drogue et la rage coulaient de ses yeux. Il est de ces soirs ou le mal prend à l'envie. L'étoile à comme chuté. Et t'arrives pas à sortir du cratère. Le même petit insecte, foetus en mal de l'être, un moucheron sur la cométe noire japonaise. Voilà ce qu'il était. Et voici celui qui, de ses maux, lui mangeait le crâne.

Le divan puait la saleté, mais il y était bien. Le visage nu, inhabité, libre ! Isaac resta un instant dans cet univers fou, comme l'erreur au regard vide. Non pas ce vide stérile, plutôt ce vide éphèmère, trace d'une profondeur passée. Cette seconde d'éternité, ou plus rien ne compte ni n'existe : seule la marque du feu, simplement. Un soupir, le dernier, comme un cri muet. Le mal sourd. N'oublie pas, n'oublie pas de respirer, ce soir. Le secret est ailleurs ? Au revoir. Au revoir, au revoir, au revoir.

D'emblée l'esprit lui redevint clair, encouragé à la vue d'un autre musicien. Isaac se leva, attrapant sa guitare.

"Voilà pour moi, merci beaucoup.", s'efforçait-il de sourire. Il descendit vite de la scène, le spleen dans les entrailles. Toutefois il s'arrêta, fouillant, sondant les poches de sa veste en jean délavée. Il y vida son contenu sur une table, un peu confus mais plein d'espérance : stylos et briqués usagés, tickets de métros, un paquet de Seven Stars et l'objet tant attendu, une clé USB.

"J'ai l'habitude de faire des copies de mon travail.. Je vous laisse...ma clé. ..Elle contient plusieurs morceaux de ma composition, ainsi que des reprises. Voilà..Merci."

Spoiler:
 

Isaac s'échappa aussitôt, retournant près du motard. Il s'aperçevait, alors silencieux, que l'on pouvait être nostalgique du présent.





*Je tiens à préciser avoir choisi cette chanson au dernier moment. Je ne m'en suis pas particulièrement inspirée, malgré les ressemblances (ça m'a bien fait rire). *


Dernière édition par Isaac Mugen le Jeu 16 Juin - 18:06, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yakshatasmagoria.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mer 15 Juin - 22:57

Impassible, l'attitude professionnelle prenant le dessus, le coeur calme mais les oreilles en ébullition, et même les yeux mi-clos, Neru n'était pas en reste et son âme d'artiste prenait petit à petit le dessus au fil des prestations qui se succedaient, tous venu pour leur avenir, tous présents pour voir les ancien Blast, pour se mesurer face à des artistes de talent. Car il est indéniable que le niveau est relevé, quasi-pro pour certain et le peu d'appréhension ressentit fini par s'envoler pour laisser éclore le talent et les sentiments, la chaleur et le partage, l'envie de donner sans recevoir, juste parce que le plaisir d'être sur scène pour d'autre est suffisant. Suffisant en lui même, mais l'est-il pour tous?

Sans paraitre, Neru observait, il aimait ça, il tentait de regarder sans épier toutefois, la réaction de chacun, le plaisir ressentit, l'admiration, mais aussi la crainte d'un pouvoir plus grand, car plaire à un public, intégrer un groupe, c'était posséder un pouvoir unique, magique, celui de toucher le coeur des gens avec ce que l'on a, sans artifices, en donnant le meilleur de soi-même, le pouvoir d'être reconnu pour soi et non pas du personnage joué, piètre spectacle de représenter un autre que soi, car aucun faux-semblant ne persistent tandis que l'attente est toujours plus exigeante, demandeuse. Les gens veulent du rêve, le public rêve d'une utopie, les artistes créent pour leur public un monde merveilleux, et parfois même, le monde merveilleux engloutit l'artiste et advienne que pourra, tant que la magie subsiste aux besoins de chacun...

Deux postulants étaient déjà intervenu, la première, qu'il avait reconnu lors de son arrivée, rencontrée, bousculée même serait plus approprié pour désigner l'inconnue du quai de la gare. Une jeune fille à l'apparence saine, mais l'attitude fragile, démesurément incertaine tandis que la prestation offrait un fraicheur sans faille, un coeur énorme que cette personne a su faire éclater et a éclaboussé tout le monde de sa voix enchanteresse, sais fioriture, juste comme Neru les aime... Une fleur sauvage à l'état brut, sans être polie elle était déjà superbe, et cela ne dura que le temps d'une chanson... une superbe mélodie, un regard empli d'espoir, légèrement vague comme perdu dans un océan sombre, pièce de puzzle oublié dans le fond d'un tiroir... Mais superbement maitrisé. Jusqu'à la fin de la chanson, elle a tenu, elle était... elle-même.

Puis, c'est comme si le loup menaçant se trouvait à proximité et la brebis retrouva sa place, sans hésitation, la fleur épanouie s'enfuit, s'enfouie sous les décombres d'un dossier classé...

Vint ensuite la seconde personne, le jeune homme qui se trouvait juste à ces côtés et que Neru avait remarqué lors de son entrée retardée, mais qui ne semblait pas moindre du monde montrer d'autres signes que de l'impatience et de la curiosité. Curiosité récompensée en partie?... Il ne saurait le dire. Ou peut-être est ce une intrigue infini pour une attente démesurée?...

Seulement, laissant libre arbitre à son corps, il s'empressa de rejoindre la scène, sa précipitation à peine visible, mais son engouement communicatif offrit un sourire sur toutes les lèvres.
Il avait choisi une chanson pas récente, mais pas démodée, un petit air de rock alternatif, sur une mélodie douce en anglais, un style assez californien à en croire les accords et le rythme constant ressentit tout au long de l'interprétation. Des paroles qui en disent long, mais aussi une qualité de timbre magnifiquement exprimée, pas de différentiel avec la gratte qui accompagnait, doigts souples sur les cordes sensibles effleurées, ce chant profond, douloureux, une âme sensible et blessée mais sa grandeur n'avait d'égal que son talent, et ce Isaac avait rendu son âme à cette mélodie.
Un spectacle miroitant les ténébreuses profondeurs de l'être, un retour au source nécessaire.

*Je me suis revu adolescent, entre sentiments et impuissance, mon âme errante, le coeur en lambeaux m'ont alors accompagnés...*

Une fin digne et une sortie sans ménagement, la personne suivante s'apprêtait déjà à se présenter.
Revenir en haut Aller en bas
Dong Hua Myriang

avatar

Nombre de messages : 24
Age : 21
Points : 3730
Réputation : 4
Date d'inscription : 16/04/2011

Feuille de personnage
Métier:
Age:
Orientation sexuelle:

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mer 29 Juin - 18:49



L’heure approchait et Miryang se sentait un peu plus timide que d’habitude … Cramponnée à son sac comme si son talent y était soigneusement rangée , elle ne se détendit qu’un peu face à la voix de Noriko qui était absolument sublime , elle eut des frissons face à la pureté de sa voix . On ne lui donnait pas ce style tant elle était mignonne . Miryang ne se sentait pas de taille à affronter une aussi talentueuse chanteuse … Le chanteur suivant , Isaac Mugen semblait en harmonie complète avec sa musique , on le sentait par son air concentré et ses yeux fermés . Miryang avait l’impression d’être à une fête d’anniversaire et que chacun donnait un cadeau magnifique sublime et qu’elle s’ était retrouvée dans cette fête sans cadeau …Cette impression se renforça lorsque le 3eme candidat se présenta , elle fit une grimace et se demanda ce qu'elle faisait là ...Lorsque la chanson se termina , elle entreprit de filer à l'anglaise et longeant déjà le mur pour ouvrir la porte son regard se porta sur le micro et elle leva le poing "Moi aussi je peux y arriver " . Elle se rendit compte que des gens l'avaient sûrement et se précipita devant le micro et le serra dans ses mains si fines ...


« Soweoneul malhaebwa ! »

Et non ce n’était pas du rock mais bien de la K-pop …
[http://www.youtube.com/watch?v=6SwiSpudKWI&feature=related]

Elle s’interrompit une minute et fixa droit devant elle souffla un bon coup et commença à chanter aux environ du 2eme refrain ….Elle regardait et souriait droit devant elle sans se préoccuper de ceux qui devaient la regarder ébahis par son choix . Sa voix était aigue. Elle exprimait parfaitement la légèreté de la chanson et sa magie . Elle essayait d’installer cette atmosphère de rêverie naïve propre à « Genie ». Et puis tout d’un coup elle s’arrêta , sa voix cessa et un silence se fit . Son regard ensorcelant se posa sur les autres candidats et le jury et un sourire se dessina sur ses lèvres …


Elle rouvrit enfin la bouche et changea complètement de registre . En effet , logiquement elle devait continuer la chanson de Genie mais sa voix qui se faisait entendre alors c’était bien « Ash like Snow» des The Brilliant Green .

[http://www.youtube.com/watch?v=tMtVvV9dDrY]

Elle jouait avec sa voix , la faisait vibrer, durer l’amenait à monter dans les aigus et à redescendre dans le grave fondant de ses cordes vocales . Lorsqu’elle chantait « Ash like Snow » , on sentait que sa voix était unique, issue d’un mélange d’Asie et d’Europe . Lors des chuchotements elle se faisait à la fois rêche comme le bois sauvage et douce comme du sucre dans la bouche . Sa voix suscitait l’émotion , son petit côté rêche ajoutait de la sincérité à ces paroles .Cette chanson qui parlait d’un monde qui s’écroule et de choses perdues lui faisaient tant penser à elle-même et sa vie brisée et les larmes discrètes, enfouies et refoulées -qu’elles n’avait jamais vraiment versées- coulèrent toute seule . Elles tombaient très vite , roulaient sur sa joue et s’écrasaient sur sa robe . Elle continua tout de même à chanter la fin de cette magnifique chanson et baissa la tête , d’abord pour essuyer ses larmes et recula , emportant le micro avec elle .Il y avait maintenant de la rage et de la colère dans sa voix . Miryang n’avait jamais voulu se taire , toujours dire les choses en face malgré la surdité du monde dans lequel nous évoluions . Chanter pour elle était une façon de contester de faire sentir à tous son désaccord .Chanter , c’était se libérer , se libérer c’était l’espoir . Maintenant à genoux sans le vouloir ni même l’ avoir compris , les paroles se chuchotaient , se murmuraient . Sans conteste avec énergie , elle se releva et …


« DJ , put it back on »


Reprenant la chanson « Genie » avec un air joyeux et des yeux rougis par les larmes , elle effectua même la chorégraphie et de sa voix entrainante et son sourire SNSDesque elle termina la chanson comme si elle n’avait jamais pleuré ou chanté du rock . Bien que l’une des deux facettes risquait de ne point intéresser , elle savait que lier deux mondes musicaux aussi opposés était rare dans la musique . Des gens trouvaient cela dégradant pour le rock d’être associé à la k-pop mais elle avait grandi dans la hallyu , impossible pour elle de se débarrasser de la seule chose qui a tenu bon dans son monde coréen . Elle s’arrêta de chanter la chanson étant fini et se vit même faire la salutation de l’armée comme le font les Girl’s Generation avec le clin d’œil l’accompagnant . Soudain gênée elle éclata de rire et fit une révérence .Elle se rendit compte que son chignon s’était défait et ses cheveux étaient maintenant lâches … Elle avança vers Nobu et Shin et leur sourit :


J’espère que ca vous a ….. que ca ira !

Si lorsqu’elle chantait , Miryang avait de multiples facettes et se livrait sans secrets au public , en dehors de la scène elle redevenait cette étrangère un peu perdue dans ses rêves qui n' avait comme langage que le sourire . D’un pas léger et enfantin elle reprit sa place assise l’esprit vidé et presque … heureuse ! Elle attendait maintenant les autres prestations qui suivraient et ne prit plus la peine de se coiffer ses cheveux à reflets mauves . 20 ans et encore une enfant ; une enfant qui se protège … Cette enfant attendait impatiemment la prochaine prestation qui arriva bien vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Lun 18 Juil - 12:29

Ruka entra avec les autres et attendit son tour. Quand celui-ci arriva, le stresse commença à monter. Elle avait répété toute la journée de la veille pour pouvoir être au top aujourd’hui. Elle se mit devant Nobu et Shin et sourit à ceux-ci. Depuis qu’elle connaissait les Blast, elle avait envi de les rencontrer, surtout Shin pour qui elle avait de l’admiration.

- Bonjour comme je vous l’ai dis tout à l’heure, je m’appelle Ruka.

Elle attendit le signal pour prendre sa guitare et commencer à jouer. Quand elle se senti prête elle chanta la chanson ‘’ Just tonight ‘’ de The Pretty Reckless.

http://www.youtube.com/watch?v=Y7VGOnV2QhU

Les notes et les paroles lui venaient toute seule. Elle ne pouvait pas être plus heureuse que quand elle chantait. Elle mit tout son cœur dans cette chanson et espéra qu’elle plaisait Aux anciens membres de Blast.
Elle n’a pas entendu la voix des autres mais elle espérait avec une meilleure voix que celle des autres concurrents. Il y avait beaucoup de personnes qui venaient peu à peu et elle stressait de plus en plus mais une fois qu’elle avait commencé, tout ce stresse était parti.
La chanson continua et Ruka resta concentré dedans. Elle s’était tellement entrainé que ses doigts étaient devenu super souple, elle pouvait faire n’importe quel accord. Mais elle n’était pas la pour audition comme guitariste mais comme chanteuse.
La chanson se termina se leva pour se positionner debout, devant Nobu et Shin.

- J’espère que ça vous à plu. J’y ai mis tout mon coeur.

Quand elle eut fini sa phrase elle fouilla dans son sac pour en sortir un Cd. C’est un album qu’elle avait fait en amateur.

- Ce sont des reprises mais je les ai chanté comme si s’était les miennes. Merci de m’avoir écouté

Elle attendit le signal puis se retourna pour retourner avec les autres. Elle resta assise un bout de temps car elle savait qu’elle avait bien chanté, elle avait confiance en elle et en sa voix. Le temps passait lentement et Ruka attendait avec patiente le résultat pour savoir si elle est choisis en tant que chanteuse pour le nouveaux groupe de Shin et Nobu. elle voyait tous les autres participants passer devant les deux hommes et commença à se demander si elle était la meilleure. Elle le voulait, elle voulait être la meilleure mais est-ce le cas. Pour savoir, il fallait qu'elle attende...
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Mugen
Animateur
Animateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : “This came up wilted and looks like you, ‘cause it never grew, it never grew. This one is scrawny and looks like me, ‘cause it’s dirty, and I’m so dirty too.”
Points : 3096
Réputation : 21
Date d'inscription : 04/05/2011

Feuille de personnage
Métier: Divers.
Age: 23 ans.
Orientation sexuelle: Inconnue.

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mer 20 Juil - 0:26

Plusieurs présentations l'atteignaient. La Beauté, surtout. Isaac divaguait.
J'aime la complexité des choses. Les questions et réflexions m'interessent, les choses simples et évidentes m'indifférent. J'aime ce qui impose, ce qui fait réfléchir, ce qui perturbe, pas simplement pour une quelconque originalité, non, plutôt pour ce qui s'apparente à un Boltanski, un Vostell, Céline ou Claude Lévêque. La profondeur, comme une expérience casi-spirituelle propre à chacun. Il faut que l'Art Musical frappe le coeur, les émotions, l'inconscient. Comme face à un géant, l'oeuvre devient une réelle entité, présente. J'aimerais pouvoir générer cette alchimie un peu mystique, un jour. Une image, le chaos, la tension. Un côté fascinant, grave, puissant, un rapport de force avec la mort. Performance : je suis dans l'ailleurs. Je suis dans l'Autre. Le vide. J'aime le chant pour cette faculté qu'il a à te faire sortir de toi-même, des palpitations arrachées au coeur. Y'a des Arts qui nous touchent, certains davantage. Moi, je suis trilingue. Il est vrai que le contact de la plume sur les doigts ne peut me laisser de marbre, c'est une passion incontrôlable, un orgasme perpétuel. Mais cela ne suffit plus. Explorer et découvrir encore...voici l'aventure dans laquelle je souhaite être emporté. N'est-ce pas ce à quoi le monde aspire ? Être dérobé à la terre, un envol ou tout est possible. Ne plus être ce petit morceau d'écume imperceptible dont le peuple rit et fait abstraction. La musique provoque toujours cette même excitation, cette adrénaline qui te choote au septième ciel. Une rare fraicheur m'imprègne tout le corps, je me sens libre. Libre des autres, libre de moi-même. Une envie de se donner, s'abandonner. Regarder en face de soi, haut ! Voir tous ces gens aux yeux embrumés, frappés par l'intensité avec laquelle le message amoureux s'est scotché en leur sein. Je crois en cet Art plus que je ne peux croire en un individu. Car de lui, on ne se lasse pas, on vit simplement.

Il ne bougeait pas. Asphyxié devant le talent, effrayé. Il avait passé cette audition sans trop d'appréhension, ayant prit connaissance de celle-ci le jour même, comme un quelconque jeu ou partie de cache-cache musicale. A présent, la situation était toute autre, ce qui le dérangeait franchement. Malgré lui, Isaac avait prit cela à coeur. Il aurait dû savoir. Quand il s'agit de musique...! Il considérait alors les changements qu'encouragerait un tel casting. Il pensa qu'il était fou. Fou d'avoir tenté un truc pareil. Qui était-il ? Certains étaient très doués. Ceux-là maîtrisaient leurs univers, témoignant d'un grand acharnement quotidien. Sur ce point là, au moins, il ne s'inquiétait pas. La rigueur musicale lui était connue. Le don ? Il ne pouvait pas juger, face à de tels professionnels.
Les gens défilaient, les styles, autant capilaires que musicaux, les uns et les autres se broyaient les ongles, anxieux. Isaac affichait encore cet air impassible, alors que la petite bête reprit sa route, mordant tout son esprit. Ces maux de tête se faisaient plus fréquents, souvent subitement, maintes fois aux mauvais jours. Il les gérait aux euphorisants, la douleur scellée dans la froide prison de son visage. Un visage voulu stoïque, finalement flegmatique. Ca passerait, se disait-il toujours. Clock clock clock. Clock clock clock clock clock. La bestiole ne semblait pas vouloir le laisser tranquille. Elle grattait, elle le foutait en l'air. Sur le fil du rasoir, Isaac eu la vision trouble. Cet examen l'agitait au plus au point. D'un coup de vent, il quitta la place. La porte gémit à nouveau, mais il n'y pensa pas. Il se teint dans la rue parallèle. Ils l'étouffaient. Devait-il partir ? Avait-il le droit d'attendre quoi que ce soi ? Il était tard. Isaac lâcha un regard de mort avant d'être englouti par une obscure ruelle, voisine du studio. Il ne faibli pas. Il respira comme si le monde s'enfonçait en ses poumons, fort et droit. Les larmes du ciel s'intensifièrent. Affaire réglée. Il tourna longtemps comme une ombre, brisé par le vent.
Il court dans son âme, sondant paix et repos.

On part et on se retourne. C'est con tiens. Y'a plein de choses qui se passent. Je me dis parfois que je dois être comme une sorte de manège cacophonique. Je tourne trop. La pluie m'enlise au sol et la poussière du temps me travaille l'esprit. Je ne sais pas. Je ne sais plus si j'ai su. Parfois, je pense que je n'aime vraiment rien ni personne. Un peu comme une machine à sous, le destin, le hasard ou la chance du fossoyeur. J'aurais pu être autre, Ephraïm, Asaël ou Timothée. S'il n'avait pas été fou, mon père. Peut-être que les choses seraient foutues autrement. Si je n'était pas Isaac ? La ville transpire, les rues pourrissent, je ne parviens pas à trouver le silence du rêve, le néant du sommeil. Je ne peux m'évader. Un accident, traumatisme cranien, contusion cérébrale ? Qu'est-ce que ça veut dire ? "Ils refusèrent d'obéir... Ils raidirent leur cou ; et, dans leur rébellion, ils se donnèrent un chef pour retourner à leur servitude." (Néhémie 9:17). Un païen, ou peut être un Oreste sartrien, qui sait : "Elles enflent, elles enflent", "Elles nous entourent" de leurs "millions d'yeux", les mouches dans ma tête. Bon, c'est la dernière fois, la dernière. La dernière prise.

La nuit venait alors. Isaac se divertissaient des files de rêveurs qui nageaient aux alentours du studio, le pavé empestant désormais les cigarettes japonaises de bon-marché. Il attendait la fin, l'annonce ultime, mais les voix le rattrapaient encore. Faute de pouvoir s'en aller, car il serait trop bête de fuir maintenant, le jeune homme s'égayait à observer toute cette vie, bien pressée autour de lui. Le rythme et l'odeur des habitants, des rodeurs, chiens ou autres animaux nauséabonds, femmes à bars et chaperons rouges déserteurs. Tout ce petit monde, dans un clic-clac bien monocrome et chronomêtré : une vie métronome.
Nuit noire. Nuit de feu, nuit de cendre, volée. La rue pue la mort, le rat crevé. Vingt-trois heure et il est déjà tard. Le petit cireur de chaussures a disparut avec la lune. La vieille ferme ses volets. La jeunette revient de chez Oscar, flanquée d'un autre abruti. Un commerçant ferme boutique. Y'a le vent qui se lève ? Il se transforme vite en brise hivernale, usante mais oh combien régénératrice. Elles ne cesseront jamais de brailler, ces maudites bagnoles ! Un chat manque de se faire bouffer par l'une d'elles. Et puis la bourrasque, sanglante. La fille qui ressort encore. La vieille qui ouvre ses volets, observe, ferme. Le chat titube un peu, pauvre bête ! Cric crac, le banc craque. Les chaussures sales d'Isaac sur le bitume de Tokyo city. De noires, elles paraissent grises maintenant. Le gris de la solitude, le gris de...l'envie. Tout est gris chez les hommes, mais ce gris ! Celui-là, c'est le mien. De gris. Isaac s'égarait de pensées. Et les voix, toutes plus belles les une que les autres, demeuraient.


Dernière édition par Isaac Mugen le Mer 20 Juil - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yakshatasmagoria.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mer 20 Juil - 16:40

Suite à sa prestation, Noriiko s'était immédiatement effacée, comme toujours. Elle se tenait au fond de la salle et observait les autres. Elle n'osait cependant regarder en direction des deux musiciens de Blast, craignant un regard de désapprobation suite à sa démonstration de chant et de basse. Alors elle regardait les chanteurs et chanteuses, sans oser les fixer trop intensément de peur qu'ils ne se sentent gênés.

En parlant des prestations vocales, elle se sentit bien inférieure et incapable de réaliser ce rêve. Tous les candidats avaient un style unique, il était si difficile de dire lequel correspondait le mieux aux attentes de Nobuo et Shinichi. La prestation qui suivit la sienne fut celle de Isaac Mugen. Il jouait de la guitare et chantait à la fois. On aurait dit que ses doigts dansaient sur la guitare tant il jouait habilement. Et que dire de sa voix! Si mélancolique, si triste, qui parfois déraillait sans que cela ne semble étrange dans cette mélodie. Son chant était si intense, si profond... Si émouvant! Sa voix parvenait à transporter les gens et à les émouvoir. Noriiko en avait les larmes aux yeux. Sans qu'elle comprenne bien pourquoi, cette chanson la replongeait dans les mauvais moments de sa vie. Elle serra les poings et s'empêcha de fondre en larmes. C'était un chant magique. Un chant qui permettait de mieux comprendre l'artiste : il laissait s'échapper ses propres sentiments et on avait l'impression de comprendre ce qu'il ressentait. Et on avait même l'impression d'avoir vécu la même chose. Voilà ce que Noriiko ressentait en l'écoutant. Puis la chanson prit fin, Isaac descendit de scène et après avoir cherché maladroitement quelque chose dans sa poche, il confia une clé USB aux musiciens professionnels.

Puis Myriang intervint et les plongea tout d'abord dans un univers de rêverie naïve. C'était bien de la pop. C'était un rythme entrainant et la voix douce et aigüe de Myriang collait parfaitement bien à la chanson. Sa voix exprimait à merveille la légèreté de la chanson. Puis elle s'arrêta et sans qu'on s'y attende, elle changea de registre : elle chantait désormais du rock. Cette chanson était moins légère et Myriang parvenait à y ajouter de la sincérité. Elle laissa même couler des larmes, qui vinrent s'écraser sur sa jolie robe. Noriiko en eut le souffle coupé : elle passait avec une telle aisance d'un registre à un autre, c'était si rare! Puis elle reprit l'autre chanson, en effectuant une petite chorégraphie très réussie. Il était clair qu'elle donnait tout ce qu'elle avait sur scène. Elle s'ouvrait complétement à son public. Elle était dynamique et chantait merveilleusement bien, même si Noriiko ne comprenait pas du tout le sens des paroles qui n'étaient sans doute pas en japonais. Ce fut déjà la fin de la prestation de la jeune Myriang. Elle s'était tellement abandonnée à son chant que ses cheveux étaient maintenant lâches. Elle avait tant d'énergie sur scène et une voix unique!

Puis ce fut au tour de Ruka de chanter. Elle aussi avait fait le choix de jouer de la guitare. Elle savait jouer à merveille, ses doigts étaient très souples. Sa voix était tout aussi magnifique. Et cette fois-ci, ils plongèrent dans du rock à 100%. Elle chantait en y mettant tout son cœur et même si ce n'était que des reprises, elle avait tenté de les faire devenir siennes. Cette prestation était tout aussi bonne que les deux précédentes. Elle eut envie d'applaudir tous les candidats, mais se retint de peur de paraître ridicule.

Le bruit d'une porte se fit entendre et Isaac avait disparu. Pourquoi? Il était si talentueux! Noriiko ne méritait pas la place de chanteuse, ni même la place de bassiste, voilà ce qu'elle pensait. Isaac, Myriang et Ruka avaient énormément de talent et feraient sans doute un tabac aux côtés de Shin et Nobu. Mais pas elle. Elle était trop... trop timide, trop effacée et n'avait pas le talent des candidats qui avaient participé. Finalement, tout comme Isaac, elle avait envie de fuir pour cacher sa honte. Elle était stupide d'être venue ici. C'était ridicule de penser qu'elle avait la moindre chance. Elle ne faisait pas partie de ce monde! Elle n'était pas aussi brillante que les autres. Elle était trop transparente et la lumière des projecteurs ne pourrait jamais la mettre en valeur. Chacun son monde. Le sien n'était pas la scène. Elle venait de se rendre compte qu'elle s'était imaginée être faite pour ce métier, mais c'était faux.
Elle se recroquevilla sur elle-même et s'enfonça dans un coin de la salle, en attendant de pouvoir partir. Il restait encore les musiciens à auditionner. Une fois cela fait, elle s'éclipserait avant l'annonce des résultats, afin de ne pas être trop déçue...


Dernière édition par Noriiko Shimazu le Lun 29 Oct - 16:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shin'ichi Okazaki

avatar

Masculin
Nombre de messages : 303
Age : 23
Points : 7658
Réputation : 84
Date d'inscription : 30/12/2010

Feuille de personnage
Métier: bassiste / garçon de joie
Age: 21
Orientation sexuelle: cupide

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Jeu 21 Juil - 22:03

Depuis son siège d’examinateur , aux cotés de Nobu , Shin ne put s’empecher de trouver la situation risible , il se revoyait encore , quelques années plus tôt faire lui même sa propre prestation de bassiste , donnant tout ce qu’il pouvait pour impressionner le jury qu’étaient les membres de Blast , s’adonnant corps et âme dans son jeu , essayant de voir son instrument comme une extension de lui même . L’air léger , d’apparence insouciante , sur de soi , pour prouver sa valeur , voulant persuader les autres qu’il avait la trempe et les nerfs d’un grand bassiste , capable d’assurer en concert . Cependant au fond de lui même , régnait une nervosité des plus indélogeables qu’il ne voulait en aucun cas laisser paraître .

Il se trouvait aujourd’hui dans les mêmes rangs que Nobu , mais à l’époque il devait faire face à son regard sentinelle , analysant chacun de ses gestes . Troubler l’adversaire et défaire sa défense à coup de musique , le réduire à l’accepter , tel était son enjeu de jadis . L’opposant était devenu ami , son plus fidèle , et alors qu’il avait tant lutté pour s’en faire accepter , aujourd’hui c’est un nouveau monde qu’il érigeait à ses cotés . Il espérait que dans les prochaines heures , il trouverait enfin le saint calice lui permettant enfin, avec son ami, de donner naissance à une nouvelle ère.

Alors que la petite Noriiko , semblant pourtant si fragile , s’avançait prête à chanter , il ne pouvait détacher son esprit de ses pensées , il se rappela alors comment il avait changé du tout au tout du jour au lendemain , il se souvint alors de la première fois qu’il vu le bleu de ses cheveux , il pouvait même encore imaginer sa peau , toute lisse , pas encore percée . Était-ce de la nostalgie ? Non , mais il envisageait sérieusement de recourir à une nouvelle transformation , ainsi aux premiers regards du public il ne serait plus reconnu comme Shin l’ex-bassiste de Blast , mais bel est bien comme Shin co-leader d’un groupe dont l’obscurité du nom demeurait.

La prestation de cette dernière Noriiko commençait , aucune émotion ne transparut sur le visage imperméable de notre protagoniste , bien décidé à ne montrer à aucun des candidats ce qu’il pouvait penser d’eux , histoire de ne démoraliser ou aux contraire tendre un afflux d’arrogances aux autres .
Les prestations s’enchainaient , et c’est uniquement à la fin de chacune d’entre-elles que chaque candidat eu droit à un unique sourire d’encouragement.

Il se contentait de noter ses impressions sur un bout de papier , à l’abri des regards , tant bien de nos candidats, que de son cher ami Nobu , qui pourrait ici être influencé dans son choix , c’est alors qu’entre deux remarques à propos d’un futur membres potentiel , il venait vraisemblablement de trouver un nom pour la formation , il ne restait plus qu’a en parler à Nobu à la fin du casting pour obtenir son accord et ainsi la baptiser.

Le temps passait et le casting n’avait encore vu personne d’autre se pointer , nous retrouverions nous alors sans batteur ? Il se doutait bien que son idéal de voir un membre au clavier avec le groupe était un peu surréaliste mais jamais il n’aurait imaginé se retrouver sans batteur , cela faisait parti des membres indispensable , cette situation revenait à être coincé contre un mur sans pouvoir avancer d’un seul pas . Là où l’échec est présent , la détermination domine , et il ne reculerait devant rien pour donner des ailes à son rêve . Il y a toujours une solution.

Il remarqua soudain , après un bruit sec l’absence du dénommé Isaac , une telle source arrogance ne put qu’irriter Shin au plus au point et après un léger coup d’oeil en direction de Nobu pour constater sa réaction il ne put s’empecher de grommeler quelques injures en sa langue maternelle, si basses qu’à peine perceptibles.

Relevant la tête et scrutant le studio , son regard croisa celui de Noriiko , décontenancé , cette dernière s’était recroquevillée dans un coin de la pièce , visiblement à bout de nerf après s’être trop rabaissée par rapport aux autres . Il se leva donc et se dirigea dans le direction de cette dernière , une gourmandise apportée par Jun à la main , attrapée au passage . Il s'accroupi alors près d’elle , soupirant.
« J’en ai marre » , puis lui attrapant l’épaule , la regardant avec un sourire inspirant le réconfort , lui lança « Ne t‘inquiète pas , ça va aller , tu as autant tes chances que les autres » avant de croquer dans sa viennoiserie , et de sortir à son tour quelques instants , sortant son paquet de cigarettes.


« Pause ! »

_________________


記憶は優しすぎて残酷
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isaac Mugen
Animateur
Animateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : “This came up wilted and looks like you, ‘cause it never grew, it never grew. This one is scrawny and looks like me, ‘cause it’s dirty, and I’m so dirty too.”
Points : 3096
Réputation : 21
Date d'inscription : 04/05/2011

Feuille de personnage
Métier: Divers.
Age: 23 ans.
Orientation sexuelle: Inconnue.

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Ven 22 Juil - 23:56

Isaac se demandait ce qu'il fichait encore ici. Le monde l'étranglait comme son crâne bouillonnait. Le vent lui cinglait au visage sa honte évidente. Il n'avait aucune espérance. Sa prestation le travailla, c'était d'un ridicule ! Il s'imaginait tout à fait en fou du roi. La chance l'avait toujours dévisagé, quand bien même il souriait à la vie. La chance ? Elle avait sa place dans la rue, non chez les stars. A présent, fuir comme un rat ou s'écrouler comme un guerrier ? Dans ce combat intérieur, Isaac avait peur. Cela l'agaçait franchement. Il devait être maître de soi, comme un homme fort. Et il était effondré, caché.

Isaac exorta sa frustration en un rire dûr et nerveux. Voilà longtemps qu'il n'attendait plus comme il avait espéré aujourd'hui. Le nihilisme était sa fierté à lui : il n'en avait plus. Son frère lui vînt à l'esprit, en une grimace désagréable. Qu'aurait-il pensé face à telle mascarade ? Isaac s'enfonça davantage dans l'ombre, mélancolique. Il devait continuer pour lui, c'était le moins qu'il puisse faire, alors que les lumières, odeurs sucrées et couleurs de la mégalopole l'appelaient. Tokyo était sale, émerveillée, tragique et captive, pourrie du SDF au buisness-man, autant qu'elle était paradis culturel. Au fond, il aimait cette ville. La mégacité et ses artistes, ses gens pressés, ses clochards et macabées. Toute utopie à ses labyrinthes, ses esclaves et ses imposteurs. Tokyo était comme une étoile, un point spirituel dans le monde des Hommes, sa poule aux oeufs d'or.

Les maux se turent, les voix magiques aussi, peu après. Il partirait avec l'oreille excitée, adoucie. Et l'esprit apaisé.

Isaac se ficha sur un banc, engourdi. Il avait vidé tout le paquet en camé. Il faisait froid, ses doigts le brûlaient. Partir, rester, il s'inquiétait encore des diverses possibilités, et subito se leva de force. Il choisissait la honte, mais cette décision lui fût enlevée. La porte amère crissa à nouveau, il se figea. Shin'ichi Okazaki sortait du studio. Isaac se plaqua sur son banc, le regard fracassé au sol. Quel con. T'aurais pas pu prendre tes cliques et tes claques plus tôt, se désolait-il lui-même. Et merde.

Le bassiste avait ses clopes à la main. La journée avait été longue, et cela, au moins, Isaac pouvait le comprendre. La reflexion devint une urgence. Il ne pouvait plus traîner dans le coin, hésitant et roulant sa défaite. Il voulait porter sa pierre et foutre le camp, mais il était maintenant attaché à sa honte. Le musicien ne l'avait peut être pas remarqué, c'était mieux ainsi. Il s'en grilla une autre, histoire de se calmer, mais ce ne fut certainement pas un succès. Les yeux clos, il fouilla en lui-même quelconque échappatoire ou subterfuge possible : rien, sinon le vide. Le jeune homme ne concevait pas son état. S'il était tenace devant la fièvre ou quelque douleur que ce soit, Isaac était soumis face à la musique et au génie, incontestablement. Mais tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yakshatasmagoria.tumblr.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mer 10 Aoû - 21:30

Neru avait attendu à l'intérieur pendant que tout le monde était en pause. Il se préparait mentalement pour sa prestation. Il savait qu'il n'avait pas le droit à l'erreur.
Alors en mémoire, il se repassa certains gestes, ses connaissances, son véritable désir d'impressionner et il est presque certain que personne n'égalerait son originalité.
Mais ça ne fait pas tout et sans parler de talent, il sait bien que l'accord de style est primordial, ajouter à cela l'entente entre les membres d'un groupe et la position de chacun afin de créer une véritable harmonie.

Neru patienta donc que tout le monde fut entré de nouveau dans la salle et que Shin ait repris sa place auprès de Nobu.

Il s'avança alors, la basse dans son étui, négligemment portée sur l'épaule. Il monta les quelques marches qui menaient à la scène, spacieuse, occupée par les instruments et autres équipements utiles à un groupe.
Passant son chemin devant cet amoncèlement de câbles, reliés entre eux par d'énormes générateurs puissants, prêt à faire étinceler Neru, sur scène, seul, soumis au regard de tous.
Il savait ce qu'il avait à faire et c'est avec une assurance dissimulée qu'il se présenta enfin devant les deux juges de ce casting:

"Bonjour, enchanté, je suis Neru. Je vous prie d'ouvrir grands vos oreilles et vos yeux! " et avec un clin d'oeil plein de charme, il s'installa devant la batterie, sa basse sur les genoux. Assez étrange me direz vous, et pourtant...
Tout à un sens, et Neru va s'efforcer de le démontrer à chacun.

Avant toute chose, revenons un peu en arrière. La carrière de Neru ne s'est pas seulement limitée à jouer dans quelques groupes mineures et à tenir sa boutique en forme, loin de là. Ce que personne ne sait, hormis son entourage proche, c'est que le jeune homme est avide de connaissance et qu'il n'a jamais cessé d'apprendre. Pour lui, la musique n'est pas une chose acquise et même si certains considèrent cela comme un don, chaque jour on peut apprendre plus, développer ses acquis, les personnalisés, améliorer ses muscles et sa résistance pour aller toujours plus haut, pour chercher toujours plus loin ce qui fera de chacun un musicien, un chanteur unique, hors pair.
Et selon lui, la musique est avant tout un moment de partage, que ce soit avec soi-même, entre son corps et son esprit, mais aussi avec les autres. Rien n'est plus beau, rien n'est plus parlant qu'un air de musique joué pour quelqu'un. Quel message plus clair et limpide et tout à la fois mystérieux, qu'un tempo rythmé, au grès des aléas que la vie offre...

Pour revenir à la scène qui se déroule maintenant... Sur scène... Neru va tout simplement interpréter un morceau de son répertoire, une composition surprenante, vive, personnelle...
Pour son morceau, Neru a juste suivi son instinct, en se basant sur les Grands Noms qui l'ont inspiré dans ce domaine et pour les citer, entre autres, Joe Satriani, réputé avec Midnight, ou encore Andy Mckee dans sa version drifting, mais aussi Eric Mongrain pour son style de tapping sur les genoux et enfin, le grand Akira Takasaki, présenté ici dans toute sa splendeur!!


Spoiler:
 

Eh oui, Neru a voyagé au cours de sa vie et rien que pour ça, il est heureux d'avoir vécu!
C'est pourquoi, aujourd'hui, il veut leur faire honneur, et présenter à tous ce style, encore peu connu et pourtant, selon lui, indéfiniment indispensable pour tout groupe qui veut se démarquer.

Pour son genre très personnel, Neru a choisi une basse plutôt qu'une guitare, le son est beaucoup plus harmonieux et moins criard. Enfin, il présente une composition de drifting à une main, la seconde jouant de la batterie pour accompagner.

Concentré, Neru alors n'écoute que lui, et posant sa main droite sur sa gratte, il se saisit des cordes et plus rien n'a d'importance. Il ne s'est alors jamais senti aussi emporté, serein mais l'esprit bien présent, il joue, à une vitesse folle sa main droite vole de corde en corde, du haut en bas pour créer vraiment des effets de sonorités entremêlés qui s'unifient au fur et à mesure que les notes sortent, mais sans oublier que du pied, il donne quelques sons de grosse caisse ponctué gravement par les caisses claires qu'il se permet de tambouriné de la main directement, aussi bien sur la membrane que sur la structure, toujours pour créer une multitude de sons qui se mélange, mais qui en aucun cas ne ressemble à un boucan tumultueux!
Alors qu'il n'est pas en rythme avec les habituelles mélodies qui sortent de ces techniques, Neru joue un morceau plutôt rock, pas agressif, car c'est déjà beaucoup d'intensité. Un rock calme, une pointe de punk se faisant ressentir du côté du drifting, ajouté à cela les percutions créées par l'effet d'ensemble, c'est un concert à lui tout seul!

Seulement, il aurait aimé demander aux autres de se joindre à lui, mais c'était une prestation solo.
Alors, donnant tout son coeur, mettant son talent à l'oeuvre, son courage à nu, Neru continua sur sa lancé, ses émotions passant à travers ses sons, allant du timidement excentrique à la douce clameur d'un être en furie, restant pourtant sur la même gamme, seule l'intensité de son doigté, la puissance de son pied, la douceur de son rythme pouvaient transporter tout cette assemblée dans un lointain souvenir, revenant à leur début musicaux pour certains, un once de nostalgie dans le coeur...
Neru lui même n'arrivait à décrire ce qu'il vivait dans ces moments là. Il fallait y être pour comprendre, il fallait avoir l'oreille pour entendre, se sentir dedans, corps et âme, se donner à la musique pour qu'elle se reflète à vous, de son plus bel éclat.

Au regret, mais il sait qu'il ne peut faire plus, déjà transpirant, le souffle court et les mains rouges, sa prestation ne dura que 3 minutes. Mais il sait que pour lui, se fut trois minutes intenses, il a vraiment donné le meilleur de lui même, et dans d'autres conditions, il n'aurait pu faire mieux que ça.
Il a fermé les yeux tout le long de sa prestation, pour ne pas voir les expressions faciales des spectateurs, pour rester intimement lié à son morceau, cette technique à double instrument qu'il a mit au point il y a peu de temps, mais qui a porté ses fruits. Il est tout simplement heureux, heureux d'avoir partagé ce moment, qu'elles que soient les pensées des malheureux qui ont laissé trainer leur oreilles dans le coin. Car il sait bien que ce n'est pas gout de tout le monde. Et d'ordinaire, ce sont plutôt des mélodies calmes qui ressortent avec ces techniques, mais Neru est tout simplement admirateur de Takasaki-san et ses rythmes endiablés, sa prestation, il a tout appris, il se l'est approprié pour en faire le Neru Style!
Reprenant son souffle petit à petit, il se lève enfin et de retour à la réalité des lieux, il part saluer de bonne grâce Shin et Nobu, déposant au passage une feuille, écrite à la main où il a simplement apposé les grandes lignes de son CV et les références sur lesquelles il s'est appuyé aujourd'hui pour leur offrir ce moment, certainement inattendu.
Il attend la suite avec impatience, et dans son coeur, bat en lui, juste le bonheur le vivre!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Mer 7 Sep - 21:01

Tous les prétendants au poste de chanteur avaient été auditionnés désormais. Noriiko s'était sentie ridicule et comme toujours, elle s'était réfugiée au fin fond de la salle, recroquevillée comme une petite fille fragile et s'enfonçant dans ses réflexions. Plus elle y réfléchissait, plus elle se disait que Myriang apporterait une touche de fraicheur au groupe. Elle était clairement d'origine étrangère et savait mêler rock et pop. En plus de cela, elle était mignonne, ce qui ne gâchait rien. Avec elle, Shin et Nobu pourraient toucher à n'importe quel genre sans que cela ne paraisse étrange.
Ou bien encore Isaac : cela changerait des groupes habituels, composés d'une chanteuse et de musiciens hommes. Sa voix éraillée pourrait être intéressante. Et puis, les ex membres de Blast pourraient ainsi changer un peu de style, même si cela s'en rapprochait un tout petit peu.
Pour le cas de Ruka, il était certain qu'elle avait une voix exceptionnelle. Avec elle, ils pourraient continuer sur la même lancée que Blast. Tout dépendait en réalité de ce qu'ils recherchaient pour l'avenir.
Et elle? Qu'apporterait-elle aux deux musiciens? En y réfléchissant, elle pensait être trop banale, trop quelconque. Elle pensait qu'elle ne pourrait pas se démarquer des autres chanteuses. Pire, elle se disait qu'en tant que bassiste, elle était abominable. Mais en réalité, elle se trompait peut-être. Qui sait! Elle pouvait elle-aussi mélanger pop et rock. Son style pop contrastait clairement avec sa faculté à chanter du rock, ce qui pourrait créer un effet de surprise intéressant sur scène. Mais bon, elle ne voulait pas s'emballer, donc cela l'arrangeait de croire qu'elle n'était pas assez douée pour la scène.

Shin se leva et vint alors vers la jeune femme, une gourmandise à la main. Il la regarda avec un sourire réconfortant, et après avoir dit qu'il en avait marre, il lui lança qu'elle avait autant de chances que les autres. Noriiko se disait que Shin était un gentil garçon, malgré ses airs de bad-boy. Les candidats sortirent tous un à un à la suite du bassiste. Noriiko sortit la dernière. Seul Neru resta à l'intérieur. Elle remarqua du coin de l’œil Isaac Mugen, assis sur un banc. Elle crut déceler en lui une once d'inquiétude. Peut-être était-il aussi tourmenté qu'elle à propos de cette audition? Noriiko aurait aimé lui dire qu'elle avait trouvé sa prestation magnifique et que cela lui avait donné les larmes aux yeux. Mais sa timidité l'en empêcha. Elle n'osait pas aborder les gens, c'était comme ça et elle avait beau vouloir changer, ça n'était pas si simple que ça.

Puis ce fut l'heure de retourner aux auditions. Lorsque tout le monde fut rentré, Shin et Nobu de nouveau à leur place, Neru s'avança sur scène. Il se présenta et il prit sa basse, qu'il posa sur ses genoux. Sa prestation fut à couper le souffle. Il maitrisait parfaitement la technique qu'il leur montrait. Noriiko n'avait jamais vu faire une telle chose, mais cela la fascinait. Elle admirait son aisance avec l'instrument, le son qu'il produisait, si harmonieux. Elle était conquise par ce style. Au travers de sa composition, il passa par plusieurs styles : un rock calme, puis plus rythmé, prouvant qu'il savait s'adapter.
Puis la prestation prit fin au bout de 3 minutes de pur plaisir. Oui, Noriiko avait pris beaucoup de plaisir à l'écouter jouer. Neru descendit de scène et alla déposer un CV sur la table près de Nobu et Shin. Cette fois-ci, la jeune femme ne put s'empêcher d'applaudir, mais elle arrêta dès qu'elle se rendit compte qu'elle avait sans doute l'air ridicule.

Alors ça y est? Le casting était terminé? Aucun batteur ne s'était présenté. Il n'y avait eu que des chanteurs/guitariste, elle en tant que chanteuse/bassiste et qu'un bassiste à la technique exceptionnelle. Il ne restait plus qu'à attendre les résultats. Cependant, Noriiko ne pouvait rester plus longtemps : elle avait cours le lendemain et il était déjà tard. Elle n'habitait pas la porte d'à côté non plus...
Alors elle se décida à prendre la parole pour s'excuser :

«Je... je suis désolée... Mais je... je vais devoir partir. Je... je m'arrangerai pour... pour revenir le jour des résultats. Au revoir et... à bientôt peut-être.»

Elle reprit son étui, dans lequel était rangé sa basse. Puis elle sortit du studio et reprit le chemin de son petit appartement. Malgré son appréhension, il lui tardait d'avoir les résultats...


Dernière édition par Noriiko Shimazu le Lun 29 Oct - 16:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Mugen
Animateur
Animateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 263
Age : 24
Localisation : “This came up wilted and looks like you, ‘cause it never grew, it never grew. This one is scrawny and looks like me, ‘cause it’s dirty, and I’m so dirty too.”
Points : 3096
Réputation : 21
Date d'inscription : 04/05/2011

Feuille de personnage
Métier: Divers.
Age: 23 ans.
Orientation sexuelle: Inconnue.

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Lun 12 Sep - 21:22



Isaac s'était finalement -et heureusement- résigné à débarquer après la pause. Il n'aurait pas pu foutre le camp. Pas au beau milieu de la fête, pas après tout ça. Il était curieux. Des flics s'étaient posés à côté de son banc, dans un boucan fracassant. Il voulait entendre encore les voix et leur paix enivrante. Au fond, tout au fond, il espérait encore.


Isaac s'était fichu dans le fond de la salle, non loin de la jeune femme timide et pourtant très intrigante. Le briquet à la main, il semblait y jouer de manière à gérer l'anxiété, comme un gamin à qui on aurait retiré ses parents, un toxico à qui il manquerait un grain. Il le faisait vite rouler entre ses doigts, du pouce au petit dernier, et voilà. Le candidat présent, jeune homme qu'il avait aperçu auparavant, respirait la transe. Il jonglait entre les cordes d'une vitesse et sensiblité folle, emporté dans un univers dont Isaac raffolait : celui du voyage, l'ailleurs. Quelques années nomade, ce dernier retrouvait cette sensation qui vous prend face à l'inconnu, le néant et la magie du transport musical. Au-delà de tout, du monde, et des autres.
Mais dans la magie, l'obscurité attend.
En lui-même, la lumière se mua en goût amer. Spots et projecteurs l'aveuglaient, les fumées le prenant à la gorge. Il ferma les yeux et écouta simplement. Alors il pensa à tout ce qu'il était, à ce qu'il avait construit. Un artiste un peu solitaire, un appartement ou plutôt entrepôt désaffecté, aux murs fiévreux et couverts de peintures, d'images et de couleurs déjantées : du rouge, du bleu, du mauve, chaos visuel et chamanique. Des parents un peu trop apprêtés, un bambin et sa jeune soeur se chamaillant joyeusement, pour le photographe orphelin qu'il était, gagnant son pain entre photos de mode, concerts et familles. Un vent lèger le rafraichissait, d'une fenêtre aux carreaux brisés dont Isaac était proche. A travers celle-ci, une mère courait après son garçon; elle venait d'lui flanquer une fessée. Le petit avait les yeux rouges et son nez coulait. Elle, elle était blonde. Il pensa à la sienne, de mère.



Je suis devenu microbe, simple copieux de ce que j'ai vu et entendu. Cependant, Liberté et Solitude m'ont ouvert leurs calmes chemins, et dans leur paix, je me suis jeté.

Bercé par la musique, l'enfance lui revint en souvenir. Son père Angelo Mugen, sa mère Tracy, les blessures, l'alcool et le mépris. Il ne savait pas pourquoi. Il ne savait pas si ça aurait pu être autrement, le bonheur par exemple, l'amour ou la sécurité. Il ne savait pas si c'était le destin, le hasard ou l'absurde, si c'était lui ou si ça le dépassait. Longtemps, il avait cru être cause du désastre, la raison éminente de leur mariage raté. Le fils de l'horreur, ce fils qui n'aimait pas la banalité, qui adorait l'Art et le Son. Celui qui déçevait sa famille. Il ne saurait probablement jamais. Ce mépris le mangeait, comme un insecte dévorant son esprit sans répit. Il était responsable. Alors il avait fait ce qu'il devait faire, ce qu'ils voulaient; il s'était effacé. Seul, effrayé, il était l'attaque et la peur, sa mère parfois et cela le désespérait. Il était son père, la violence et la colère.



La basse l'emportait toujours alors qu'il réfléchissait, paisiblement. Il était bien. Isaac observait la porte grinçante, les fils bleus, noirs et rouges de la scène, un bouquet de fleurs trois fois fanées, sur la table, quelques restes des friandises exquises, des fourmis sur le mur, à côté de lui. Il comptait : un, deux, trois; imaginait demain, incertain et évident à la fois. Il lui semblait que chaque chose prenait vie, grâce à cette mélodie heureuse et expressive, entre les rytmes et drifting du jeune bassiste fou de génie. L'aisance de ce Neru le scotchait. Peu après sa prestation, l'audition fut close, faute de candidats. Noriiko s'en alla d'abord, vraisemblablement confuse. Isaac pensa que c'était dommage; il aurait apprécié lui parler, son chant l'avait autant ému que transporté. Une fraicheur rare. Il suiva des yeux la jeune femme jusqu'à qu'elle ne fut plus, le visage marqué d'un sourire triste, comme il voyait le peu d'estime qu'elle semblait avoir d'elle-même.

Il aurait dû davantage exprimer son enthousiasme lors des prestations, encourager les talents peut-être. C'était encore lui, ça. Il ne montrait rien. Rien, en dehors de la musique.

Son briquet s'écrasa au sol, il se renfonça.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yakshatasmagoria.tumblr.com/
Shin'ichi Okazaki

avatar

Masculin
Nombre de messages : 303
Age : 23
Points : 7658
Réputation : 84
Date d'inscription : 30/12/2010

Feuille de personnage
Métier: bassiste / garçon de joie
Age: 21
Orientation sexuelle: cupide

MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    Ven 23 Sep - 23:10

( désolé mais j'ai mis tellement de temps à répondre que Isaac a répondu avant moi , alors si vous trouvez cela incohérent faites le moi savoir et je changerait sans problème Wink )



Maintenant sorti de la pièce , suivi de prêt par les participants cette représentation analytique , seul Neru , demeurait encore à l’intérieur , préparant certainement son intervention.Après plusieurs essais , Shin parvint enfin à extraire une flamme de son pendentif aux allures stellaires et aux vertus flamboyantes , vraiment , il commençait à s'essouffler , le gaz lui manquait de toute évidence . Portant le filtre à ses lèvres , il tentait de garder un aspect digne même si au fond de lui , la frustration le rongeait , comme si maintenant , elle s'était trouvé une antre d'où elle serait à présent indélogeable. Un rire jaune grognait en son fort intérieur , cinq prétendants et visiblement aucun d'entre eux n'aspirait au poste de batteur. Reformer une entité musicale , n'était visiblement pas une bonne idée , une chimère rien de plus , un rêve duquel on s'approche sans jamais ne pouvoir se l'approprier. Il se voyait en tantale régit par les lois du ciel , purgeant sa peine pour un crime qu'il ne se rappelait pas avoir commis. Un instant il s'imagina , manipulé par les fils invisible d'un démiurge hieraconcéphale, le roi des démons ? A force de côtoyer Hachi , la superstition dont elle était sujette avait-elle déteint sur lui ?

Une expiration rythmée par une fumée évasive , son regard vint se placer en direction du jeune homme flanqué sur un banc , curant son stress par un excès de nicotine .Bien qu'agacé par l'attitude qu'eut affiché ce dernier , c'est dans un débordement d'empathie qu'il décida de s'entretenir avec lui , laissant les autres sujets à leur place .Arrogance ou gêne ? Telle était la question , la raison l'ayant poussé à quitter inopinément les lieux échappait au garçon aux cheveux saphir . Ce projet lui tenait vraiment à cœur et si maintenant il fallait user de faux semblants pour le mener à bien , il n’hésiterait pas une seconde. De toute façon , son existence elle même était un mensonge , vivant du péché de chair , il n'avait à présent plus rien à perdre , son sort était déjà scellé .Un ton grave mais cependant exempt de toute colère s'extirpait des lèvres de Shin , il ne voulait pas brusquer l'autre , mais tout de même lui faire comprendre que son acte n'avait pas été des plus agréables . Il cherchait ses mots , en effet si l'attitude du personnage avait eu le don de l'irriter comme pas possible , il ne pouvait pas cracher sur le talent dont avait fait preuve le quidam.

"Imaginons l'espace d'un instant que tu été retenu , tu nous aurais lâché comme ça juste avant un concert ? le minimum quand on se présente à des auditions c'est de rester jusque la fin non ? Bref , moi j'y retourne , libre à toi de choisir si tu restes ou fuit , mais dans ce dernier cas sache que je ne viendrais pas te chercher et que tu laisses peut être passer une énorme chance , m'enfin , je dis ça je dis rien "

Puis , prenant appuis sur ses poignets , il se releva , se redirigeant vers le théâtre ou la prochaine représentation allait avoir lieu , il avait remarqué qu'un participant était resté en coulisse , préparant son entrée en scène . Les cheveux ondulants sous les brises légères d'un soleil tombant , il jeta son mégot d'un geste furtif avant de s'engouffrer à l’intérieur du bâtiment.
reprenant sa place de spectateur , il contemplait à présent ce que présentait Neru , le dernier jeune homme avant la fermeture des auditions. Ce dernier avait choisi d'introduire deux instruments lors de sa prestation, du jamais vu pour Shin , ou tout du moins , cela dépassait ses espérances , il fut littéralement interpelé par un tel jeu .C'était impressionnant de voir à quel point cet homme pouvait manier avec harmonie différents instruments à la fois . Une fois , les minutes de gloire du jeune homme achevées , les deux ex-membres de Blast prièrent les candidats de patienter un instant à l’extérieur avant de leur faire connaitre les tenants et les aboutissants de la procédure qui suivrait.

De longues minutes passèrent, les avis divergeaient , on tapa du poing , sortis les crocs , chacun défendant sa propre opinion , prenant parti pour ses favoris. Après de longs instants passés dans le cloaque des tergiversations , argumentant en faveurs des uns , mais ne dévalorisant point les autres , Shin fit enfin son apparition en dehors de la salle . Nobuo , avait préféré prendre le soin de débarrasser le studio , laissant le bassiste distribuer les informations quant aux retenus.
tout les yeux rivés sur sa petite personne , il commença par articuler d'un ton neutre :

" Tout d'abord je tiens à tous vous remercier pour votre présence , certes un plus grand nombre de participants m'aurait réjoui d'avantage , toutefois votre talent était largement à la hauteur de mes espérances .Bref , ne nous attardons pas plus longtemps en banalités , et passons à ce que tout le monde attends. Voila , nous n'avons pas réussi Nobu et moi à nous mettre totalement d'accord c'est pourquoi nous invitons , je cite , Noriiko shimazu , isaac Mugen ainsi que Neru Myuujiku , à se représenter à une seconde audition.
Encore une fois , je vous remercie tous , et ne vous cache pas que chacun d'entre vous possède un énorme talent , cependant , même s'il fut Cornélien , il a fallut faire un choix.
Une dernière chose , bien que nous allons vous tenir informés pour le lieu des prochaines festivités , Neru , j'ai cru comprendre que tu pouvais toucher à beaucoup d’instruments , pourrais tu nous monter tes compétences en matière de guitare ? " Puis d'un air complice, il ajouta " avoue tu t'es imaginé pouvoir prendre ma place en tant que bassiste !"

Puis remerciant pour la troisième fois chacun des participants , il se retira dans le studio pour rejoindre Nobu , oui , il avait fait au plus vite , il ne pouvait croiser le regard emplis de déception de la part des candidats n'ayant pas été retenus . Un gonflement de la poitrine , et un énorme soupir rythmèrent la fin de cette journée , cela ne s'était pas passé comme prévus , l'effet escompté n,'était pas au rendez-vous , mais avec les nouvelles recrues qu'il avait obtenu , le garçon aux cheveux bleus savait qu'il se rapprochait de plus en plus du rêve que lui et nobu avait envisagé.

_________________


記憶は優しすぎて残酷
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...    

Revenir en haut Aller en bas
 
Escape from your life's darkness and give it the blow it missed...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thomas ♠ Never give up on life
» [100%] Calliope ♣ I'm the darkness on your soul, the sweetness on your life, and the dream on your mind
» — bring me to life
» Life in UCLA
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANA DREAM パスワードを入力してください :: NANA RPG {NOWADAYS} :: Tokyo :: Arrondissement VIII : Katsushika-
Sauter vers: