NANA DREAM パスワードを入力してください
Bienvenu(e)!

Prêt pour un nouveau départ?

    Nana Osaki vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.



    Nana vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.

AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez répondre à notre MJ sur le RP Lone & Ardent et faites avancer l'intrigue ! L'étau se resserre de plus en plus autour de nos personnages ! Pourquoi tout ce remue ménage sur la mort de Ren après 6 ans ! Répondez et nous le sauront bientôt !

Partagez | 
 

 La joie des filles de joie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Risa Asano
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 22
Localisation : Londres
Points : 6719
Réputation : 74
Date d'inscription : 10/06/2011

Feuille de personnage
Métier: Prostituée
Age: 19
Orientation sexuelle: Bisexuelle

MessageSujet: La joie des filles de joie   Ven 12 Aoû - 3:18

Risa avait remis à plus tard le rendez-vous qu’elle avait avec sa collègue, histoire de se faire pardonner. Elle avait par la même occasion invité quelques-unes des filles qu’elle connaissait pour une petite fête organisée chez elle. Elle venait de rentrer de course, biscuits apéros, Vodka, Rhum, bières, sushis faits maison. Tout était prêt. Les voisins étaient prévenus, quelques un viendraient bien sûr demander du sel, des œufs ou autre juste pour pouvoir observer un rassemblement de jeunes prostituées. Les Cds étaient eux aussi prêts. Beyoncé, Rihanna, Madonna, Lady Gaga, Bowie, un peu de Manson, encore quelques autres et surtout Mylène Farmer en très grande partie. Risa parlait incroyablement bien le français, une langue qu’elle aimait énormément, comme l’anglais. Elle avait toujours était excellente à l’école, de plus ses parents l’avait mise en privée comme ses autres frères et sœurs, pour le reste elle s’était perfectionnée avec ses clients étrangers. Totalement trilingue, elle pouvait profiter des paroles de tous ses artistes préférés, et dans celles de Mylène elle s'y retrouvait, elle et sa condition de prostituée, une vision de l’amour et du sexe qu’elle aimait particulièrement…

Elle se remit aux préparatifs, la femme de ménage était déjà prévenue et elle passerait en début d’après-midi, quelques mini matelas étaient prévus pour qu’aucune de ses collègues ne sorte complétement ivre et se fasse violée en pleine rue, leur métier était déjà assez dangereux comme ça. En y repensant, plus jeune elle avait été la star de l’école et maintenant elle était en quelque sorte la plus populaire des prostituées. Enfin des prostituées, des plus jeunes et des étrangères, celles qui étaient là depuis longtemps la détestaient à un point inenvisageable. Un jour elle se ferait lynchée, c’est sûr …

Elles arrivèrent quasiment toutes en même temps, les joies du métro … Très vite la musique avait était mise au maximum, et Mylène Farmer en boucle. Risa n’était pas peu fière de leur avoir fait découvrir, et toutes se mirent à chanter là plus part du temps faux, mais en cœur. Ça ressemblait un peu aux fêtes lycéennes qu’on peut voir dans les films, si ce n’est que là toutes les filles étaient vêtues très légèrement.
Batailles d’alcool, de chantilly, d’oreillers, tout ce qui passait sous la main était balancé. Les rires fusaient, les filles étaient éparpillées dans l’appart et sautaient sur canapé et le lit. D’un grand coup de bras Risa vira tout ce qu’il y avait sur la table basse et dansa dessus avec deux autres filles, une clope à la main et dans l’autre la bouteille de vodka. Tout le monde était ivre, même si ce n’était pas franchement à faire, et s’amusait, oubliait pendant quelques heures leur misérable condition.
Puis l’heure de manger fût venue et toutes prirent une assiette en carton, attendant les sushis made in Risa. Se posant là où elles pouvaient et faisant la discussion.

- Hey Risa, Carmen nous a dit que tu t’étais tapée un bon coup et que tu t’en étais amourachée !!!

Forcément tout ce savait rapidement dans ce milieu pensa Risa désespérée, mais amourachée c’était allée un peu loin. C’est vrai qu’elle avait apprécié … Et ses sentiments matinaux n’étaient dû qu’au contre coup, du moins elle l’espérait … Elle décida de faire mine de rien et répondit d’un ton léger.

- Je vois que les infos circulent vites, merci Carmen, avouez, vous aimeriez bien vous le faire hein. Mais vous ne l’aurez pas bande de petites perverses.

Eclats de rire, ouf elle s’en était bien tirée.

- Alors raconte.
- Et bien … Vous voyez le club fétichiste de Camden Town, il m’y a direct emmené et il voulait que je me mette dans une cage ou je ne sais quoi …

Rien que d’y penser ça la faisait rire, elle avait réussi à éviter la cage.
Elle continua son récit, une cigarette à la main.

- Mais bon il a quand même réussit à m’attacher et à me fouetter.
- Les filles champagne, un homme nous l’a dressé !!!
- Il faudrait presque lui attribuer une médaille !
- Chut bande de sadiques, c’est pas marrant.

Enfin elle disait ça mais elle en riait aussi.

- Donc pour finir, on est allés chez lui et j’ai réussi à l’attacher, d’ailleurs je n’en suis pas peu fière vu le numéro, et une fois détaché on a baisé comme des bêtes dans toute la chambre, même contre le mur, ex-ta-se, ça vous va les cochonnes ?

- Salope va, tu lui as fait quel prix.
- 600 € la nuit complète.

Risa était rayonnante de fierté et d’arrogance, et les filles choquées.

- Hey ma chérie, tu vas nous casser le marcher, pute de luxe va.


Elles continuèrent à rire, chacune racontant ses anecdotes les plus croustillantes et les derniers potins catins (et non pas mondains). Un join fit le tour de l’assemblée qui s’était remise à danser, quelques french-kiss furent donnés, surtout par Risa d’ailleurs, puis tout le monde fit de la place sur le sol pour y poser les quelques matelas de camping .Elles ressemblaient vraiment à une bande de jeunes ados écervelées, ce n'était pas déplaisant. Vers 6 heures du matin, les filles étaient hors services, en sous-vêtements, les voisins étaient venus crier ou, comme prévu, les épier et elles s’étaient allongées là où elles avaient pû. Après les « good night and sweet dreams girls » de circonstance et un « rend nous fière ma petite Risa, devient la plus luxueuse et la plus convoitée de nous toutes », elles s’endormirent. Risa rêva malgré elle de ses frères et sœurs, là-bas, au Japon, et du jour où elle sortirait de la prostitution.
La soirée de joie des filles de joie était belle et bien terminée et chacune revenait à sa dure réalité …

_________________

Ça n'a jamais été passionel, ni fusionnel... C'était juste des mots et des soupirs partagés au vol durant un court instant de plaisir inavoué. Rien d'autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/marieanais.lhuissiez
 
La joie des filles de joie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joie Ineffable
» Duel en duo...pour la joie des foules.
» Ô joie, Ô bonheur
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» Pendaison de crémaillère. Joie. [PV Clyde] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANA DREAM パスワードを入力してください :: NANA RPG {NOWADAYS} :: Londres :: Soho-
Sauter vers: