NANA DREAM パスワードを入力してください
Bienvenu(e)!

Prêt pour un nouveau départ?

    Nana Osaki vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.



    Nana vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.

AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez répondre à notre MJ sur le RP Lone & Ardent et faites avancer l'intrigue ! L'étau se resserre de plus en plus autour de nos personnages ! Pourquoi tout ce remue ménage sur la mort de Ren après 6 ans ! Répondez et nous le sauront bientôt !

Partagez | 
 

 Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Dim 30 Oct - 2:36

Un son, assez irrégulier. Ce fut ce que Karin perçut avant même d’ouvrir les yeux. Un son familier et pourtant qui lui semblait ancien. Les cheveux en vrac sur son visage, elle prit lentement appui sur son avant-bras, redressant son buste parallèlement au mur. Alors qu’elle se retournait, son corps s’immobilisa, comme pris dans des sables mouvants. Abaissant ses prunelles sombres, la jeune femme découvrit avec perplexité que sa couverture la retenait. Ce bout de tissu lui lançait un appel doux, tel une succube, l’incitant à se recoucher, à profiter de la chaleur douillette de son lit. Bâillant un instant, Karin hésita puis se recoucha.
Lorsqu’elle s’apprêtait à profiter une nouvelle fois de l’étreinte de Morphée, ce son se fit de nouveau entendre. Poussant un soupir, Karin avança son genou jusqu’à le faire dépasser du lit puis se força à poser pied à terre. Tâtant le sol des orteils, elle se risqua à poser son autre pied sur la descente de lit. Redoublant d’efforts, elle finit par s’asseoir, ne prêtant pas l’oreille à la plainte déchirante du tissu qui se faisait arracher de sous le matelas. Le son se tut un instant. Karin tendit l’oreille, encore dans le brouillard du rêve dont elle avait été extirpée. Lorsque le bruit revint, elle prit appui sur l’angle de son secrétaire et se redressa, titubant un peu alors qu’elle se dirigeait vers la porte. Ses pas d’endormie la conduisirent à la porte voisine dont elle abaissa la poignée avec rudesse. Elle accompagna son geste de quelques paroles endormies.

Bon sang, Kanna, tu vas arrêter ce…

Lorsqu’elle comprit ce qu’était ce son, Karin fit silence. La chambre n’avait pas bougé, toujours placardée des posters de TRAPNEST, des goodies à l’effigie du groupe disposés par ordre de grandeur sur les étagères surchargées. Etrangement, toute la chambre respirait la vie, la passion surtout. Ce n’était pourtant pas les gigantesques affiches ou les piles de CD qui avaient attiré l’attention de la jeune femme, non. Sur la table de chevet, affichant six heures et demi du matin, un petit réveil fabriqué par un fan sonnait. Pas après pas, Karin avança dans la pièce et mit un genou à terre, fixant l’objet. Ce son… C’était une des chansons préférées de sa sœur. Karin se frotta les yeux, cherchant à se réveiller. Quand elle pensait au prix que Kanna avait payé ce truc et qu’en prime elle aimait tant la chanson qu’elle ne se levait pas avant de l’avoir laissé sonner au moins six fois, la batteuse sentait l’agacement poindre. Quelle idiote.

Son regard fut attiré ensuite par un bout de papier qui dépassait du tiroir du meuble de chevet. Lentement, ses doigts firent glisser le contenant de bois à elle. Elle reconnut rapidement l’écriture de sa jumelle et s’empressa de refermer. Elle avait juste eu besoin de lire « mon cher » pour comprendre ce dont il s’agissait. Elle se redressa et posa doucement la main sur le réveil, faisant taire la mélodie qui reprenait depuis le début. Tournant les talons, elle sortit de la chambre, retournant dans la sienne prendre des habits. Puisqu’elle était debout, autant se mettre en condition. Attrapant une chemise blanche, un pantalon de toile d’un gris sombre, elle se dirigea vers la salle de bain, branchant le petit radiateur portatif qu’elle mit en route. Il ne manquait plus qu’elle attrape froid pour être doublement dans les ennuis. Pendant que la salle se réchauffait, elle se rendit dans la kitchenette ouverte sur le salon. Pendant qu’elle se préparait un petit déjeuner, elle écoutait distraitement la radio et les informations du matin.

… rumeurs concernant le maire de cette commune qui…

Mmph.

… lancement réussi du satellite KIZUNA, censé apporter un plus grand confort dans la connexion à Internet…

Entre le prix du matériel et celui de l’abonnement, je passe mon tour.

… mode aux semelles compensées…

Ou comment se casser la figure d’encore plus haut.

… temps radieux prévu pour toute la semaine…

Eh ! Depuis quand on peut encore voir le ciel depuis les rues de Tokyo ? Rha tais-toi.

Alors qu’elle allait éteindre la radio, la station eut la bonne idée de passer sur un programme musical. Apportant son bol et son assiette sur la table, elle dégusta sa nourriture en silence, concentrée sur la partie batterie de chaque chanson. Parfois, elle souriait en coin en songeant que pour des groupes dits « Major », certains musiciens faisaient vraiment amateurs. Plongeant sa vaisselle sale dans une bassine d’eau, elle la frotta énergiquement puis la plaça à sécher. Elle fila ensuite dans la salle de bain où elle s’empressa de se défaire de son pantalon de pyjama avant de passer sous la douche. En se lavant, elle en profita pour regarder ses cicatrices. Ses yeux se plissèrent. Rien à faire, elle avait beau cicatriser vite, sa peau gardait toujours des traces violines indélébiles. Basculant la tête en arrière, tout en se frottant le visage, elle réfléchissait à ce qu’elle devait faire.

Son « contrat » avec le groupe arrivant bientôt à expiration, elle allait devoir éplucher les annonces une nouvelle fois. Sauf que ce coup-ci, elle avait acquis de l’expérience professionnelle qu’elle pourrait mettre en valeur. Il lui faudrait donc emmener sa tenue de scène au cas où. Tout en se rinçant les cheveux, elle se décida pour une zone où commencer les recherches.
Spoiler:
 

Une fois propre, Karin stoppa le radiateur puis s’observa un instant dans le miroir. Attrapant le petit marchepied, elle monta dessus, se jurant d’économiser pour se payer un miroir en pied, agacée de devoir gravir un échelon rien que pour se voir en buste. Tournant la tête, elle observa son profil droit, relevant ses cheveux devant sa tempe. La cicatrice ressemblant à une petite étoile la narguait et elle s’empressa de rabattre sa mèche. Elle agrippa son étui de lentilles bleu clair et apposa ces dernières sur ses yeux. Elle ne perdit pas davantage de temps et se sécha avant de passer ses habits et surtout de coiffer son béret. Dents impeccables dans un sourire de façade, elle quitta la salle de bain et se dirigea vers le balcon, relevant le store. Ensuite, elle franchit la distance qui la séparait du porte-manteau et attrapa sa sacoche. Elle en fit un rapide inventaire.

A l’intérieur, un coffret relativement plat qui abritait comme un objet sacré sa tunique de scène. Un autre coffret bleuté contenait ses masques et ses gants. Après un rapide examen des tenues, elle les rangea soigneusement. Dans une autre poche du sac, elle avait gardé plusieurs paires de baguettes qui jouxtaient des crayons de papier et stylos à bille. Traînaient également au fond du sac des coupons de réductions et plusieurs bloc-notes dont un seul avait déjà servi. Karin plissa les yeux puis fit demi-tour et fit un rapide crochet par sa chambre, ramassant le téléphone portable qu’elle allait oublier ainsi que le porte-monnaie sobre qu’elle conservait jalousement. S’assurant qu’elle avait bien débranché l’intégralité des objets électriques en dehors du frigo, elle chaussa ses bottines plates et sortit. Elle prit la direction de la station de métro la plus proche, visant une station proche de l’université cotée des environs.

Dans la rame, il y avait une certaine affluence mais sa petite taille lui permettait de rester dans un coin proche de la porte et d’éviter ainsi d’être collée de trop près. Pour finir cette défense, son sac de grande taille qu’elle portait en bandoulière lui faisait office de barrage. Distraitement, elle regardait les lumières des tunnels passer, danser même. Jetant machinalement un coup d’œil à son poignet, elle s’aperçut avoir oublié sa montre. Secouant légèrement la tête, elle attendit sa station.

Spoiler:
 

Karin patienta, ne faisant pas attention au défilement des visages des autres passagers et elle se hâta de descendre lorsque la rame parvint enfin au but. Allongeant la foulée, et boitillant par la même occasion, elle sortit à l’air libre et scruta les alentours. Une horloge placée en face d’elle indiquait qu’il était quasiment neuf heures du matin. Rajustant son béret, elle repéra une personne sortant des chaises sur une petite terrasse bordée de buissons semblables à une petite haie. Une enseigne sobre mais agréable à l’œil ne laissait pas vraiment planer de doute sur les activités. En voyant quelques personnes y entrer, Karin s’y dirigea.
Arrivée à la porte, elle remarqua un petit papier collé contre l’envers de la paroi.

Par souci de place, les petites annonces ont été transférées sur un panneau près du comptoir. Merci de votre compréhension.

Sans attendre, Karin entra et se dirigea vers le panneau, n’adressant qu’un bref signe de tête et un semi sourire à la barmaid. Elle reporta ensuite toute son attention sur le panneau. De nombreuses annonces y étaient accrochées par des punaises. Elles allaient de la demande de colocataire au don d’animaux en passant par la vente d’objets en tous genres. La jeune femme se décala un peu et repéra des annonces de groupes de musique. Elle délaissa vite ceux cherchant un vocaliste et s’attarda sur celles en quête de musiciens. En ayant aperçu quelques-unes, elle souleva le rabat de son haut sac et plongea la main dedans, cherchant à attraper un crayon. Ses doigts se refermèrent sur l’une de ses baguettes. Lorsqu’elle la porta à ses yeux et s’en aperçut, elle esquissa un sourire et jongla avec entre ses doigts avant de la ranger façon révolver dans son étui. Suite à cela, elle extirpa son bloc-note et un crayon de sa besace, commençant à noter des références intéressantes.


Dernière édition par Karin Wabisuna le Dim 6 Nov - 13:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Dim 30 Oct - 14:16

*Punaise ... quelle soirée hier ! Dire que j'dois me lever dans .. même pas 10min.*

Un profond soupire d'ennuie s'échappa des lèvres du bassiste, complètement affalé dans son canapé, les habits de la veille sur le dos. L'envie de se lever et de se recoucher dans son doux et tendre lit ne lui traversa pas que l'esprit, mais il fit un effort monstrueux pour résister à cet appel tentant. Les draps doux, le matelas confortable, la chaleur de l'ensemble ..

*Non ! Stop ! Arrête de penser à ça .. Il faut que tu te lèves, aujourd'hui c'est TON jour de la semaine ..*

Cette simple pensée lui procura assez d'énergie pour poser un pied à terre, pendant qu'il protégea ses yeux des rayons agressifs du soleil qui se faufillaient à travers les stores de la fenêtre. La veille avait été très mouvementée ! Il s'était couché 4h auparavant, voir moins, et il devait se réveiller à 7h30 pour se préparer. Mais il ne regrettait pas, il s'était fort bien amusé, surtout bien alcoolisé avec toute la bière qui était à disposition. En parlant de bière, rien que cette pensée lui rappela le fait qu'il ne s'était pas soulagé avant d'aller dormir, et lui fit comprendre ce qu'était cette douleur au niveau de son bas-ventre. Ni une ni deux, Ryutaro sauta de son canapé et se dirigea tel un éclair vers ses toilettes où il y passa une bonne minute, sifflant un petit air pour passer le temps car il le trouvait assez long.
Ce petit laps de temps passé et après s'être lavé les mains, la première chose qu'il fit était de se regarder dans un miroir pour voir s'il n'avait pas une tête de zombie. Sa réaction : il chercha ses lunettes de soleil et les posa en évidence sur le petit meuble de l'entrée. Même s'il avait de l'anti-cerne quelque part dans sa petite salle de bain, ce produit ne suffirait pas, et il n'avait pas envie que le soleil agresse ses pupilles. Tout en baillant comme un ours, le bassiste entra dans la salle de bain, balança les vêtements qu'il avait sur lui dans le panier de linge et prit une longue et chaude douche, la tête en l'air, à profiter de cette chaleur qui lui fit le plus grand bien. Il sentait chaque goûte tomber sur son corps, et chaque goûte lui procurait un léger frisson des plus agréables.

Une vingtaine de minute plus tard, l'esprit et le corps enfin réveillé, le jeune homme alla dans sa chambre en passant par la petite pièce à vivre pour choper quelque chose à manger. Il se posa ensuite sur son bureau en face de la fenêtre tout en mangeant son bol de céréale, jetant des regards en levant son menton aux passants. C'était l'avantage d'habiter au premier étage de l'immeuble, la vue n'était pas que des gratte-ciel et le transport de son matériel n'était pas chiant, même si le bâtiment avait un ascenseur. Il regarda aussi à l'intérieur de sa chambre, et surtout sa basse. Instrument qu'il s'empressa d'attraper après avoir fini son bol et le mettre à côté des deux autres des deux jours précédents. Il joua quelques notes à vide, recherchant ce qu'il pourrait bien jouer ce jour-ci. Car, oui, vers 11h, dans un petit café-concert à côté de l'université, il allait jouer, faire ses improvisations pour mettre un peu de beurre dans les épignards. Même s'il était à l'abris pendant plus de deux mois avec ce qu'il avait économisé sans faire de folie, il avait envie d'avoir un peu plus afin de s'acheter de nouvels fringues de scène.

En parlant d'habit, Ryutaro posa sa basse, ouvrit sa commode et fouilla dedans pour trouver les vêtements qu'il allait mettre. Il en sortit un tee-shirt blanc élargi au niveau du col, un jeans délavé et des sous-vêtements. Il s'habilla en deux-deux, n'oubliant pas de mettre trois colliers de taille croissante, dont deux simple en métal ,un peint en noir, et le dernier avec un pendentif médiator. Il plaça aussi ses lentilles bleus, et attacha plusieurs chaînes au niveau de son jeans. Il ajusta un peu ses affaires puis, rangeant sa basse dans son étui, s'en alla vers la porte pour enfiler sa veste grise à capuche. Il mit son portable et son portefeuille dans la poche intérieure et alla rechercher son instrument, et son ampli. Au moment d'ouvrir la porte, il se rappela de prendre ses lunettes de soleil, ce qu'il fit, puis referma derrière lui.
Un peu plus tard, il s'engouffra dans la rame du métro, direction l'université. Malgré le monde à l'intérieur, Le bleu avait de la place pour vivre, vu déjà qu'il était en majeure partie plus grand que toute la population présente dans le wagon, et surtout qu'il faisait exprès de garder son ampli en main afin d'avoir un peu plus d'espace vital. Il en sortit 10min après, et se dirigea vers le café où il avait l'habitude d'aller. Il scruta son portable, presque 9h du matin, il avait le temps de se préparer tranquillement.

Une fois au niveau du café, Ryutaro déposa son ampli, soufflant un petit peu à cause de la lourdeur de celui-ci. Il bailla un peu, étant encore un peu fatigué de la veille, puis ajusta ses lunettes. Son regard se posa quelques secondes la porte où était posé une petite affiche qu'il avait certainement déjà lu mais s'en souvenait plus. "Petites annonces au niveau du comptoir". Hochant la tête, il poussa la porte à l'aide de son épaule, entra dans le café, reposa son ampli et leva le bras pour saluer la barmaid. Il garda ses lunettes de soleil, mais les retira deux secondes pour observer la demoiselle qui scrutait le panneau des petites annonces. Il haussa les sourcils en voyant que celle-ci, au lieu de sortir sans doute un crayon de sa poche pour noter les références d'une annonce qui semblait l'intéresser, une baguette de batterie se retrouvait dans sa main. Un léger sourire en coin se dessina sur les lèvres du bassiste qui n'y prêta pu attention, remettant ses lunettes sur son nez. Il chopa son ampli et se dirigea derrière le comptoir. Sans faire exprès, tout en venant saluer la barmaid, il bouscula la fille aux petites annonces avec son matériel.


"Oh désolé ! Veuillez m'excuser !"

S'empressa t-il de dire tout en s'inclinant légèrement en avant. Puis il passa derrière le comptoir pour poser son instrument et tout ce qui allait avec. Il se posa ensuite au bar pour commander un petit chocolat chaud afin de bien se réveiller. Il regarda tout de même la fille qu'il avait bousculé et lui demanda, de manière assez inintéressé :

"Tout va bien ?"

Tout de même, c'était la moindre des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Dim 30 Oct - 15:36

Le crayon à mine fine s'agitait entre les doigts de la jeune femme, parfois stoppé pour actionner l'avancée de la mine, tandis que les yeux de cette dernière sautaient du tableau à son carnet. Certaines annonces étaient écrites à la main avec des erreurs grossières, difficiles à déchiffrer. D'autres, sur un papier avec beaucoup trop de décoration, ne faisaient vraiment pas penser à autre chose qu'une blague d'écolier. C'était surtout vrai pour une annonce qui demandait un musicien sur qui "les oreilles de chat ou de lapin ne paraissent pas ridicules". Karin était perplexe, s'interrogeant un instant sur le type de groupe que cela pouvait donner au final. De toute manière cela ne l'intéressait pas vraiment, les oreilles de ces animaux risquant de faire tâche avec son masque de renard.

Elle entendit des pas près d'elle mais n'y fit pas attention, sachant qu'un bar était forcément fréquenté. Venant tout juste de repérer une annonce mise atrocement haut, elle fit un demi pas en arrière, relevant le menton. Mal lui en prit quand quelque chose de froid et surtout rigide la percuta sur le flanc. Déséquilibrée un instant, Karin fit un rapide pas de côté pour ne pas se vautrer sur le sol, au demeurant très propre, du bar. Le temps qu'elle rajuste son béret et cherche à comprendre ce qu'il s'était passé, seule une voix lui parvint, déjà dans son dos. Elle se tourna juste à temps pour voir que cette voix masculine appartenait bien à un garçon légèrement incliné. La batteuse plissa les yeux, plus encore quand pour apercevoir son visage, elle eut à lever la tête dans sa direction.

La personne n'attendit même pas une réponse de sa part avant de poursuivre sa route. Abaissant son regard bleuté sur le point d'impact, la jeune femme frotta le pan de sa veste qui avait été heurté, en retirant quelques brins de poussière. Gardant les yeux plissés, elle observa un instant cette figure genre asperge à crinière teinte. Il avait un étui dans le dos, sans doute un instrument à cordes. Et il l'avait heurté avec ce qui semblait être un ampli. Karin haussa très légèrement un sourcil.

Spoiler:
 

Emettant un léger souffle par le nez, Karin s'aperçut qu'elle tenait bien son bloc note mais que son crayon lui avait échappé. Balayant le sol du regard, elle finit par repérer le fugitif, la narguant juste devant la porte. Coïncidence ou juste poisse matinale, un trio de personnes entra dans le bar en discutant fortement et surtout, sans prêter la moindre attention à ce qui se trouvait sous leurs pieds. Un léger "crac" se fit entendre et lorsque les personnes bougèrent, la jeune femme ne pu que déplorer la fin atroce de sa possession. Ramassant les débris du bout des doigts, elle leva légèrement les yeux et les plissa encore une fois lorsque le ressort se fit la malle à son tour, roulant derrière elle. Alors qu'elle faisait demi-tour pour le récupérer, cette même voix masculine se fit de nouveau entendre. Karin n'y prêta d'abord pas attention avant d'avoir attrapé le ressort et s'être redressée. Lorsqu'elle releva les yeux, ceux-ci se plantèrent dans les lunettes noires tournées dans sa direction.

Sur le coup, la batteuse se demanda vraiment si c'était à elle qu'il s'adressait mais sa posture ne laissait pas vraiment de doute. Avant même de lui répondre, elle se mit de profil, orientant son flanc heurté vers lui et souleva sa veste et sa chemise. Au point d'impact, un bleu était déjà en train de se former, exactement à la perpendiculaire de l'une de ses cicatrices. Elle rabaissa le tissu et fixa le visage de la personne.

Spoiler:
 

Je vais garder une marque et j'ai perdu mon crayon préféré...

Spoiler:
 

Tandis qu'elle s'adressait à cette grande perche, dont la taille augmentait à mesure qu'elle s'approchait, ses pas la conduisaient vers la poubelle proche où elle déversa comme à regret les débris de son crayon plastique. Elle finit par se retourner vers la personne, jeta un coup d'oeil au chocolat chaud juste servi et esquissa un fin sourire amical, presque innocent ou blagueur.

Mais je suis compréhensive. Je ne porterai pas plainte et n'éclaterai pas en sanglots en public en échange d'une compensation... Une petite tasse de thé menthe suffira.

Elle le fixa un instant puis sourit, comme par jeu. Ses yeux bleu argenté brillèrent un peu sous la lumière artificielle tandis qu'elle rajustait son béret sur la droite de son front.

Je blague.

Spoiler:
 

Frottant légèrement la zone tuméfiée du bout des doigts, elle prit place à un siège de distance de lui. Cette petite pause tombait bien puisqu'elle en avait assez de s'esquinter les yeux sur des écritures maladroites ou approximatives. D'un autre côté, sa curiosité avait été piquée par le matériel apporté et pendant un instant, elle scruta les murs. Ce qu'elle cherchait ? Une affiche, un mémo quelconque disant qu'une célébrité ou quelqu'un de connu un minimum dans le monde de la musique allait se produire ici. Elle ne vit cependant pas de nom de scène précis ou de date mise en valeur. Mais alors qui était ce type qui faisait comme chez lui ?

Elle se souvint alors de ces histoires d'aide à la promotion d'artistes amateurs en tous genres. Si cela se trouvait, ce gars au look difficile à ne pas remarquer en faisait partie. C'était une bonne idée ce genre d'endroit. Si cela se trouvait, certains des particuliers ayant rédigé une annonce attendaient des artistes "frais" dans cet endroit. Levant sa main gauche, Karin se mit à faire tourner son anneau d'acier dans son lobe. Elle réfléchissait à ce qu'elle pourrait tirer d'un endroit comme celui-ci.

Spoiler:
 

Karin émit un souffle par le nez, inclinant la tête sur le côté. Elle était tellement absorbée par sa réflexion que sa pensée fut formulée tout haut.

...que je n'ai pas encore ma propre batterie...

Retenant son béret d'une main, Karin s'étira, se demandant d'un seul coup si elle l'avait pensé ou énoncé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Dim 30 Oct - 17:14

HS / Il vaut mieux préciser que ce que vous allez lire n'est juste le produit de l'imagination de Ryutaro :

Lors du choc causé par l'amplificateur, le stylo de la demoiselle lui échappa malencontreusement des mains, il s'écrasa au sol puis roula jusqu'à l'autre bout de la salle, faisant un petit bruit des plus distinctifs, pour finir sa route juste devant la porte du café. Les yeux du Bassiste ne quittait pas ce stylo qui était intacte, il en avait de la chance. Cependant, cette chance magistrale semblait perdre ce petit bout de plastique, car à ce moment-là, le sort s'abattit sur lui comme l'épée de Damoclès. Trois personnes qui devaient être trop occupé à discuter entre eux de tout et de rien, de rire comme des fous et autre diverseries aussi inintéressante qu'inutile pénétrèrent dans le bar et, sans vraiment faire attention, piétinèrent violemment le pauvre stylo dans un "Crac" retentissant. Lentement, des bruits de violons s'élevèrent dans l'endroit, un grand projecteur se braqua sur la pauvre demoiselle qui remarqua le drame, laissant tout le reste dans une pénombre. Plus elle avançait, plus les violons pleuraient, Ryutaro pouvait même entendre des choeurs qui chantaient la tristesse de la jeune fille. Celle-ci s'aprocha fébrilement du défunt stylo, s'accroupit pour pouvoir le prendre lentement dans ses mains, et observa les dégâts fait dessus. Il était inutilisable, broyé en plusieurs morceaux. Les pleurs étaient à leur paroxisme, ainsi que les choeurs, tout le monde regrettait le décès de cette pauvre chose qui avait pourtant un grand avenir devant lui. Il était encore neuf. Mais le destin en avait décidé autrement, il devait mourir là, de manière complètement stupide, et tout ça à cause d'un mec qui n'avait pas fait attention. La fille tourna alors la tête en direction du criminel, et un "Snif" retentissant se fit entendre. Pour finir, lors de l'aller vers la poubelle, il entendait la marche funèbre, imaginant la sans doute batteuse tout en noir, avec un voile devant le visage.

Le bleu finit par secouer la tête brièvement afin d'enlever ses images de sa tête, se disant que la veille était plus forte qu'il ne pensait. Il remarqua alors les gestes de la fille qui lui montrait le petite ématome qui se formait, ce qui le fit assez grimacer. Tout de même, soit elle marquait assez rapidement, soit il n'avait pas été de main morte. Il s'inclina encore un peu pour s'excuser du désagrément, même si cela n'était pas suffisant, enfin c'était ce qu'il pensait. Il l'observa longuement, remarquant ce sourire amical, blageur, a ce qu'il soupira un peu. Il se doutait que cela n'allait pas être sans conséquence, et il écouta les dires de la demoiselle. Sans vraiment le vouloir, y étant tout de même assez obligé, il leva la main droite tout en relevant ses lunettes, adressant un petit regard à la Barmaid qui comprit directement et s'exécuta, préparant un petit thé à la menthe à la demande de la demoiselle.


"Les bons comptes font les bons amis .. Un thé pour un stylo, je pense que c'est rentable .."

Il souffla un peu, puis ajouta avec une pointe de sympathie :

"Je pense même que tu y gagnes plus au change."

Il adressa un léger sourire puis finit par s'excuser encore du coup avant de se reconcentrer sur son chocolat chaud tout en se tenant la tête. Il se frotta même la tempe, ayant un peu mal au crâne.

*Vive la gueule de bois ..*

Il soupira un peu et but quelques gorgées, affichant un petit sourire en sentant le liquide descendre. C'était chaud, c'était bon. Il posa doucement le bol puis posa les coudes au dessus de celui-ci, joignant ses doigts afin de fabriquer un petit support pour son menton qu'il posa dessus. Ryutaro observa l'heure et soupira, il devrait peut-être arranger son instrument mais il n'en avait pas envie pour le moment, accorder et arranger le son d'une basse ne prennait pas deux heures non plus. Surtout qu'il devait aller chercher les rallonges et autres diverseries dans l'arrière-salle de ce café. N'empêche, cette salle était la caverne d'Alibaba, il y avait de tout. Piano droit, guitare, basse, batterie en tout genre. C'était au cas où les artistes avaient des problèmes avec leurs matériels.
Ce fut à ce moment précis, les oreilles du Bassiste repérèrent les paroles de la demoiselle assise au bar, qui se plaignait de ne pas avoir de batterie. Celui-ci haussa un sourcil, puis la regarda au travers de ses lunettes qu'il leva pour mieux l'observer. Une fille batteur, c'était rare, mais ça se trouvait. Il laissa finalement retomber ses lunettes sur son nez puis, prenant son bol de chocolat à moitié fini, il se déplaça de plusieurs sièges pour se mettre au côté de la demoiselle.


"Un musicien sans instrument, c'est un peu comme un cuisinier sans ses couteaux : pas moyen de prendre ses marques."

Il tourna un peu la tête tout en relevant ses lunettes pour regarder la fille.

"Même si une batterie, comme investissement, c'est assez cher."

Il garda les lunettes levées, l'observant de ses yeux bleus -Du plus clair au plus foncé, en partant des extrémités-.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Dim 30 Oct - 18:20

Karin s'était stoppée dans son étirement, tiraillée par cette sensation d'avoir laissé filer quelque chose. Penser à voix haute était rare pour elle mais cela lui était déjà arrivé par le passé. Alors qu'elle se persuadait petit à petit ne rien avoir dit, la barmaid lui apporta une tasse d'un thé brûlant dont le parfum de menthe lui parvint. Elle eut un bref blanc avant de se rappeler que le jeune homme à côté d'elle semblait effectivement avoir voulu accéder à sa requête. Alors qu'elle apposait sa main droite sur l'anse de la tasse, un mouvement accompagné d'un bruit lui fit porter son attention sur son voisin. Sans aucune raison apparente, il venait de franchir la distance qui les séparait, tenant son bol à la main. Karin plissa les yeux, cette fois persuadée qu'il avait une idée derrière la tête. D'abord il acceptait bien vite de lui payer à boire et maintenant il tentait une approche. La batteuse attendit qu'il s'installe, faisant néanmoins attention à ce que les mains de cette asperge bleutée faisaient. Il finit par prendre la parole, faisant une comparaison entre musicien et cuisinier puis parlant presque nonchalamment du prix d'une batterie.

La batteuse demeura une fraction de seconde perplexe. S'il évoquait la batterie aussi ouvertement c'était donc qu'elle avait bien pensé à voix haute. Au moins, ce type avait le tact d'aborder un sujet qui l'intéressait. Lorsqu'il leva ses lunettes pour la fixer, Karin perçut tout d'abord le bleuté de ses yeux puis une fraction de seconde plus tard l'air fatigué que les cernes encore visibles lui donnaient. Levant sa tasse, la jeune femme apposa sa deuxième main dessus, souffla doucement puis avala une gorgée du breuvage. Est-ce que ce gus était un musicien concerné par les soucis des amateurs ou juste un habitué de bar dont c'était la technique pour approcher les filles ? Reposant sa tasse, Karin décida d'emprunter la voie ouverte par cet énergumène.

Se tournant un peu vers lui, elle fit un léger signe de tête approbateur.

Spoiler:
 

Tout à fait. Faut dire que jusqu'à présent, on me fournissait une batterie sur place.

Spoiler:
 

Elle cligna des yeux, reprit une gorgée de son breuvage brûlant puis replanta son regard bleu argenté dans les yeux un peu fatigués de son interlocuteur. Si elle laissait échapper quelques informations à son sujet, peut-être serait-il en mesure de lui servir à quelque chose. Rajustant son béret, elle se décida à évoquer de façon un peu partielle sa situation. C'était le meilleur moyen de confirmer s'il s'intéressait à elle en tant que musicienne ou que fille. Dans le premier cas, elle saurait tolérer avoir une conversation avec lui. Dans le second... Eh bien elle avait toujours son thé brûlant entre les mains et un accident de tasse sur une tronche était si vite arrivé quand on était "étourdie".

Actuellement, je sers de batteuse de session pour un groupe qui va signer dans une maison de disque d'ici un mois. Et bien sûr, sans moi.

Karin souffla légèrement sur une mèche, comme si ce à quoi elle venait de penser la contrariait et qu'elle cherchait malgré tout à faire bonne figure. Ses yeux bleus restaient rivés à ceux du jeune homme à qui elle parlait.

Leur manager, non officiel, hein ? C'est juste lui qui se charge des dépenses du groupe. Il leur a trouvé UN batteur "pro" pour compléter leur formation masculine. En gros, encore trois concerts avec eux et je suis au chômage technique.

Karin apposa ses mains de part et d'autre du récipient et le porta à ses lèvres, avalant quelques gorgées du breuvage fort. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas goûté à ce genre de thé mais les prix de la supérette du coin était tellement exorbitants sur ces denrées-ci qu'elle avait décidé de faire l'impasse. Ce bleu avait finalement un peu de bon dans cette affaire. Bien qu'elle soit encore en partie tournée vers le jeune homme, elle ne lui jetait pas un regard pendant qu'elle buvait. A quoi bon le fixer en permanence ? Cela aurait pu lui faire croire qu'elle avait des arrières-pensées le concernant ou qu'elle avait des problèmes de vue qui l'obligeaient à fixer les gens, voire qu'elle soit juste arrogante et malpolie.

Reposant sa tasse, elle se décida à laisser un indice à cet inconnu sur son nom de scène. Tendant la main vers sa longue sacoche, elle extirpa une paire de baguettes de bois, spécialement fabriquées pour la batterie, avec une forme d'olive au bout de la partie fine. Sur le manche de chacune d'elle, le nom de "Nayû" était gravé dans le bois et peint d'un vernis noir dont certains reflets paraissaient rouges selon l'angle de vue. Lissant l'une des gravures de l'index, Karin esquissa un sourire.

Je donnerai tout pour posséder ma propre batterie.

Elle releva les yeux vers son interlocuteur.

Mais entre le loyer et les frais du quotidien, "tout" c'est loin d'être assez.

Spoiler:
 

Elle marqua une courte pause puis enchaîna avec un demi sourire.

Mais je ne suis sans doute pas la seule dans ce genre de cas, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Mar 1 Nov - 2:56

Le coude posé sur la table, la tête proche de sa main, main tenant ses lunettes levées pour observer la demoiselle avec qui il avait une conversation, Ryutaro restait immobile, attendant une réponse de son interlocutrice qui préféra d'abord boire une petite gorgée de son brevage gratuit. Il finit par repenser aux cernes qu'il avait sous les yeux et préféra remettre les lunettes sur son nez, malgré le possible fait qu'elle les avait déjà remarqué et qu'elle le prenait pour un de ces écumeurs de bar qui tentait une nouvelle approche de drague afin d'approcher la gente féminine. Sauf que le bassiste avait de toutes autres raisons d'engager cette conversation. La première était d'essayer de se faire excuser pour le pauvre stylo à cause de la bousculade et la seconde demeurait d'un ordre musical. Pouvoir parler musique avec quelqu'un d'inconnu, c'était intéressant, surtout quand cette personne jouait d'un instrument différent, le jeune homme avait la possibilité d'avoir des visions différentes. Il avait une dernière raison derrière cette approche, mais celle-ci restera bien dans sa tête.

Plongeant son attention dans son bol de chocolat, il le reprit à deux mains pour boire une bonne gorgée de ce liquide chocolaté qui perdait au fur et à mesure de sa châleur, signe qu'il devait le finir assez vite. Cependant, il gardait toujours un petit regard sur sa voisine de comptoir qui, à ce moment-là, prit la parole en acquiesçant du fait qu'une batterie était un investissement assez onéreux. Au même instant, une information importante fut transmise par cette demoiselle : elle praquitait son instrument à des endroits, cela voulait certainement dire qu'elle ne faisait pas de batterie que pour s'amuser. Cela comportait un grand risque : il se pouvait que la qualité du set n'était pas au rendez vous, et même s'il y avait le meilleur ingénieur son sur place, le son risquerait d'être de très mauvaise qualité.
Peu après cette réplique, la fille se décida d'éclaircir un peu plus sa situation actuelle, ce qui ravit le Bleu qui n'était pas aussi téméraire pour demander ce genre de chose lui-même. Hochant la tête à chaque fin de phrase, reprenant une grosse gorgée de son brevage tout en la fixant derrière ses lunettes, il comprit dans quelle situation elle était. Etre membre de session n'était pas vraiment la joie, ce n'était pas un poste définitif, et il avait toujours ce risque-là, qu'un futur membre "pro" arrive et vous raffle la place devant votre nez. Cependant, certains groupes se contentaient de membre de session, n'ayant pas vraiment d'affinité ou n'ayant pas la volonté de recruter un membre à part entière. Il fit même une petite grimace lors qu'elle ennonça le chômage technique.


"3 concerts puis chômage technique. Qui dit chômage technique dit pu de possibilité de toucher une batterie. Et pu de possibilité de toucher une batterie, possible perte de son talent"

Il ne put s'empêcher de dire ce raisonnement à voix haute, étant presque désolé de la situation de son interlocutrice.
Finalement, il finit son bol de chocolat et le poussa légèrement pour que la barmaid le prenne et le mette dans lévier, ainsi Ryutaro se tourna légèrement et déposa son coude sur le bar, perpendiculaire à celui-ci, le menton sur le poing, les jambes croisées. Il plissa légèrement les yeux lorsque la fille au béret sortir une nouvelle fois ses baguettes de sa poche, c'était le moment de bien pouvoir les observer. Elles étaient recouvertes d'un vernis noir aux reflets rouges avec inscrits dessus, sur chaque manche, quelque chose qu'il ne put lire sans pencher légèrement la tête sur le côté tout en plissant un peu plus les yeux, tout ça à cause de ses lunettes qu'il fallut enlever. "Nayû", peut-être le pseudonyme de cette fille, le nom de scène. Il ne demanda rien, peur de se rendre ridicule.
Nayû, supposé soit-elle, reprit une nouvelle fois la parole, en disant tout ce que bon musicien qui se respecte sans instrument personnel disait. Tout le monde aimerait avoir son propre instrument, et le Bassiste était heureux d'en avoir un, même s'il fallut que le tiers de ses économies passent dedans, ce qui rendait le quotidien assez difficile. Heureusement qu'il fait ses petits concerts toutes les semaines pour arrondir les fins de mois. Mais, il se souvint d'un moyen peu légal mais réel de pouvoir gagner de l'argent, et il répondit du tac-au-tac :

"Tout ? Même un Rein ? J'ai lu que ça se vendait cher .."

Un peu trop du tac-au-tac. Il resta bloquer pendant quelques instants, clignant plusieurs fois des yeux, puis lâcha un petit soupire accompagné d'un :

"Euh ... Oublie ça."

Parfois, il se faisait même peur à cause de sa spontanéité. Il secoua un peu la tête puis souffla une nouvelle fois.

"Le quotidien est assez difficile .. Finit-il par répondre sérieusement, se serrer un peu la ceinture à chaque mois. M'enfin ! Heureusement que ce café-concert paye un minimum les artistes amateurs qui se produisent avec le profit des consommations des spectateurs qui viennent."

Il afficha tout de même un petit sourire en sautant de son tabouret. Il s'étira légèrement puis passa derrière le bar pour prendre son étui, et alla s'asseoir à nouveau. Il ouvrit l'étui, et en sortit sa basse blanche à cinq cordes.

"Economiser fait parfois bien les choses ..."

Ajouta t-il d'une petite voix. Il la rangea juste après ça, laissant l'étui sous le tabouret. Et, au moment de le poser, ses yeux s'écarquillèrent d'un coup, il venait d'avoir une idée. Il leva rapidement la tête, regarda la fille, puis la barmaid, et finit l'aller retour plusieurs fois.

"Hey M'dame ! Interpela la femme derrière le bar, Est-ce que la batterie de l'arrière salle est utilisable ?"

Cette femme écarquilla aussi les yeux, puis souffla un peu. Elle expliqua qu'elle était là depuis un mois ou deux, et que personne ne jouait dessus. Mais elle alla voir tout de même la qualité, pendant que Ryutaro regarda son interlocutrice avec entrain.

"Y'a une arrière-salle, et dans celle-ci se trouve plein d'instrument, dont une batterie. Si tu veux, ça sera l'occasion d'arrondir tes fins de mois, comme je fais."

Il enleva les lunettes de sa tête, puis reprit.

"C'est ce que je fais depuis 2 semaines, et je dois dire que ça fait du bien. J'en avais marre de bouffer que des trucs pré-cuisinés, et le loyer commençait à être assez difficile à payer."

Il pencha la tête sur le côté, puis se redressa soudainement, tout en se tapant le front avec le plat de la main. Quel idiot ! Il avait oublié la chose la plus importante ! Tout en tendant la main vers la demoiselle, il se présenta :

"J'en oublie les usages ! Je m'appelle Ryutaro, tu peux m'appeler Ryu. Et toi ? Ou tu préfères qu'on t'appelle Nayû ?"

Il était vraiment imbecille quand il le voulait ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Mar 1 Nov - 13:12

Karin voulait le tester. A travers sa dernière question, elle comptait faire tomber le masque de ce jeune homme qui se prétendait musicien. S'il prenait un air type "moi ça va", il n'était pas difficile d'en déduire qu'il ne vivait pas de sa musique. Dans l'autre cas, sa réponse la pousserait à le tolérer un léger pourcentage en plus. Elle ne releva pas sa remarque sur la vente d'un rein, se contentant de hausser légèrement un sourcil. Bien lui en prit quand il retira son commentaire. La jeune femme prit en considération le fait qu'il s'agissait peut-être de quelqu'un de spontané. En gros, un crétin irréfléchi qui balance ce qu'il a en tête ou sur le coeur en premier, sans forcément en mesurer les conséquences. Traduction, c'était un avantage pour elle qui arrivait à relativiser. S'il lui sortait quelque chose de blessant, elle saurait l'en faire culpabiliser et tirer parti de la situation. Lorsqu'elle vit l'expression de son interlocuteur se fermer un peu, Karin porta sa tasse à ses lèvres, masquant par là un petit sourire en coin.

Elle le laissa lui parler de sa propre situation, se contentant d'opiner légèrement, de façon compréhensive. Attentive, elle ne manquait rien des détails de son activité ici. Alors non seulement on pouvait jouer mais en prime se faire payer un petit quelque chose ? Qu'est-ce qu'il pouvait bien entendre par "minimum" ? Des tickets repas ? Des espèces sonnantes et trébuchantes ? Karin avala une autre gorgée de son breuvage. Elle apprenait un tas de détails utiles non seulement sur ce bar mais aussi sur son interlocuteur. Elle écarquilla les yeux quand il sauta de son tabouret, faisant légèrement râcler celui-ci sur le sol.

Spoiler:
 

Il fit un rapide aller-retour, montrant son instrument d'un bel éclat blanc à la jeune fille. Une basse. Donc ce type était bassiste ? D'habitude les gamins qui frimaient préféraient une bonne guitare électrique pour se placer sur le devant de la scène. Karin avala une autre gorgée qu'elle fit un instant tournoyer sur sa langue, savourant le parfum et le goût du liquide. Est-ce que cela voudrait dire qu'il était au fond du genre passif ? Timide ? Lorsqu'il releva brusquement la tête, Karin sursauta pour la deuxième fois.

Spoiler:
 

Au moment où les mots "arrondir les fins de mois" furent prononcés, Karin se figea. Elle ne devait pas laisser voir à quel point cette perspective lui semblait intéressante ni trop jouer l'indifférente sans quoi cette occasion lui passerait sous le nez. Elle l'observa alors qu'il enlevait ses lunettes. Son visage semblait d'un seul coup plus radieux et même ses cernes avaient l'air de vouloir fuir sa peau. Et pour la troisième fois, il lui fit peur en se frappant du plat de la main. Décidément, la spontanéité de ce type devait être prise en compte rapidement avant qu'elle ne se fasse des cheveux blancs à force de trouille.

D'un coup, il lui tendit la main. Karin regarda cette dernière puis remonta son regard bleuté sur le visage de Ryutaro.

Spoiler:
 

La batteuse sourit puis avant de prendre la main tendue, elle sortit un coffret de son sac et l'ouvrit. A l'intérieur, elle prit son masque de renard qu'elle tint à moitié devant la partie droite de son visage. Utilisant sa main libre, elle attrapa les phalanges du jeune homme puis remonta jusqu'à apposer sa paume sur celle du bassiste, resserrant ensuite les doigts. Elle tenta d'oublier la différence entre la taille de leurs mains en lâchant une paire de phrase sur un ton enjoué.

Nayû desu ! Yorosh'ku Ryu-kun !

Gardant un sourire affiché, elle leva l'index après lui avoir lâché la main.

Va falloir me donner un peu plus de détails sur ce "travail", si tu le permets.

A chaque point qu'elle énonçait, elle levait un doigt supplémentaire de la main libre, observant avec attention les réactions de son interlocuteur. Karin préférait avoir le maximum d'informations sur une situation avant de s'embarquer dans de possibles soucis.

Primo, je commence quand ? Deuzio, performance solo ou de groupe ? Tertio, en tant que Nayû, j'ai mon propre costume, y'a des réclamations quelconques ? Ensuite, je peux espérer combien au minimum ? Et enfin... Le plus important... Je peux aller voir la batterie ?

Spoiler:
 

Elle respira profondément après ses tirades, ne s'étant pas aperçue qu'elle les avait enchaînées quasiment sans reprendre son souffle. Elle écarta le masque blanc aux lignes rouges de son visage et avala la dernière gorgée de son thé avant de repousser la tasse. Ses doigts se refermèrent sur ses baguettes de bois qu'elle plaqua contre sa poitrine avant de descendre enfin de son perchoir. Elle plissa les yeux en levant le regard vers le visage de son asperge bleue d'interlocuteur. Karin, ou plutôt Nayû, avait hâte que Ryutaro mette les choses au clair mais surtout, elle souhaitait rapidement voir cet instrument, en espérant qu'il ne soit pas trop poussiéreux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Mar 1 Nov - 23:28

La main tendue vers son interlocutrice, un petit sourire aux lèvres, les yeux plissés en arc-de-cercle, le Bassiste semblait, et l'était, très heureux de sa nouvelle rencontre, une autre collègue qui partageait les joies et les désagréments du statut d'amateur dans le domaine musical. Il se doutait de l'embêtement dont cette fille devait faire face, et c'était en pur musicien qu'il lui proposait de jouer au même endroit que lui afin de l'aider dans sa vie de tous les jours qui n'était sans doute pas toujours très facile. Avec le loyer de l'appartement et les achats vitaux ainsi que les achats importants, les fins de mois se faisaient la plupart du temps la ceinture serrée jusqu'au dernier trou avec juste un seul repas dans la journée. Cela ne tôlérait aucun excès, tous les achats devaient être mûrement réfléchis.

Il resta tout de même un petit moment la main tendue, son sourire ne dépérissant pas, prête à recevoir l'étreinte de celle de Nayû. Simplement, cette fille ne l'entendait pas vraiment de cette manière. Elle fouilla dans son sac, ce qui fit pencher légèrement la tête de Ryu sur le côté avec un petit air d'incompréhension et de curiosité, et en sortit un petit coffret qu'elle ouvrit pour en extraire un masque de renard avec lequel elle cacha la moitié de son visage. Le Bleu fronça légèrement les sourcils, ne comprenant pas trop ce qu'elle faisait, et se disait qu'il n'était pas le seul "électron libre" de cette fille si conformiste. Ce qu'éfectua son interlocutrice fit encore plus froncer les sourcils du jeune homme qui l'observait faire avec appréhension. Il finit par se détendre rapidement, comprenant que c'était la façon pour elle de saluer, et que ce masque devait faire sans doute partit de son personnage de scène, c'est-à-dire Nayû. Il répondit en serrant légèrement et brièvement l'étreinte de ses doigts sur sa main, tout en hochant rapidement la tête.


"Yorosh'ku !"

Il défit presque immédiatement son étreinte, remarquant qu'elle avait levé un doigt. Ecoutant ce qu'elle avait à dire tout en hochant la tête à chaque question posée, Ryutaro prit ensuite quelques instants pour réfléchir aux réponses. Il leva légèrement la tête et se gratta le menton. Il avait presque toutes les réponses, mais il avait une question qui le chiffonnait assez. Combien au minimum pouvait-elle tirer de ce petit boulot ? Hmm ..

*Que je réfléchisse .. Mais elle veut dire quoi par rapport au minimum ? Si y'a pas assez de monde peut-être ? .. D'accord d'accord !*

Bougeant légèrement sa tête de haut en bas, signe qu'il avait trouvé toutes les réponses aux questions, il plongea son regard dans celui de Nayû et, au fur et à mesure qu'il répondait à une questions, il baissa respectivement un à un les doigts de celle-ci.

"Primo : quand tu veux, même après moi. Deuzio : Ca dépend tes envies. Moi je joue en solo car j'ai personne. Tertio : De quoi couvrir les dépenses de la semaine, au cas où il n'y avait pas assez de monde. Et le quatrième point ..."

D'un geste vif avec sa main, Ryutaro attrapa le masque des mains de la fille et le posa dans le coffret, puis, attrapant son poignet, il lui fit un petit sourire.

"T'as qu'à me suivre !"

Ni une ni deux, il traîna son interlocutrice derrière elle, faisant tout de même attention à ne pas le cogner partout dans le petit couloir assez étriqué. Il donna un petit coup de pied dans la porte déjà entrouverte de l'arrière-salle où se trouvait encore la barmaid, qui inspectait le set de batterie sans vraiment savoir ce qu'elle faisait. Cette arrière-salle était assez petite en somme, à cause de tous les instruments qui étaient entreposé, mais on pouvait remarqué une petite cloison qui donnait dans le café, pouvant se rétracter et ainsi dévoiler la batterie ou le piano. Remarquant l'arrivée tonitruante des deux zicos, la gérente du café se redressa, regardant Nayû d'un air un peu perdue, haussant les épaules. Ryu se tourna alors vers elle tout en se posant contre le mur.

"Fais toi plaisir .."

Ajouta t-il tout en montrant la batterie.

(Je te laisse le soin de décrire la batterie, en sachant que c'est quand même que ce n'est pas un set qui déchire.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Mer 2 Nov - 19:06

Si on le lui avait demandé, Nayû aurait bien été incapable d'expliquer avec exactitude ce qu'il s'était passé. D'abord, cette asperge bleutée avait répondu à ses questions comme il l'avait pu, ce qui signifiait en prenant un temps qui avait paru interminable à la demoiselle. Ensuite de quoi, non content de poser ses pattes sur sa propriété, il l'avait saisie par le poignet et entraîné à sa suite. La batteuse lui en voulait. Il aurait pu lui montrer le chemin sans pour autant se montrer encore plus familier qu'au cours de leur échange. La jeune femme eut juste le temps d'apercevoir, et surtout d'entendre, la demi-heure sonner, avant que cette brute masculine ne s'adonne à de la violence gratuite contre une porte innocente. Lorsque la batteuse aperçut la silhouette de la barmaid, elle fronça les sourcils, se demandant comment Ryutaro aurait pu s'en tirer s'il lui avait envoyé la porte en pleine poire. Son poignet enfin lâché, Nayû put scruter son interlocuteur avec un regard plissé. Elle porta exactement le même sur la barmaid qui n'avait vraiment pas l'air de faire partie du décor. Cette dernière se tenait devant l'un des nombreux instruments de la pièce, en l'occurrence le set de batterie. Tenant toujours contre sa poitrine sa paire de baguettes, Nayû s'avança à pas réduits, inspectant d'abord au juger le set en question.
Il s'agissait d'un set classique, de couleur rouge même si le vernis luisant était déjà bien écaillé par endroits. Nayû en identifia les éléments un à un, alors qu'elle apposait avec douceur, presque tendresse d'ailleurs, ses premières phalanges sur ces derniers. Elle mit d'abord un genou à terre et effleura le nom de la marque, apposé sur la grosse caisse.

Spoiler:
 

Elle se redressa, heurtant au passage la cymbale sur sa gauche. Avec vivacité, ses doigts se saisirent de la plaque de métal, stoppant son oscillation et du coup le son qui l'accompagnait. Elle la fixa un instant, passant les doigts dessus avec circonspection.

Spoiler:
 

Joignant le geste à la pensée, après avoir inspecté l'autre cymbale haute, elle fit le tour de l'instrument et se plaça au niveau du siège. Ecartant ce dernier sans ménagement, elle posa le pied sur la pédale, le recula d'un quart et après avoir relevé le talon, elle y mit un peu de poids. Le mécanisme répondit au quart de tour, émettant un son métallique mais relativement doux. Nayû ferma les yeux, laissant la note se dissiper dans l'air. La charleston fonctionnait très bien, ce qui ne dissipa pas pour autant l'expression sérieuse de la batteuse. Il lui restait le plus important à examiner, les autres fûts ou "toms". Tout d'abord, elle s'occupa de celui qui se trouvait le plus à sa droite, et le plus gros après la grosse caisse. Se saisissant de l'une de ses baguettes, elle serra cette dernière entre pouce et phalange de base de l'index, sa paume tournée vers le sol. D'un geste ferme mais non violent, elle fit sonner ce tom basse en fermant de nouveau les yeux. Elle recommença, se fiant à ses oreilles pour estimer la note. Faisant un petit signe de tête positif, elle se tourna vers le fût un peu plus à gauche, plus petit.
Elle fit de même, plissant les yeux dès le premier coup. La peau était loin d'être assez tendue. Non seulement la note était comme étouffée mais en prime sa baguette restait presque collée à la peau, au lieu de remonter après l'impact. Ni une ni deux, elle décrocha le fût de son support et le posa par terre, derrière elle.

Spoiler:
 

Alors qu'elle venait de passer les doigts sur le plus petit des fûts, elle sentit nettement une entaille dans la peau qu'elle n'avait d'abord pas vu, la faute à la lumière de la pièce. Sans la moindre hésitation, elle retira le tom de son emplacement et ouvrit d'un revers de main son grand sac. Déposant sa baguette, elle récupéra sa propre clé de serrage et s'acharna à défaire les six tirants qui maintenaient la peau tendue. Détachant cette dernière comme s'il s'était agit d'un objet contaminé, elle força un peu la peau qui, au bout de quelques secondes, se craqua comme le ferait une faille géologique à la surface de la planète, les coulées de lave en moins. L'expression de Nayû était particulièrement sombre. Elle avait envie de râler, de comprendre et, étant déjà "Nayû", c'est ce qu'elle fit. Son visage assombri par le béret violin, elle scruta de ses yeux à lentille la barmaid qui se trouvait là.

Ses lèvres s'entrouvrirent et une voix comme emplie d'un courroux contenu s'échappa.

Je ne sais pas qui a osé faire ça et je m'en fiche. Mais vous avez intérêt à faire attention aux "artistes" qui se baladent avec des canifs. Les peaux de batterie, ça ne sert pas à aiguiser des lames...

Nayû marqua une courte pause, inspectant la caisse claire qui se trouverait entre ses jambes pendant son jeu. De ce côté là, rien à signaler. Au final, il allait falloir remplacer la peau attaquée et accorder le tom médium. Fixant son regard de nouveau sur la barmaid, Nayû lui demanda un renseignement sur un ton égal.

J'imagine que vous avez pensé à prendre des peaux de rechange ?

La barmaid sembla hésiter un court instant puis elle porta l'index à son front dans une posture qui se voulait, sans doute inconsciemment, mignonne. Elle finit par aplatir son poing dans sa main ouverte et se dirigea vers un angle de la pièce. Ecartant deux ou trois instruments qui traînaient, elle ouvrit un petit meuble coulissant et en extirpa quelques peaux neuves. Nayû opina et se saisit de celle destinée au tom aigu qu'elle commença à changer sans attendre. Alors qu'elle resserrait les tirants en prenant garde à l'ordre, elle s'adressa au bassiste.

Gômen, Ryu-kun. J'ai juste en horreur ceux qui maltraitent sciemment les instruments.

Elle lui jeta un coup d'oeil avant de se mettre à accorder le fût. Posant son index au centre de la peau, elle donnait des coups de baguette léger au niveau de chaque tirant, resserrant ce dernier si la note différait de la précédente. Elle reprit la parole avec une voix assez curieuse, comme si elle considérait déjà Ryutaro comme un collègue.

Tu es censé jouer aujourd'hui, je présume. Ca va aller côté forme ?

Elle lui jeta un regard malicieux, presque amical.

Il me semble que tu as de petits yeux.

Sur ces paroles, elle accrocha le tom aigu à sa place légitime et s'attela à faire de même pour le tom médium.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Jeu 3 Nov - 0:06

Un musicien devait avoir une parfaite connaissance des instruments qu'il utilisait, c'était le premier pas vers le côté "pro". Savoir comment celui-ci était composé, les mots spécifiques appartement aux chaques parties de l'instrument, et surtout savoir s'il était en bon état ou non, pour pouvoir ainsi le réparer ou, le cas échéant, dire à un réparateur ce qu'était exactement le problème. Et parfois, il pouvait être interrogé sur le fonctionnement des autres instruments, juste comme ça. C'était le cas de Ryurato qui observait les faits et gestes de Nayû avec un intérêt palpable, bien adossé au mur les bras croisés devant lui. Les yeux plissés, il la suivait du regard, ne perdant pas une miette de ce qu'il voyait. A ce qu'il pouvait voir, cette fille avait cette connaissance de son instrument, malgré le fait qu'elle n'en ait pas une à elle. A chaque expression faciale que la Batteuse faisait, il savait si une partie de la batterie était bonne ou non. Il grimaça légèrement lorsqu'elle heurta la cymbale. Oui, il connaissait quelques noms de cet instrument, pas tout, mais des choses que des batteurs ont bien voulu lui dire sans vraiment qu'il demande.
S'en suivit d'un check des différentes parties de la bête. La pédale semblait ok, vu que la demoiselle laissait la note s'évaporer dans les airs. Elle chopa ensuite une de ses baguettes et donna un coup sur la partie droite de l'instrument, afin d'estimer sans doute la hauteur de la note et de la rigidité de la peau. Le son la satisfaisait, donc elle passa à l'autre, mais quelque chose clochait. Elle dégagea ce gros "tonneau" de son socle, et se rendit compte d'une chose grave, au vu du craquement sonore que Ryu entendit. Celui-ci haussa même les sourcils et s'approcha un peu, la lumière n'étant pas assez forte afin de voir ce que c'était. Et là, le drame : c'était la peau du petit "tonneau" qui était complètement fendu en deux, ce qui déplut fortement Nayû qui pesta contre la barmaid, celle-ci n'y pouvant pas vraiment faire grand chose, à part donner un nouveau revêtement neuf, sans doute. Le Bleu eut un petit moment de doute en voyant l'air de la vieille femme, mais lorsqu'elle dégagea quelques bricoles sans intérêt avant de sortir d'un meuble en coin le saint-graal, il soupira de soulagement.
Après, il se mit à observer la batteuse qui réparait son instrument et se rendit compte d'une chose. Il leva le doigt, s'excusa deux secondes et partit comme une flèche dans la première salle, où il chopa le coffret de son interlocutrice, et son sac, avant de revenir en courrant, juste au moment où elle finissait de serrer quelque chose, il ne savait pas quoi.


"On est jamais trop prudent ici !"

S'exclama t-il tout en reprenant sa respiration, le départ de course étant un peu violent. Il écouta ensuite sa nouvelle connaissance tout en se recollant au mur, le sac et le coffret posés devant ses pieds. A cela, il répondit d'un petit signe de main style "pas de problème".

"C'est normal ! Moi aussi j'aurais pesté si la basse avec laquelle je devais jouer était en mauvais état."

Les gérants n'avaient qu'à faire mieux attention aux personnes qui utilisaient leurs instruments. Ryu s'étira légèrement, attendant que la demoiselle termine son check, et fit un petit sourire en coin au léger pic envoyé par celle-ci. Certes il avait passé une nuit assez agité, mais même creuvé il assurerait son show. Posant les mains sur ses flancs, il se pencha légèrement en avant et lui rétorqua :

"C'est gentil de t'inquiéter pour moi, mais ça va aller. Au pire, t'as qu'à m'accompagner pendant la moitié de mon show .."

Il se redressa ensuite, s'étirant encore un peu, puis observa la barmaid et lui fit signe d'approcher.

"On discutera plus tard pour régler l'addition, je pense que vous allez devoir nous laisser. Prévenez nous lorsqu'il sera 10h50, qu'on se place et qu'on ouvre la cloison."

La vieille femme aquiesca, et s'en alla reprendre sa place de Barmaid. Pendant ce temps, Le bassiste observa Nayû un peu plus insistement, puis prit la parole :

"Allez, on se prépare ! Ton sac est là, moi j'vais faire mes soundchecks. Pour ton costume, y'a pas vraiment d'endroit où se changer. J'te conseille pas les toilettes, on peut même pas se retourner."

Il souffla un petit peu puis s'attela à sa préparation, déballant tout ce qu'il y avait dans l'étui de sa basse. Les cables pour l'ampli, l'accordeur aux vibrations, et surtout, deux grands rajouts bleus, cheveux synthétique, qu'il posa rapidement et facilement de manière à ce qu'elles tombent devant ses clavicules. Il se tourna alors vers Nayû :

"C'est minime, mais c'est juste ce que je peux m'acheter en ce moment .."

Puis il eut une petite idée, il retourna dans son étui, fouillant un peu partout, puis sortit un calepin. Il se retourna, le déposa sur la batterie de la demoiselle tout en la regardant.

"J'ai composé une chanson, avec l'aide d'un ami. La partie batterie est à la fin, ça te dirait de m'accompagner ?"

Il pencha légèrement la tête, attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   Jeu 3 Nov - 18:12

Nayû s'attaquait aux tirants du tom médium, grommelant intérieurement contre l'idiot qui en avait serré un à ce point. Une vraie brute. Elle se demandait bien comment il avait réussi à ne pas abîmer le fût en le maltraitant à ce point. Sans perdre de vue ce qu'elle faisait, elle tendait l'oreille sur ce qu'il se passait dans la pièce. C'était donc dans un peu plus d'une heure qu'ils devraient se mettre en scène ? Car oui, Nayû avait décidé de seconder le bassiste pendant sa représentation. S'il ratait un accord, elle pouvait toujours faire porter l'attention sur sa batterie et éviter la gêne. Par moment, la batteuse jetait un coup d'oeil à son futur compagnon de scène, croisant son regard quand il prit d'un coup de l'assurance. Nayû en haussa légèrement le sourcil droit alors que Ryutaro lui donnait des directives. Etait-il possible qu'il ait été un leader de groupe ou était-ce son autorité naturelle qui prenait le pas sur sa spontanéité ? Quoiqu'il en fut, la jeune femme en esquissa un sourire en coin, d'autant plus lorsqu'il mentionna son costume de scène. Ajustant le dernier tirant et après avoir accordé le tom, elle allait le caler à sa place lorsque Ryutaro éleva de nouveau la voix. Deux rajouts concordant avec la crinière bleuté du bassiste furent sortis et placé de sorte à paraître relativement naturel, juste devant ses clavicules. Nayû inclina très légèrement la tête sur le côté aux dires sur les moyens du bassiste.

Silencieusement, elle émit tout de même un petit souffle amusé par les narines, sans prononcer un mot.

Spoiler:
 

Elle allait se saisir de son large coffret à costume quand son camarade se mit à farfouiller dans son étui comme s'il y avait échappé un animal agile. Nayû fit un léger pas de côté, cherchant à comprendre ce que signifiait ce remue-ménage. Lorsque l'asperge se redressa, la batteuse eut la sensation de voir apparaître un paquet de petites fleurs ou étoiles dans son dos puis elle secoua la tête. Ca devait juste être parce que l'expression du bassiste s'était illuminée d'un coup qu'elle avait eu cette sensation "manga". Il déposa alors un calepin sur le tom aigu, provoquant un léger son étouffé de ce dernier. Une chanson ? Et il voulait qu'elle l'accompagne ? Abaissant les yeux sur le calepin, Nayû l'effleura puis utilisa son index pour tourner quelques pages. Le bloc était un peu gondolé par endroit. La batteuse n'eut pas longtemps à attendre avant de s'imaginer ce grand dadet de bassiste assis, serrant le calepin en notant des idées dès qu'elles arrivaient. Elle leva le nez vers lui.

Tout d'abord, elle ne dit rien pendant un court instant.

Spoiler:
 

Elle finit par esquisser un sourire en enserrant entre son pouce et des deux premiers doigts le calepin.

J'aurais honte de moi si je refusais. J'en suis, Ryu-kun.

Elle resserra très légèrement ses doigts aux ongles courts sur l'objet avant d'enchaîner, désignant ses affaires d'un doux mouvement de tête.

Je vais d'abord passer mon costume. Contente-toi de t'occuper de ton soundcheck pendant ce temps, tu m'expliqueras ton morceau ensuite.

Nayû reposa le calepin sur le tom et, sortant son épais coffret de son sac, elle se dirigea vers le meuble exhumé des instruments quelques minutes auparavant. Posant l'objet dessus, elle fit jouer les clips et souleva le rabat. Regardant ses deux versions, elle se tourna un instant vers la salle, estimant la probabilité d'aération ou de courants d'air puis opta pour sa tunique. Elle retira son béret, le posant sur le meuble puis elle se défit rapidement de ses bottines, de sa veste noire et de sa chemise blanche. Tenant ces dernières, elle avisa un porte-manteau en bois où elle les accrocha. Rajustant un peu son body noir, elle effleura du bout des doigts, en croisant les bras devant elle, l'une de ses omoplates où l'une des cicatrices démarrait. Un son assez brutal la fit sursauter mais elle ne se retourna pas pour autant.

Spoiler:
 

Elle fit ensuite jouer sa ceinture et se défit de son pantalon. Elle en profita pour lisser l'une de ses marques violacées en secouant la tête. D'un geste expert, elle enfila le bas de sa tunique, rajustant le tissu souple et luisant au-dessus de ses chevilles puis tirant un peu sur le costume pour enfiler les manches spéciales. L'intérieur de ses bras et de ses mains était visible mais toute la zone du dessus jusqu'aux phalanges de la base de la main était recouverte. Levant le nez, elle haussa son col, amenant la fermeture éclair jusque sur sa gorge. Une fois la tunique fermée, elle rabattit un pan de tissu destiné à la camoufler et tira un peu sur celui démarrant à sa taille. Cette pseudo cape était plus légère mais n'avait pas de plis apparent.

Attrapant un ruban d'une teinte violine dans son coffret, elle noua sa chevelure vert sombre au niveau de la nuque, ajustant la double boucle pour qu'elle ne pende pas trop. Attrapant son masque de renard et son masque anti-toux, elle les suspendit à son bras gauche tout en se dirigeant vers l'autre musicien.

Apparence quasi prête.

Nayû repoussa quelques mèches derrière son oreille, en ayant toujours une, trop courte, bloquée devant.

Et si tu me disais comment tu vois les choses ?

Spoiler:
 

Elle accompagna sa question d'un petit geste pour désigner le calepin. Elle voulait bien le soutenir à la batterie mais encore eût-il fallu qu'elle sache quoi faire exactement. Il leur restait un peu de temps mais pas l'équivalent de deux semaines à temps plein, sans manger, d'entraînement intensif non plus. Tout en regardant son interlocuteur, Nayû s'échauffait les poignets.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au détour d'un bar... [PV Ryutaro Senka]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» Tour de Farce
» La Tour du Savoir
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» Tour du monde virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANA DREAM パスワードを入力してください :: NANA Divers :: Sujets Archivés-
Sauter vers: