NANA DREAM パスワードを入力してください
Bienvenu(e)!

Prêt pour un nouveau départ?

    Nana Osaki vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.



    Nana vit cachée tel un chat vagabond à Londres, évitant tout contact avec ceux qu'elle a connu par le passé. Cependant de nouvelles révélations sur la mort de Ren pourraient bien tout changer.

AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Venez répondre à notre MJ sur le RP Lone & Ardent et faites avancer l'intrigue ! L'étau se resserre de plus en plus autour de nos personnages ! Pourquoi tout ce remue ménage sur la mort de Ren après 6 ans ! Répondez et nous le sauront bientôt !

Partagez | 
 

 Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Lun 1 Oct - 21:30


    Seconde rencontre, un nouvel horizon ?


      Le mal du pays la guettait. L'agoraphobie ne lui semblait pas loin non plus, même si c'était un peu exagéré.Autour d'elle, il n'y avait que de l'anglais. Mode, langue, enceignes, culture. La bas, statue d'un ministre. De l'autre, église célèbre. Au loin, des touristes russes, italiens et d'autres, visitant la ville… Les bus, les voitures, les taxis roulent dans tous les sens. La vie fourmille.

      Et de tout ça, elle en avait marre. Il lui devenait insupportable de ne rencontrer que des inconnus, avec leur stupide « Afternoon tea » à trois heures de l'après midi. Marre de travailler pour des gens qui ne parlaient même pas sa langue, à avoir été envoyée ici comme un simple outil. Parfois même elle était prise pour une débutante. Or, on ne lui avait pas violé son esprit pour rien ... Ses patrons étaient juste machistes. Ils comptaient sur leur puissance afin de les protéger, alors qu'elle se savait très bien en mesure de finir avec leurs sourires en coin, et leurs regards parfois vicieux.

      Elle était bien heureuse de paraître jeune. Sinon, quels seraient leurs regards ? Emplis de crainte de ce monstre, ou emplis d'impuretés et d'insanités de vieux pervers ? Voire ... Les deux. A mi-chemin entre l'animal, dans les deux sens. Remarque, certains n'avaient que faire de sa jeunesse : ils considéraient sûrement qu'à partir du moment où l'individu est de sexe féminin, il est bon à prendre.

      Dans la vitrine à demi-fumée, elle se regardait, unique nippone par mis les occidentaux. De l'autre côté, le salon de couture pour grands bourgeois affichait des prix exorbitants. Qui irait acheter dans un truc pareil … Elle faisait plutôt tâche du coup, avec son manteau noir, son « simple » sac en papier portant des habits neufs … et cet affreux et horrible bandage sur l’œil droit.

      De part son handicap, elle avait troqué, même pour la vie quotidienne, sa longue mèche contre une barrette bien placée qui lui augmentait d'un peu son maigre champ de vision. A cause de sa blessure, il lui était impossible de travailler normalement. En vérité, il lui était impossible de travailler tout court. Aujourd'hui on lui avait seulement demandé de faire acte de présence, sans lui en demander plus. Remarque, elle n'aurait pas pu. Cette blessure arrivait à un moment où il lui était nécessaire de se reposer afin de partir sur une bonne base.
      Elle était fatiguée, éreintée, épuisée. Les nuits d'avant, elle avait bondit de gauche à droite, sans prendre le temps nécessaire pour se reposer après. Inattention ajoutée lui avaient coûté des éclats de verre mal placés, même si fort heureusement son œil était intact.

      Saphyr en avait profité pour se détendre, ses longues journées ne lui laissant pas grand temps pour faire les magasins.
      Mais à quoi bon tous ces jolis habits si personne n'était là pour les remarquer ?
      Sa tristesse la rattrapait immédiatement. Un long soupir se perdit dans la foule Londonienne.
      Deux personnes la bousculèrent, sans s'excuser. La brouhaha extérieur lui donnait mal au crâne. L'extérieur l'agressait, et elle se mit en quête d'endroits plus calmes. Les bords de la Tamise lui apportaient un peu de sérénité. Déjà, ce n'était plus le bain de foule. Le fleuve, scintillait au gré des rayons du soleil, et portaient les bateaux qui la parcouraient. Elle se disait que dessus il devait y avoir toutes sortes de marchandises, légales ... Et illégales.Ce monde dans lequel elle vivait, elle voyait régulièrement des armes, elle voyait souvent des drogués complètements morts à cause de leur dope ... des hommes, et des femmes ravagés par l'alcool qui, ivres morts sont sujets à ceux qui leur tombe dessus. Il y avait eu des jours où on lui avait demandé d’enquêter sur des trafics. Parfois, il suffisait de suivre les malades et les cadavres pour remonter à sa source ... Combien de fois s'était-elle écroulée chez elle après avoir retenu trop longtemps des images qui lui donnaient envie de vomir ?

      Saphyr soupira, cela devait être la solitude qui lui faisait remuer toutes ces pensées.

      Et en se retournant, elle vit enfin un visage.« … c'est la prostituée de l'autre jour ... » se dit-elle en premier

      Ce n'était pas la meilleure personne auquel elle aurait pensé. Cependant, elle au moins, était japonaise. De jour, elle la trouvait finalement jolie, pour une simple proxénète.

      Elle semblait avoir repris de ses blessures, son teint était même frais.  En tous cas, ce n'était pas un pauvre catin des trottoirs.

      Devait-elle lui parler ? Déjà comment s'appelait-elle ? « Risa Asano ... si je me souviens bien ...»

      Si elle l'avait déjà vue, détourner son chemin paraîtrait vraiment asociale. Et de toute manière, tout s’arrêterait là.Si elle ne l'avais pas vue, il était peut être temps de partir.
      La femme tourna la tête vers elle, peut être ne l'avait-elle pas vue, jeune fille perdue dans les passants se pressant d'aller de ci ou de là.

      Après tout elle n'avait rien à perdre à lui faire un signe.
      Au pire, elle ne l'a pas vu, au quel cas …Elle esquissa un signe, une sorte de salut, en la regardant, puis remit sa main dans sa poche.
Revenir en haut Aller en bas
Risa Asano
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 22
Localisation : Londres
Points : 6691
Réputation : 74
Date d'inscription : 10/06/2011

Feuille de personnage
Métier: Prostituée
Age: 19
Orientation sexuelle: Bisexuelle

MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Ven 5 Oct - 22:16

    Risa était de sortie pour la journée, au programme ; manucure, pédicure, massage, shopping et soins en tout genre. Fine manipulatrice, elle avait habillement su jouer les petites filles malheureuses auprès de ses plus riches clients qui, pour la retrouver au sommet de sa forme, avaient cédé à absolument tous ses caprices. Elle avait suffisamment d’argent pour refaire son appartement à neuf et doubler sa garde-robe en vêtements et chaussures de luxe.

    Les rues de Londres grouillaient de gens pressés, n’accordant que peu d’importance au monde qui les entouraient. Elle profitait de chaque instant comme un cadeau empoisonné, pendant longtemps elle avait maudit ses parents de lui avoir donné la vie, elle en était même venu à détester la chose qui l’animait, cette sorte de magie qui faisait fonctionner toute la machinerie de son organisme.

    Elle avait continué son existence avec une certaine forme de désintéressement, ne prêtant de valeurs qu’à peu de choses et certainement pas à « la vie ». Elle fumait exagérément, prenait des risques à outre mesure, testait ses limites, vendait son corps … La seule chose de valeur était l’argent, peut importer la façon de l’obtenir, l’argent a toujours fait tourner le monde et c’était cette chose qui, pour elle, prévalait. Elle l’avait compris quand ils avaient commencé à en manquer cruellement, là-bas, au Japon. Pendant ces sombres années, elle avait compris que la chose la plus importante au monde, c’était l’argent. Tout le reste n’était que broutilles ; la vie, son corps, l’amour, la famille, les amis, rien d’autre ne comptait.

    Cependant sa vision des choses changeait, se métamorphosait. Malgré sa répulsion pour l’être humain et la vie, elle avait réalisé qu’elle y tenait à cette vie, qu’elle tenait à ces gens tous plus détestables les uns que les autres. Elle avait donc décidé de profiter au maximum, vivre à fond, vivre à en crever s’il le fallait, elle était passée trop prêt de la fin sans avoir pu profiter de ce qui lui était offert. Elle s’émerveillait devant peu de chose ; des feuilles tourbillonnant sous les effets du vent dans le ciel gris de Londres, une fleur couverte de rosée, un petit rien lui suffisait.

    Après avoir écumé tous les grands magasins de la capitale, elle dirigea ses pas vers Camden Town pour ajouter une touche beaucoup plus rock’n’roll à ses tenues, les vêtements de luxes étaient pour les clients, le travail et les réceptions, ceux des fripes de Camden c’était la liberté, la vraie Risa, celle de tous les jours, la force de la nature, le typhon balayant le Japon, la tornade détruisant tout sur son passage. La Risa pleine d’espoirs malgré elle, celle qui se souvenait…

    - Regarde là, elle est sublime ! Qu’est-ce qu’elle fait ici ? Elle s’est perdue, tu crois ?
    - On dirait un mannequin. C’est peut-être une actrice qui vient se renseigner sur l’underground…

    Risa ne s’attarda pas sur les babillements des vendeuses et continua son périple parmi les rayons, piochant les vêtements les plus ‘’stylés’’. Leurs paroles lui rappelaient tout de même une époque bénie, celle où elle était le centre d’attention de tous ses camarades dans son lycée privé.

    - Risa , plus tard tu seras mannequin ! T’es trop jolie, regarde tous les garçons n’ont d’yeux que pour toi, c’est même carrément injuste !
    - Tu rigole, je ne jouerai jamais les mannequins écervelées.
    - Tu vas faire quoi alors ?
    - Chanter.
    - Comme Reira, ou comme Nana ?
    - Mieux que Nana, moi, je serai adulée et désirée par le monde entier, je m’élèverai au plus haut sommet.


    Elle était bien loin l’époque des rêves de gloire et de musique. Quoique, finalement son but n’avait pas tellement changé, seulement pour y arriver elle ne chantait pas, enfin pas exactement.

    Elle sorti de la boutique encore plus chargée que précédemment, s’alluma une clope, et aspira un long moment la fumée emplie de nicotine. Sa cohabitation avec Sôdai était plus que … problématique (troublante ?). Elle commençait à se plaire dans cette vie de couple dérangée, plus que ça, elle commençait à réellement s’attacher à lui. Ses sentiments débordés de son être quand elle était prêt de lui, elle avait de plus en plus de mal à refouler ce besoin de l’observer, de le toucher, de lui parler, de le sentir, de l’aimer… Elle était en train de perdre, elle le sentait. Elle se demandait même si elle aurait la force de reprendre ses activités…

    Elle secoua la tête et tira un peu plus sur sa cigarette tout en marchant. Navrant comme situation. Elle avait trouvé une forme de bonheur dans la souffrance. Leur relation était vouée à l’échec et il devait en être tout aussi conscient qu’elle. Un amour qui bouleversait les conventions de cette société, un couple autodestructeur avec pour seul but la souffrance des deux protagonistes, une histoire condamnée par les cieux. Si telle était la volonté des dieux, alors elle jouirait de son sort avec délices. Elle ne renoncerait pas à son activité, elle les ferait souffrir tous deux, elle ne se cacherait pas. Elle allait ignorer cet amour et ce désir, continuerait ses projets de suprématie et de richesse, il souffrirait, ils se déchireraient, ils s’aimeraient.

    Ils s’entre-tueraient.

    Il ne faut pas tomber amoureux d’une femme qui se vend, ça finit toujours mal. Elle allait lui faire comprendre. Peut-être qu’il la quitterait, qu’il se trouverait une fille bien mieux qu’elle et aurait une vie correcte. Elle, elle resterait la femme de l’ombre, le dangereux félin prêt à tout pour réussir, loin de l’amour, loin du désir, loin du bonheur. Ou sinon, il la tuerait, et tout finirait dans un éclat magnifique. Une apothéose, une fin shakespearienne.
    Elle glissa ses doigts dans sa chevelure d’ébène, jeta sa clope et continua à déambuler sans but dans les rues sinistres de Londres. Elle retardait son retour chez lui, chez cet homme qui la poussait à l’erreur, cherchant parmi les ombres un moyen d’échapper un instant à ses pensées morbides.

    Un visage se détacha de la foule, un visage bien particulier, celui de la fille qui l’avait sauvé …
    Elle esquissa un bref signe pour la saluer et cacha sa main dans sa poche. Elle semblait vraiment jeune à la lumière du jour, et exténuée. Risa s’approcha d’elle lentement et lui sourit. Elle ne se souvenait plus de l’avoir correctement remerciée, voilà donc quelque chose à changer.

    - Konban wa, Saphyr…


_________________

Ça n'a jamais été passionel, ni fusionnel... C'était juste des mots et des soupirs partagés au vol durant un court instant de plaisir inavoué. Rien d'autre.



Dernière édition par Risa Asano le Ven 9 Nov - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/marieanais.lhuissiez
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Dim 7 Oct - 20:23

    Et finalement, Risa, la prostituée, lui répondit. Montant les escaliers pour la rejoindre elle fut frappée d’une sorte d’impression qui s’imprima violemment dans sa tête, presque comme un coup de marteau.

    Risa semblait… Rayonner. De quoi, elle ne savait pas trop comment le définir.
    Tous ces sacs de vêtements, cette mine peut être pensive quelques secondes, mais sûre qu’elle… Elle avait bien repris depuis ce jour où elle avait été totalement prise au dépourvu de un, par la troupe de mecs, et de deux par le saccage de son appartement. Ce jour là, elle était tombée tremblante sur le sol, catastrophée et blessée. Ce soir là, elle l’avait un peu regardée comme n’étant que quelqu’un de faiblard. Inutile. Un misérable chiot. Petit oublié de la société qui n’avait qu’un bien son corps qu’elle vendait contre quelques sous. Une éventuelle salope qui aimait ça, qui multipliait les expériences malsaines … Bref, rien qu’une pauvre petite prostituée, une catin qui s’était bêtement fait avoir en s’ayant cru forte car elle avait soumis deux ou trois hommes (bêtes, cons, idiots...) sur son chemin.
    Ce n’était plus la même personne, ce n’était plus ce chiot égaré qu’elle avait cru voir ce soir là. Elle s’était totalement compromise sur la personne.
    La jeune fille vêtue de noire rageait presque intérieurement d’avoir mal jugé son « adversaire ». Tout simplement car une faible salope, ce n’était pas une catin qui savait ce qu’il faisait. Car l’une ne faisait que subir les coïts, et l’autre les utilisait à des fins mieux déterminées.

    Saphyr se hissa à sa hauteur, relevant un peu la tête pour compenser la légère différence de taille. La faible brise lui donnait un peu d’air qui lui avait semblé lui manquer. Elle remerciait ce dur entrainement qui avait fait qu'elle pouvait rendre son visage impassible, ou neutre dans la plupart des situations.
    Elle fit le vide en elle pendant ce court instant pour chasser ces pensées. Il ne fallait pas être envieux. Et sûrement pas d’une prostituée. Elle s’était battue pour rester digne, pure des vices.
    Cela ne pouvait être qu’une apparence de femme forte que cette prostituée se collait sur le visage.
    Saphyr regarda les nombreux sacs de Risa, remarqua d’un coup d’œil le nom des boutiques : des vêtements hors de prix ? Mais d’où provenait cet argent ?
    Elle se serait presque crié dessus à se poser tant de questions. Il était temps de laver cette déformation professionnelle qui lui faisait poser incessamment les questions : Qui ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ? Où ? Dans quel but ? Etc, des questions qui oui : lui avaient sauvé la vie plus d’une fois, mais qui lui pourrissaient l’esprit.
    En vérité elle ne savait que penser de ces questions qu'elle aimait/détestait. Dans le doute, elle préférait en fait les garder.

    _ Et bien, je vois qu’on a fait très similairement la même chose cet après midi… Même si ce n’était pas du tout du même acabit…, dit-elle simplement.

    Elle se semblait un peu misérable à côté de cette femme éclatante alors qu’elle ne portait presque que du noir (sans en devenir gotique), cette prostituée qui avait même plus de moyens qu’elle, en jugeant sur ces achats. Souris contre éléphant, était-ce la bonne métaphore pour leur situation financière ?
    Saphyr tenta de se rassurer. Non, elle n’avait pas les vêtements, les bijoux. Elle avait un appartement, le choix des armes, le choix de ses missions de façon générale, droit à des activités, droit à des véhicules. Elle avait une part de liberté. Et cela n’avait en fait pas de prix.
    L’argent ne faisait pas tout. Il y avait le cœur, la vie, les valeurs. Bien que certaines elle était obligée d’en faire abstraction, ce qui la révulsait, pour travailler, elle les avait toujours en tête.
    Elle se souvenait d’un proverbe chinois « Aide pour toutes les fois ou tu as été délaissé. Aime pour toutes les fois où tu as été repoussé ». Si seulement cela pouvait être vrai …
    « Aime ton travail et tu ne travailleras jamais de ta vie. »
    « Ceux qui savent qu’assez est assez auront toujours assez. »
    « La faiblesse surpasse la force. Cependant, personne n’est capable de mettre en pratique cette évidence »
    Des proverbes, posés sur sa table de nuit qu’elle relisait assez souvent. Cela l’aidait à tenir.

    Il était temps de se réoccuper de l’autre.

    _ Je vois que tu as récupéré… C’est tout ce que j’aurais pu te souhaiter de mieux, dit-elle en replaçant sa mèche de cheveu, quand à moi je suis en convalescence, même si je dois avouer que mon bandage sur l’œil doit parler de lui-même.

    Saphyr s’obligea à parler encore un peu. (Qu'il était dur de laisser son esprit s'évader... ). Sinon la conversation risquait de tourner en rond. En général, les gens aimaient bien parler d’eux même plutôt que ce préoccuper des autres.
    Elle n’avait pas forcément besoin de parler d’elle. Parler suffisait à lui remettre de l’oxygène dans les poumons.

    _ Tu as pu trouver endroit où te loger ? demanda-t-elle, sans se rendre compte que sa question soulevait plus de choses qu’il n’y paraissait.


Revenir en haut Aller en bas
Risa Asano
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 22
Localisation : Londres
Points : 6691
Réputation : 74
Date d'inscription : 10/06/2011

Feuille de personnage
Métier: Prostituée
Age: 19
Orientation sexuelle: Bisexuelle

MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Lun 15 Oct - 21:25

    La jeune fille la regarda, semblant l’examiner méticuleusement. Risa cru même percevoir une lueur de rage passer à travers ses prunelles. Surement une illusion, cette enfant avait un caractère bien trempé à ce qu’elle avait pu en voir et ce ne devait être que le reflet de sa forte personnalité.

    Elle se redressa et leva la tête, une mine impassible accrochée à son visage. Risa eu un petit sourire sarcastique.

    Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à afficher cet air là en ce moment, à croire que je n’attire que ce genre de personnes ces derniers temps.

    Saphyr sembla inspirer l’air environnent comme si c’était vital et posa à nouveau son regard sur elle et les nombreux sacs qu’elle portait. Elle sembla quelque peu interloquée en lisant les noms de grandes boutiques dessus. Avait-elle réellement pensé qu’elle n’était qu’une faible et pauvre femme ce fameux soir. Risa sourit à nouveau à cette pensée.

    La demoiselle reprit une mine impassible et se décida enfin à parler.

    - Et bien, je vois qu’on a fait très similairement la même chose cet après-midi… Même si ce n’était pas du tout du même acabit…

    Tout sourire, elle ne répondit qu’un simple "Effectivement". Elle appréciait que l’on constate sa supériorité ? Puissance ? Le fait était que Saphyr semblait corrigeait mentalement les erreurs qu’elle avait faites à son sujet une à une et cela la ravissait.

    - Je vois que tu as récupéré… C’est tout ce que j’aurais pu te souhaiter de mieux, quant à moi je suis en convalescence, même si je dois avouer que mon bandage sur l’œil doit parler de lui-même.

    - Je vois ça, fais attention à toi.

    Phrase tout aussi simple que la précédente. Elle ne voulait pas l’admettre mais elle était tout de même impressionnée par ce petit bout de femme qui l’avait sauvé de trois agresseurs deux fois plus grand qu’elle et n’avait pas hésité à appuyer sur la gâchette quand le moment c’était présenté. C’était d’ailleurs peu commun une jeune fille se baladant avec une arme de pointe cachée dans un étui à violon… Risa chercha instinctivement le fameux étui puis se ravisa à la pensé de ce qui pourrait lui arriver si Saphyr décidait de s’en servir contre elle. Elle sembla lutter intérieurement pour relancer la conversation. Risa se souvînt que lors de leur première rencontre la jeune fille n’avait pas était très loquace, en même temps la situation ne s’y était pas prêtée. C’était comme si elle avait perdu l’habitude d’avoir une conversation mondaine, perdue l’habitude d’évoluer normalement en société. Quelle étrange demoiselle…

    - Tu as pu trouver endroit où te loger ?

    Aïe, voilà que le problème encore non résolu, « Sôdai », s’immisçait dans la conversation. Cet homme était le diable ! Il arrivait à se faire une place dans une conversation parfaitement normale avec une parfaite inconnue !
    Risa balaya l’endroit du regard comme si elle s’attendait à ce qu’un certain jeune homme brun sorte de nulle part pour venir la tourmenter une fois de plus. À la limite de la paranoïa, elle se préparait à balancer un de ses talons sur le premier individu mâle qui passerait.
    Comprenant à quel point cette idée était stupide elle se ravisa et répondit enfin à Saphyr, prenant grand soin d’éluder la question.

    - En quelque sorte.

    Vu comment c’était partie, elle serait d’humeur exécrable en rentrant et elle s’enfermerait très certainement dans la salle de bain pour essayer un à un ses achats jusqu’à ce qu’il aille se coucher afin d’éviter de toute conversation avec lui.

    - Je ne pense pas t’avoir convenablement remerciée pour ce que tu as fait… La dernière fois. Que dirais-tu d’un bon restaurant ? Un japonais, il y en a un excellent à quelques pas d’ici.

    Elle avait hésité en parlant de leur première rencontre, elle ne s’était pas encore totalement remise. Physiquement elle allait mieux, mentalement c’était une toute autre histoire…
    Elle décidé de se change les idées en reportant son attention sur son arrivée à Londres. Elle se souvenait à quel point la nourriture occidentale, plus particulièrement anglaise. Il devait en être de même pour Saphyr. Arriver de nulle part dans un pays étranger n’était pas chose aisée, des coutumes et des goûts si différents. Le Japon lui manquait souvent, elle aimait la distance et le respect qui pouvait exister entre les personnes là-bas. Lorsqu’elle avait vu la familiarité avec laquelle les gens d’ici se comportaient, elle avait été abasourdie. Oui, elle, la prostituée, avait été choquée par la proximité qu’avaient les occidentaux les uns avec les autres, elle avait tout de même été élevée dans des écoles privées de marque. D’ailleurs elle n’avait pas encore réussit à effacer toutes ses habitudes de « petite japonaise ».

    Elle invita Saphyr à la suivre sans attendre sa réponse, persuadée qu’elle se joindrait à elle. Elle n’avait pas parlé japonais depuis si longtemps qu’elle avait l’impression de replonger dans une lointaine époque, une époque dorée qui avait été entachée de sang et de noir, un beau tableau de maître détruit par un Kitsune diabolique ayant voulu combler son ennui.

    Le silence devenant pesant, elle se décida à reparler afin de détendre l’atmosphère. Elle sorti une cigarette, l’alluma et relança la conversation avec un but précis ; éviter tout sujet la concernant.

    - Ça te changera, le restaurant est tenu par de vrais japonais. Ils sont arrivés il y a peu, un couple charmant. On s’habitue difficilement à la capitale So British n’est-ce pas ?

    Elle tira sur sa clope tout en marchant, attendant que la demoiselle à ses côtés réponde et lui offre une chance de rebondir sur cette conversation des plus banales.


_________________

Ça n'a jamais été passionel, ni fusionnel... C'était juste des mots et des soupirs partagés au vol durant un court instant de plaisir inavoué. Rien d'autre.



Dernière édition par Risa Asano le Mar 1 Jan - 3:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/marieanais.lhuissiez
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Mar 30 Oct - 17:15

    __Saphyr, interloquée ne sut que dire sur le moment.
    __Invitée au restaurant par une catin des rues ? De plus en plus fort … que la vie était bizarre. Elle qui, par les armes, avait eu un certain … ego qui s’était créé. Elle n’avait pas imaginé qu’une simple prostituée pouvait se permettre tant de largesses. Elle était en quelque chose, et à ses yeux, devenue plus fort que le reste de la population.
    __Permis de tuer. Permis d’éradiquer.
    __Permis de faire disparaitre ce qui l’emmerdait. __Oui, elle l’avait déjà fait. Avec des personnes pas trop connues que la disparition n’était pas trop difficile à justifier ou à camoufler.

    __Oui, elle savait à quel point la vie était fragile. C’était pour cela que lorsque l’envie lui montait à la tête, elle se rendait encore plus compte qu’un coin de table pouvait être mortel. De même qu’un porte manteau enfoncé dans le crâne. Un malheureux stylo plume en argent planté dans le ventre même. Etc, etc …

    __En clair, elle n’imaginait pas qu’en temps que supérieur on pouvait l’inviter au restaurant.
    __Elle ne disait pas non. Il était vrai que la nourriture anglaise était affreuse, contraire à son doux palais. Un bon poisson Fugu perdu entre du riz et des algues lui feraient du bien.

    __Risa ayant pris de l’avance, elle trottina à sa suite pour la rattraper. Elle recala sa mèche derrière son oreille puis haussa le ton. Elle la menait au centre ville qu’elle venait de quitter, et elle s’agaça du bordel ambiant. Elle aurait bien aimé un endroit plus calme. Fort heureusement, elle emprunta une rue moins fréquentée et mignonne dans son genre.

    ___ Je ne dirais pas non … soupira-t-elle, heureusement que je ne suis plus pour très longtemps à Londres, je commence à devenir allergique à l’anglais. Les missions à l’étranger ce n’est pas trop mon truc.

    __Elle ne s’avança pas plus dans ses activités. Risa devait déjà se poser assez de questions comme cela. D’où venait-elle ? Pourquoi fait-t-elle ça ? Pour qui ? Que fait-t-elle réellement ? Qu’est ce qui lui est arrivé ? Des questions qu’elle laisserait sans réponses car cela ne concernait personne d’autre qu’elle-même.
    __La jeune fille sentit à un moment une certaine inquiétude de la part de la japonaise flamboyante. Elle avait cherché, une demi-seconde, quelque chose du regard. Elle supposa qu’elle cherchait son étui qu’elle avait la dernière fois.
    __D’ailleurs, on lui avait reproché qu’elle se soit battue avec. Enfin, la crosse avait été largement assez résistante pour qu’elle n’ait rien d’autres que quelques égratignures. En tous cas, on lui avait recommandé d’être plus soigneuse qu’elle ne l’était. Que d’encombrements…
    __Cela lui rappelait qu’elle allait devoir repasser des tests d’aptitude. Physiques, conduite, tir, combat à mains nues… le B-A, Ba.

    __Saphyr aperçut rapidement l’enseigne modeste mais bien représentative du japon. Elles entrèrent et elle se ravit de sentir des odeurs de sauces bien de chez elles. Risa appela le patron, en japonais et commencèrent à discuter tranquillement. Le restaurant ne connaissait pas une heure de pointe, elles furent donc placées à la meilleure place.
    Risa lui passa le menu, et elle se mit à la rude tâche de choisir. D’instinct, elle n’aurait pas pris quelque chose de cher, en étant à la charge de quelqu’un.
    __Elle restait quelque peur gênée. Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’était pas allée au restaurant avec quelqu’un. Souvent, pour le travail, on la faisait manger quelque part avec un document informatique à lire avant de partir en mission. Mais personne pour partager ce petit moment.
    __Saphyr choisit rapidement, une valeur sûre pas trop chère. Sur le coup, elle se dit que l'autre prendrait son choix comme un injure. Genre "quoi, elle pense pas que je suis capable de payer ...?"
    __Mais honnêtement, ses goûts étaient simples et elle n'avait pas besoin de plus que cela. Elle regarda Risa, et esquissa un léger sourire, avant de regarder sur le côté, légèrement gênée

    ___ Merci c'est ... gentil.

    __Légèrement nerveuse encore, elle vérifia à deux reprises qu'elle n'avait pas reçu de SMS concernant sa mise en service. Ce n'était pas il y a si longtemps qu'elle avait fait une grosse erreur en mission. Sa cible à protéger avait faillit en mourir, et il était vrai que sa blessure lui avait laissé des séquelles. Son bras gauche en était devenu un peu moins mobile.
    __Saphyr n'osait pas vraiment poser des questions. Pour elle, tout était personnel. Par conséquent, elle s'entourait elle même d'un mur de silence. Elle se força un peu, sa question allait être sûrement un peu maladroite.

    ___ Dis-moi, comment cela se faisait-il que tu étais traquée comme ça par ces hommes ? Je doute qu'il étaient là par hasard ... pas que je veuille me mêler de quelque chose qui ne me regarde pas, mais j’enquête présentement sur un trafic de drogues à londres, peut être qu'il y a un lien ...
Revenir en haut Aller en bas
Risa Asano
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 22
Localisation : Londres
Points : 6691
Réputation : 74
Date d'inscription : 10/06/2011

Feuille de personnage
Métier: Prostituée
Age: 19
Orientation sexuelle: Bisexuelle

MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Ven 9 Nov - 18:34

    Le bruit des pas de Saphyr derrière elle la rassura quelque peu, elle aurait très bien pu refuser...

    Risa avait relevé et classé chacune des informations dans ses « tiroirs » mentaux, à chaque dossier correspondait à chacune des personnes de son entourage. En mission à l’étranger donc … Voilà qui était intéressant. Les personnes qui partaient en mission, c’était des agents secrets genre James Bond, elle semblait bien jeune pour cela tout de même. Quoi que, vu le carnage de la nuit dernière ce serait probable. Ou quelque chose dans le même genre mais moins officiel… Moins élogieux…

    Elle quitta la rue principale pour s’enfoncer dans une plus petite artère qu’elle affectionnait beaucoup, Saphyr toujours sus ses talons. L’enseigne du restaurant apparu rapidement, le Nagoya, combien de temps s’était écoulé depuis la dernière fois où elle était allée manger là-bas ? Fort longtemps. Une semaine après son arrivé, ne supportant plus l’horrible nourriture britannique, elle avait trouvé ce restaurant et y mangeait tous les jours.

    Désargentée, le patron et sa femme, qui n’avaient jamais pu avoir d’enfants, l’avaient pris sous leur aile. Ils venaient à peine de s’installer à l’époque. Risa avait remboursé chacun de ses repas dès qu’elle avait commencé son "travail", depuis elle les appelait otōsan et okāsan, selon leur souhait.

    Elles passèrent la porte et Risa appela son « père » de substitution. La petite orpheline s’était attachée de tout son cœur à cette nouvelle famille, priant le ciel pour oublier l’ancienne, en vain.

    - Risa, je suis heureux de te revoir.
    - Otôsan, vous m’avez tellement manqué. Okâsan n’est pas là ?
    - Elle est à la cuisine, je vais la prévenir de ton arrivée, elle sera tellement heureuse. Mais regarde toi, tu es resplendissante, une vraie Geisha.

    Risa sourit mais ne releva pas, elle ne voulait pas leur faire honte avec ses activités. Ils la pensaient model, et ça lui convenait tout à fait.

    Le restaurant étant presque désert, il le plaça à une des meilleures tables puis disparu dans les cuisines. Risa avança un menu à Saphyr et en prit un pour elle-même. Si elle s’écoutait, elle aurait pris tout ce que le menu proposait. Elle prit donc un menu regroupant à peu près tout ce que faisait le restaurant, un des menus les plus chers. Sashimi, maki, sushi, brochettes, gambas, elle allait devoir rouler pour rentrer. Saphyr, elle, prit un menu simple et au prix raisonnable. Elle lui sourit et détourna le regard, comme gênée.

    - Merci c'est ... gentil.
    - C’est bien normal voyons, tu aurais prendre quelque chose plus onéreux tu sais.

    Saphyr consulta à plusieurs reprises son téléphone, légèrement préoccupée. Risa leva un sourcil interrogateur mais n’alla pas plus loin. Le silence se faisait à nouveau pesant lorsque la jeune fille ouvrir à nouveau la bouche.

    - Dis-moi, comment cela se faisait-il que tu étais traquée comme ça par ces hommes ? Je doute qu'ils étaient là par hasard ... pas que je veuille me mêler de quelque chose qui ne me regarde pas, mais j’enquête présentement sur un trafic de drogues à Londres, peut-être qu'il y a un lien ...

    Question délicate certes, mais facilement contournable. Tandis qu’on leur servait l’entrée et la soupe miso, Risa répondit.

    - Eh bien, j’ai rendu service à un avocat, grâce à quelques relations que j’ai et en retour j’ai reçu ceci en présent de la part des hommes de mains de l’homme qui a été condamné apparemment.

    Elle ponctua ses mots en frottant du revers de sa main les multiples couches de maquillages qui recouvraient son visage, dévoilant les marques qui restaient de ses hématomes. Elle sorti une trousse de maquillage et un petit miroir de son sac, se remaquilla rapidement avant d’interpelait un des serveurs.

    - Gomen, demo …

    Montrant ses sacs et le serveur, un nouveau ne sachant que faire, appela un autre, plus ancien, que Risa connaissait bien, qui comprit de suite quoi faire.

    - Risa, ravie de te revoir, je les mets dans l’arrière salle. Excuse le, il ne comprend pas le japonais, il a grandi ici, en Angleterre.

    Il lui sourit et elle lui rendit la politesse. Ils disparurent et elle attaqua son repas, commençant par la soupe puis par l’entrée.

    - Pardonne mon impudence mais … Et toi alors, qu’est-ce qu’une jeune fille comme toi vient faire à Londres et seule qui plus est. Tu as dit que tu étais en mission et que tu enquêtais sur un trafic de drogue, tu me semble bien jeune pour être une infiltrée.

    Question incroyablement indiscrète certes, mais Saphyr l’intriguait et elle détestait les questions sans réponse. Risa était en train d’installer une sorte de jeu question-réponse, chacune essayant de dévoiler le moins possible sur elle. Plutôt amusant, elle était impatiente de connaître la réponse de la demoiselle et de voir où cette discussion les mèneraient.

_________________

Ça n'a jamais été passionel, ni fusionnel... C'était juste des mots et des soupirs partagés au vol durant un court instant de plaisir inavoué. Rien d'autre.



Dernière édition par Risa Asano le Mar 1 Jan - 3:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/marieanais.lhuissiez
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Lun 26 Nov - 22:52

    __Il s’agissait donc d’un avocat, apparemment une simple entraide. Relations d’intérêts, avec quelques coups de pouce par ci par là ..
    __Du moins, c’est ce qu’elle disait. Sa question n’avait pas été assez pointilleuse pour que Risa se sente mal à l’aise. Du moins, ce n’était pas si mal. Moins on brusque, plus on fait parler l’autre …
    __Et malgré son air naturel, Risa avait tenté son coup à son tour, mettant le doigt sur ce qui faisait d’elle une personne si spéciale …
    __Une jeune fille, seule, à l’étranger, à Londres.
    __Enquête, sur trafic de drogue. Et accessoirement un fusil dans un étui à violon, permis de tuer …
    __Erm. Qu’est ce qui serait inconvenant de répondre…
    __Insinuait-elle qu’elle mentait lorsqu’elle disait qu’elle lui semblait un peu jeune pour une infiltrée ?

    __C’était un jeu peut être. « Je te dis ça, je te dis ça ».
    __Plusieurs options s’ouvraient à elle.
    __- Être honnête et répondre sans mensonges à ses questions. Cela ne lui convenait pas. Incommodant, dangereux… ça faisait mouton, aussi.
    __- Mentir en bloc et inventer tout un mensonge. La présence d’un pistolet sur elle rendrait l’histoire un peu gros…
    __- Inventer un demi-mensonge. Un peu risqué sur le long terme, étant donné qu’il était probable qu’elle se reverrait. Elle n’aimait pas revenir sur ses dires, et il fallait se souvenir des conneries qu’elle avait bien pu déblatérer.
    __- Ou ne rien dire.

    __Sauf que rien ne lui plaisait.
    __Sa réponse se faisait attendre. Elle savait qu’on voyait clairement son embarras.
    __Du moins l’autre pouvait être flattée. Lorsqu’on est dans l’embarras c’est qu’on ne sait pas quoi répondre. Etant donné que le choix était –en clair- entre mentir et déballer, elle ne pouvait qu’être fière qu’elle la juge peut être digne d’intérêt.
    Mais elle faisait peut être une erreur. Cette prostituée avait quand même eu des hommes plantés chez elle prêts à l’accueillir et à l’égorger. Elle sentait les ennuis.
    __Elle semblait aimer l’argent.

    __Contre une belle somme d’argent on la ferait parler, elle, la catin.

    __Saphyr attrapa son verre et but une gorgée, puis reposa son verre, le faisant glisser vers le centre de la table.

    ___ Je ne peux pas répondre à ce genre de questions ici. Si cela ne mettait que moi en danger, cela ne serait pas un problème …

    __A partir du moment où on parlait d’infiltrées elle ne pouvait pas se confondre à une journaliste venue enquête, ou même un agent des forces de l’ordre …
    __Saphyr esquissa un léger sourire en refermant à demi les yeux… ou plutôt l’œil, pour être exact.

    ___ Désolée de ne pas assouvir ta curiosité, mais s’il y a des choses à dire sur moi, c’est à mon domicile qu’elles se feront … je n’ai pas vraiment confiance dans les autres lieux. J’ai sûrement l’air de quelqu’un de flippé, mais on m’a appris qu’il n’y a pas que les gens et les murs qui ont des oreilles…

    __Saphyr releva son regard vers les plats qui arrivèrent. Le sien, moins cher et plus rapide arriva en premier. Ceux de Risa, plus nombreux, n’arrivèrent néanmoins que quelques instants plus tard. D’exquises effluves firent chavirer son cœur : « Japon, te voilà enfin ! ».
    __Du riz, du vrai, du parfumé. Du poisson … malgré la modestie de ce qu’elle avait choisit, cette simple chose fit adoucir son regard, et elle regarda Risa avec un sincère remerciement du regard, alors qu’elle attrapait ses baguettes afin de commencer, sans plus attendre, l’objet de ses désirs.

    __Saphyr réfléchissait cependant toujours. Elle l’avait un peu invité chez elle en disant cela …
    __Remarque, il n’y avait pas grand-chose à cacher, tout était déjà tout verrou. L’inviter chez elle la fera un peu vivre, se sentir un peu normale malgré tout …
    __Même si son regard était terne, saphyr mangeait de bon appétit et ne laissait rien de côté, ne faire aucun gachis ... de son côté, elle se demandait comment Risa allait pouvoir avaler tout ce qu'elle avait commandé
Revenir en haut Aller en bas
Risa Asano
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 22
Localisation : Londres
Points : 6691
Réputation : 74
Date d'inscription : 10/06/2011

Feuille de personnage
Métier: Prostituée
Age: 19
Orientation sexuelle: Bisexuelle

MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Lun 31 Déc - 4:07


    Elle sembla hésiter, mesurant ses mots et ses paroles au millimètre près, comme si la vie d’une centaine de personnes dépendait de ce qu’elle allait répondre. Qu’est-ce qu’une jeune fille de son âge pouvait bien cacher. Risa se renfrogna, quelque peu déçue. Décidée à faire parler la demoiselle, elle joua sa carte avec finesse, ponctuant sa phrase d’une bouchée et d’un sourire démoniaque.

    - Je prends cela pour une invitation dans ce cas. Elle désarçonnerait probablement la jouvencelle qui ne pouvait refuser vu que sans le vouloir elle venait de l’inviter.


    Fière de son coup, elle prit une grande gorgée d’eau et continua.

    - Puis je te demander un service ? Tu sembles bien plus au fait que moi en matière de self-défense et d"armes en tout genre, j’aimerais que tu m’enseigne quelques petits trucs, les choses les plus communes et les plus efficaces, je n’ai pas envie de réitérer ce qu’il s’est passé la nuit dernière. Je sais que c’est difficile à croire mais j’aime ma vie et je ne tiens pas à la perdre. Tu ne seras pas toujours là pour me sauver la mise …


    Risa espérait silencieusement qu’elle accepterait, c’est vrai qu’elle-même avait peine à croire qu’elle tenait autant à la vie, cependant elle était passé si près de la mort cette nuit-là, si près du déshonneur. Elle ne considérait pas la prostitution comme quelque chose de déshonorant, c’était presque l’inverse ; elle se donnait à qui elle voulait et se servait de ses charmes pour arriver à ses fins. Après tout, maintes et maintes femmes l’avait fait avant elle, les courtisanes, les favorites royales, toutes ses grandes femmes avaient su mettre la chance de leur côté grâce à leurs appas et c’est cette voie qu’elle voulait suivre. Cependant le viol, être prise alors qu’on ne le veut pas, être prise de force, ça c’était déshonorant car ça montre nos faiblesse, nous rabaisse. Alors non, plus jamais ce genre d’accident ne devait se reproduire, le peu d’honneur qu’il lui restait elle voulait le garder, c’était sa virginité à elle et elle comptait la conserver, étrange certes mais elle y tenait plus qu’à sa vie, jamais personne ne devait la prendre de force, elle se considèrerait toujours pure le tant qu’elle garderait son étrange virginité. Elle n’avait pas levé la tête depuis qu’on leur avait servi les plats principaux, lorsqu’elle le fit, elle remarqua les coups d’œil incrédule de Saphyr vers ses plats.

    - Je mange comme quatre ces derniers temps, une faim de loup.

    Elle imita discrètement le cri du loup, espérant tirer un faible rire des lèvres de son interlocutrice. Toujours souriante, elle continua.

    - Je vais devoir faire un peu plus attention à ma ligne, sinon je serais reléguée dans les prostituées catégorie poids lourd. Elle grimaça quelque peu à cette idée, ne préférant pas envisager l’éventualité d’être transformée en ballon de baudruche.

    Elle prit un air de conspiratrice et s’approcha de Saphyr par-dessus de la table en chuchotant.

    - Heureusement que je suis une athlète de haut niveau en sport de chambre, je pense même m’inscrire au J.O. mais chut, c’est un secret
    .

    Elle lui fit un clin d’œil et regagna sa place le plus naturellement du monde. Toute cette manœuvre n’était pas désintéressée, premièrement elle voulait détendre l’atmosphère et rendre ce dîner plus agréable, deuxièmement elle voulait faire de Saphyr une allié de taille et quoi de mieux pour cela que de paraître fort sympathique, enfin si Saphyr la trouvait agréable, elle accéderait très certainement à sa requête. Risa engloutissait ses plats avec la vitesse d’un cyclone, tout disparaissait. Sa compagne de table était à peine à la moitié de son plat qu’elle avait fini tous les siens, les assiettes aussi propres que si elles avaient été apportés vide. Elle n’osa lever la tête et croiser le regard de Saphyr, très certainement incrédule. C’était toujours le même scénario lorsqu’elle mangeait avec quelqu’un. Au tout début de son arrivée à Londres, ses collègues avaient été profondément choquées, depuis elles s’étaient habituées, plus longtemps encore auparavant, c’était Shin et le gérant du Jackson qui avaient été stupéfaits. Sa façon de manger étant, elle s’interdisait tout repas avec un client. Elle n’avait pas toujours englouti sa nourriture de la sorte, avant elle picorait. Cependant les privations successives de nourriture lui avait donné cette mauvaise habitude, elle ne manquait pas pour autant de savourer ses aliments, bénissant chacune des bouchées qu’elle engloutissait. N’ayant plus rien à faire, elle se contenta d’examiner Saphyr en train de manger, cherchant à déceler n’importe quelle information pouvant s’avérer utile sur le caractère de cette bien étrange personne.

_________________

Ça n'a jamais été passionel, ni fusionnel... C'était juste des mots et des soupirs partagés au vol durant un court instant de plaisir inavoué. Rien d'autre.



Dernière édition par Risa Asano le Lun 13 Fév - 0:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/marieanais.lhuissiez
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Lun 25 Fév - 15:00

    ___En vérité, Risa était quelqu’un de très intéressant. C'est-à-dire que malgré qu’elle soit prostituée, Saphyr n’aurait pu rêver mieux pour parler à quelqu’un. En effet, les conversations vides de sens et « sans traficoteries » lui paraissaient fades et sans intérêt ; et par conséquent elle ne participait pas à la conversation, se terrant dans un mutisme aussi obstiné qu’incommodant.
    ___Là, elle lui donnait du fil à retordre en lui retournant « son invitation » qu’elle n’avait qu’à peine mentionnée. Saphyr était même impressionnée que cet esprit soit si vif, alors qu’elle pensait que toutes les prostituées avaient la mort dans l’âme de pratiquer leur métier. C’est alors qu’elle se fit la remarque qu’elle était bien stupide. Beaucoup de monde pouvaient penser qu’elle faisait tueuse à gages par plaisir de tuer, or ce n’était pas le cas. On pouvait se dire qu’elle n’avait aucuns scrupules, incapable de réfléchir. Or, tout cela était faux. Pour Risa, cela devait être la même chose.
    ___Un peu consternée par son manque de réflexion sur la question, la jeune fille s’imposa de reprendre la conversation avec un œil un peu plus optimiste sur la situation et sur son interlocutrice.
    ___Néanmoins, elle était légèrement contrariée de s’être fait avoir, et Saphyr esquissa une moue contrariée, presque avec un léger grognement. Risa, était enjouée de sa phrase et continua de manger avec grande satisfaction du gentil coup qu’elle venait de lui faire. Malgré tout, elle n’allait pas l’accueillir à reculons, maintenant qu’elle était engagée, elle allait plutôt vivre la situation avec plaisir (accordée avec sa résolution).
    ___C’est alors que Risa lui demanda si elle pouvait lui fournir quelques clés de self-défense. Sa demande était simple et compliquée en même temps. Car à la réponse « Comment se défendre efficacement pour s’éviter de finir en purée ? » sa seule vraie réponse était : « Courir car  tu n’as pas d’arme ». Saphyr esquissa un sourire à cette pensée et formula sa réponse :

    ____Oui, pourquoi pas … mais je te préviens, il parait que je suis un affreux professeur ..., dit-elle avec un léger sourire en coin mais qui était néanmoins détendu. Les gestes sont simples, c’est les mettre en pratique et choisir les bons qui est le plus compliqué.

    ___C’est alors que Risa pris parti de la détendre véritablement, et Saphyr ne put que s’étonner de son sens de l’humour. Laissant échapper un léger rire avec des histoires cocasses de J.O de poids lourds en prostitution,  elle reprit un peu de sérieux dans la conversation :

    ____En parlant d’athlète, si tu veux être bien préparée, il vaut mieux pratiquer. Cela dépend de combien d’heures tu me donnes pour te former, si ce n’est qu’une heure ou deux, tu auras énormément de courbatures le lendemain que tu en seras toute rouillée …

    ___Sous entendu « tu ne pourras pas pratiquer ton métier » mais Risa devait avoir bien compris sa pensée. Elle se souvenait d’avoir, à Tokyo, malmené un jeune homme avec un vilain plaisir en l’envoyant au tapis sans aucune forme de pitié. M’enfin, la suite avait été moins glorieuse, vu qu’elle s’était retrouvée en larmes suites aux remontrances de son professeur, qu’elle aimait plus qu’elle ne voulait bien l’admettre.

    ____Nous les femmes avons toujours moins d’atouts que les hommes … commença-t-elle avec un air amer, c’est pourquoi il faut ruser, mais ça tu le sais déjà

    ___Saphyr utilisait avec une certaine élégance ses couverts, mais mangeait relativement rapidement, avec une grande attention à ne rien laisser tomber, et à ne pas gloutonner. Cela venait de son éducation qui, sans avoir été restrictive, avait été assez intransigeante sur certains points. De temps en temps, elle mâchait en regardant le vide, le regard perdu dans les pensées, puis d'un coup se ravivait pour observer autour d'elle avec une once de curiosité. On sentait régulièrement ses questionnements (qu'elle allait s'entêter à en chercher la  réponse), lorsque par exemple elle saisissait la bouteille de sauce de poisson et remarquait sur l'étiquette "110 grammes de poisson pour 100 grammes de sauce." De l'autre côté de la rue, se trouvait un hôtel qui portait le nom "d'hotel noctuel", et on pouvait limite voir sur ses lèvres la question "pourquoi Noctuel ?".

    ___Saphyr finit ses plats et regarda Risa la suivre quelques instants après. Contemplant les plats vides avec un sourcil arqué accompagné d'un air de "et bien, tu avais vraiment très faim", elle fit un rapide calcul de la somme à sortir afin de payer le patron, et regardant la femme devant elle, s’apprêta à lui proposer de prendre la moitié du repas à sa charge. Puis, se ravisant, elle se souvint alors que Risa tenait à cœur son opulence, et qu’il serait une insulte de vouloir lui proposer ça alors qu’elle était invitée. Alors,  elle ne fit que se lever en ramenant à l’arrière ses longs cheveux noirs qu’elle affectionnait par-dessous tout. C’était bien la seule marque de féminité qu’elle tenait à garder et à entretenir avec des produits.
    ___Les ongles ? Le maquillage ? Les jolies tenues ? Inutile, cela ne ferait que l’encombrer.
    ___Du vernis finirait bien écaillé, du maquillage finirait coulé sur son visage, les jolies tenues déchirées en moins de deux…
    ___Prendre soin de son visage et notamment de ses cheveux lui tenait par contre à cœur. Son air enfantin sauvegardé dans son visage la faisait paraitre moins dangereuse qu’elle n’y paraissait, c’est ce qui faisait d’elle un bon agent. Un agent, qui « ne parait  pas ». C’était moins qu’un individu suspect que la police ferait arrêter immédiatement.
    ___En tous cas, elle ne lavait pas ses cheveux très souvent, deux fois par semaine tout au plus. Le premier lavage était «simple » et le deuxième durait beaucoup plus longtemps, vu qu’elle laissait agir après shampoing et lait nourrissant sur ses cheveux d’ébène.

    ____Merci encore pour le repas. Nous n’en aurons pas pour longtemps d’aller à mon appartement de fonction … on m’a déplacée en plein centre ville, suite à la … dernière fois. Afin d’être sûrs que l’on ne me piste pas. Pour le moment, personne n’en a entendu parler et je compte à ce que ça le reste !

    ___Saphyr récupéra son manteau et l’enfila, ses cheveux claquèrent sous l’électricité statique, ce qui la fit un peu sourire. Elle sortit plusieurs tickets de métro de sa poche et en tendis à Risa ; si seulement elle voulait bien les utiliser !

    ____Je nous conseille le métro, la station atterrit juste devant, nous y serons donc très rapidement. Ensuite nous irons au 8eme étage de mon immeuble … mon appart’ est assez vide, vu qu’il est trop grand pour moi, mais il est déjà meublé, donc j’écarterais les meubles pour que je puisse t’entrainer si tu n’es pas trop calée par ton repas … si c'est le cas, je pourrais toujours te parler de deux ou trois trucs utiles qui ne chamboulent pas trop l'estomac !

    ___A vrai dire, elle commençait à bien aimer Risa, du moins cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas parlé autant. D'un côté, elle s'en sentait proche du fait qu'elles avaient à proprement parler "des métiers de merde" ; elle s'en sentait bien entendu éloignée car elles étaient très différentes. M'enfin, elle attendait avec une certaine impatience la suite des évènements.
    ___Regardant d'un air curieux les sacs de Risa cette fois, elle ne put s'empêcher de penser qu'on pourrait les lui voler à l'arrachée. Cependant, si cela arrivait, elle s'apprêterait à sauter sur le voleur avant qu'il n'ait pu fuir. Saphyr esquissa un sourire. Ce n'était pas pour rien qu'on la traitait de "berger allemand" dans le métier. Après tout, elle faisait aussi beaucoup de protection, de bonnes ou de mauvaises choses, mais elle protégeait. Elle n'était pas de ceux qui enchainaient les "contrats noirs" à longueur de journées et d'années.
    ___Elle prit la direction du métro, laissant Risa la rejoindre une fois dans la rue, qui était plus calme que lorsqu'elles étaient entrées dans l'enseigne Japonaise. Elle l'observa arriver, se demandant elle aussi ce qu'elle pensait. Multiples questions tournoyaient dans sa tête, et elle était certaine et beaucoup de choses se diraient une fois dans son appartement ; ou du moins elle l'espérait, ce qui devait être aussi le cas de risa.
Revenir en haut Aller en bas
Risa Asano
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1048
Age : 22
Localisation : Londres
Points : 6691
Réputation : 74
Date d'inscription : 10/06/2011

Feuille de personnage
Métier: Prostituée
Age: 19
Orientation sexuelle: Bisexuelle

MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   Lun 13 Fév - 1:27



    Risa essayait de graver un maximum d'informations. La mise en pratique ok. Choisir les bons mouvements au bon moment ok. Elle commença à envisager la chose comme une chorégraphie improvisée. L'improvisation était un point fort dans son cas. Après toutes ces années elle avait dû l'apprendre. S'adapter au milieu, s'adapter au client, à ses attentes, s'adapter au montant présent sur ton compte bancaire. L’anticipation relevait des mêmes choses finalement; le client, l'argent le milieu. Son métier reposait sur son talent à improviser et anticiper. Et pour lier le tout, cette étrange envie de survivre coûte que coûte. Un sentiment nouveau pour elle, si détachée de tout, elle qui si souvent avait haï la vie et ses épreuves incessantes.
    Peut-être pas si nouveau enfin de compte... Pour être prête à tout accepter, même la prostitution, afin de vivre, ce devait être sous-jacent. En tout cas ce n'était que très récemment qu'elle l'avait compris.

    Elle était contente que Saphyr ne lui proposa pas de payer sa part, même si elle s'était aperçu du mouvement instinctif de la jeune fille au moment de régler la note. Elle avait tellement manquait d'argent qu'elle tenait à en jouir pleinement, à flamber tout comme on dit. En profiter et en faire profiter aux gens qui comptent sur le moment. Sans compter, sans jamais calculer, sans ce soucier de la fin du mois, de la fin de la semaine. Ça lui faisait prouver un étrange sentiment de puissance, un plaisir certainement plus grand pour elle que pour le commun des mortels.

    Elle régla la note et suivi Saphyr. Elle accepta à contrecœur les tickets de métro que lui tendit la demoiselle. Il faut bien faire des concessions. Elle qui avait désormais l'habitude de prendre le taxi, se retrouver dans le métro était assez étrange. Elle sentait les regards glisser sur elle, elle devait avoir l'air de venir d'un autre monde au milieu des ces personnes toutes plus banales les unes que les autres. Le duo qu'elle formait avec Saphyr devait également paraître des plus incongru, elles étaient d'apparences si différentes. Et pourtant elles étaient si semblables sur certains points que ça en devenait troublant. Ce n'était pas seulement leurs professions passées sous silences dans notre bonne société et ses cases étroites. Non il y avait autre chose. Cette façon de se refermer sur soi-même, cette méfiance vis à vis de tout et tout le monde, les traces des épreuves passées, ces visages d'anges aux potentiels abominables...

    Risa continua de suivre calmement Saphyr, mais laissa de tout de même échapper un soupir de soulagement en sortant de la rame bondée. La chaleur, les odeurs, le manque d'espace, ça faisait un cocktails un peu costaud après un tel repas et elle sentait déjà la nausée arriver. Finalement, les un ou deux trucs qui ne chamboulent pas trop l'estomac, ce n'était peut être pas si mal... Et puis quoi encore, ce n'était pas une princesse et quelques nausées ne la ralentirait pas pour autant.

    Elle monta jusqu'à l'appartement de Saphyr et l'aida à faire de la place.

    - Ok, je vais peut être juste me mettre plus à l'aise. Je suis extrêmement douée avec des escarpins mais je crains que ce ne soit pas la tenue appropriée.


    Elle commença à enlever tout ce qui serait susceptible de la gêner : chaussures, bijoux, corset. Tenue légère certes mais bien plus pratique. Elle prit des ses sacs de courses un T-shirt assez simple et cela suffirait. Elle jeta tout de même un coup d’œil à son hôte, se demandant si sa tenue légère - shorty, T-shirt - ne la mettait pas mal à l'aise.

    - Tu pourrais être étonnée par ma souplesse. Ne t'en fait pas pour tes qualités de pédagogue, je ne tiens pas à ce que tu me ménage et pour ce qui est des courbatures, je suis assez sportive pour ne pas trop en souffrir. Tu verras, j'apprends vite.

    Elle lui adressa un sourire carnassier en guise de feu vert et se prépara à parer les attaques de Saphyr, tant bien que mal...
    Une chose est sûre ; la première choses qu'elle fit en partant de l'appartement, ce fût de passer prendre un cran d'arrêt...


    FIN

_________________

Ça n'a jamais été passionel, ni fusionnel... C'était juste des mots et des soupirs partagés au vol durant un court instant de plaisir inavoué. Rien d'autre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/marieanais.lhuissiez
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seconde rencontre, un nouvel horizon ? [Risa Asano] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvel Horizon
» Départ vers un nouvel horizon
» Dréa Asano, la fille ensanglantée et humiliée~ [Terminée]
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NANA DREAM パスワードを入力してください :: NANA RPG {NOWADAYS} :: Londres :: Chelsea-
Sauter vers: